Blog

Wing Commander Les classiques de la TNT

Wing Commander Les classiques de la TNT

Jeux vidéo proches du cinéma, Wing Commander peine à convaincre sur les écrans de la TNT qui le rediffusent régulièrement.

Scénaristiquement, il s’agit du prequel de la série de jeux vidéo. En gros : dans le futur, les méchants extraterrestres Kilrathi veulent attaquer la Terre, mais un valeureux équipage humain va tout faire pour les en empêcher.

On peut difficilement s’empêcher de penser à Star Wars (combats dans l’espace, force mystique du héros, personnage secondaire un peu chien fou…) mais en réalité, le scénario suit scrupuleusement les règles du film de guerre façon Das Boot (dont on retrouve l’acteur Jurgen Prochnow). Le tout est donc bien trop classique pour surprendre.

Derrière la caméra, on trouve Chris Roberts, créateur des jeux originaux. Un gage de fidélité certes, mais Roberts n’est pas cinéaste de métier et la mise en scène n’a rien de bien passionnant à offrir. En terme de production, le film n’a pas dû coûter des fortunes (il a été tourné au Luxembourg, pour situer le standing de la chose).

Un casting décevant…

Mais ce qui intéresse les joueurs se situe plus sur le terrain de l’adaptation. Revenons donc un peu en arrière. Les deux premiers Wing Commander remportèrent un grand succès pour leurs scènes de combats spatiaux et leurs nombreuses cinématiques qui développaient l’univers et l’histoire d’une façon assez nouvelle pour l’époque. Avec l’avènement du support CD et la mode Full Motion Video, le troisième volet poussait la logique jusqu’au bout avec de véritables séquences filmées. Le casting réuni pour l’occasion impressionne alors : Mark Luke Skywalker Hamill, Malcolm Orange Mécanique McDowell, Tom Wilson (Biff dans Retour vers le futur), John Rhys-Davies (Gimli dans Le Seigneur des Anneaux) et même quelques espoirs comme Mark Dacascos.

Refus des acteurs ou véritable volonté du réalisateur ? Aucun n’est gardé au casting du film, et le décalage fait parfois très mal. Freddie Prinze Jr (Souviens-toi l’été dernier, Scooby-Doo) n’a pas l’aura de Mark Hamill. Matthew Lillard (Scream, Sccoby-Doo aussi) est bien moins convaincant que Tom Wilson dans le rôle de Maniac. Même les seconds rôles semblent moins bons. Tout n’est pas à jeter non plus ; dans le rôle de Paladin, Tcheky Karyo fait plus que le boulot (contrairement à Prochnow et David Warner, qui cachetonnent clairement). Et puis il y a la sublime Saffron Burrows dans le premier rôle féminin (pas spécialement mise en valeur mais bon).

… et des méchants involontairement drôles

Mais le “clou” du spectacle revient sans contestation possible aux Kilrathis. Dans le jeu, ils avaient un vrai design félin et pour certains d’entre eux, un minimum de personnalité. Ici, on les voit à peine, ils n’ont plus de fourrure (on dirait des reptiles) et parlent un langage rocailleux assez comique. Comment expliquer un tel écart ? Depuis, Roberts a avoué être insatisfait de cet aspect du film, et on ne peut que le comprendre.

Wing Commander n’a pas spécialement cassé la baraque, et il faut ajouter qu’il est sorti au cinéma avec un trailer de La Menace Fantôme, ce qui a bien dû lui assurer 95 % de ses entrées. Depuis, Roberts n’a pas retourné de films mais s’est lancé dans la production (Lord of War, notamment). Electronic Arts, qui a gardé la licence Wing Commander, a sorti un nouveau volet multijoueur sur Xbox Live Arcade, au succès très timide.

Related Articles

Close