Blog

Voitures modernes et securite passive

Voitures modernes et securite passive

Une voiture moderne est-elle plus sûre en cas d’accident qu’un véhicule plus ancien ?

Vous avez peut-être déjà vécu la scène : pendant une réunion de famille, vous présentez votre voiture toute neuve, l’oncle Fernand arrive, enfonce son doigt dans l’aile et lâche : « regarde moi ça comme c’est pas solide, ah ça vaut pas ma bonne vieille 404 ! ». Sur quoi la tante Germaine renchérit que son voisin a tapé un arbre à 20km/h avec sa voiture dernier cri et qu’il a fallu pratiquement remplacer la moitié de l’auto.

Devons-nous en conclure que les voitures modernes sont très peu solides en cas de choc et que nos vies sont donc en danger ?

Mythe tenace

Il est des mythes qui, à cause de la contribution active de personnages tels que l’oncle Fernand, ont la vie rude. Proclamer qu’un véhicule dont la conception remonte à une cinquantaine d’années est plus solide qu’une voiture moderne est totalement erroné et doit être rangé fermement dans la catégorie des mythes. Comme il est malheureusement difficile (et coûteux) de prouver concrètement à l’oncle Fernand qu’il a tort en lui faisant assumer le rôle de crash test dummy lui-même, dans une voiture moderne puis dans sa 404 (pas dans l’ordre inverse bien sûr …), il faut se tourner vers la technologie et les derniers crash tests pour pouvoir apporter une réponse sans équivoque à ce « problème ».

Euro NCAP

L’organisme indépendant Euro NCAP (European New Car Assessment Programme) est devenu depuis sa création en 1997 une référence majeure dans le domaine de la sécurité passive automobile. Géré par la FIA (fédération Internationale de l’Automobile), il a développé une batterie de tests dont le but est de noter la sécurité passive de chaque nouvelle voiture mise en vente en Europe. Ces résultats sont souvent mentionnés dans les publicités des constructeurs automobiles mais il est également possible de consulter le site internet Euro NCAP pour comparer plusieurs modèles. C’est ainsi que l’on s’aperçoit que les modèles récents obtiennent les scores les plus élevés alors que des véhicules plus anciens se révèlent moins « sûrs ». Par exemple, une Renault Clio 3 est meilleure qu’une Renault Clio 2 et une Peugeot 308 meilleure qu’une Peugeot 307. Mais on trouve également qu’une Audi A6 de 1998 obtient un score bien inférieur à une Peugeot 207 sortie en 2006 alors que la berline allemande offre des dimensions plus importantes que la polyvalente française (et une image de solidité sûrement plus aboutie auprès du grand public). C’est indéniable : plus une voiture est récente, plus son score aux crash tests est élevé.

La technologie

Cette tendance est le fruit d’une amélioration constante des systèmes mis en place sur les véhicules et du recul de plus en plus grand qu’ont les constructeurs dans le domaine des crash tests. Ainsi, les tableaux de bord sont devenus progressivement moins agressifs envers les occupants grâce à l’emploi de matériaux plus souples et d’un design offrant moins de bords coupants. En cas de collisions frontales, les pédales sont conçues de telle manière à ne pas s’enfoncer dans l’habitacle, réduisant les blessures potentielles aux pieds, chevilles et tibias, et la colonne de direction, qui était responsable de nombreux traumatismes au niveau du thorax par le passé, bénéficie aussi d’une conception qui minimise son intrusion. Les airbags sont de plus en plus nombreux quelle que soit la catégorie du véhicule et ils deviennent plus perfectionnés à chaque nouvelle génération. Les ceintures de sécurité elles aussi ne sont plus seulement de vulgaires lanières nous retenant bêtement à nos sièges. En cas de choc, elles sont munies d’un pré-tensionneur qui plaque véritablement les occupants aux sièges et d’un limiteur d’effort qui gère ensuite « intelligemment » le mouvement du corps vers l’avant, ceci pour limiter les lésions dues à une force de retenue excessive. Des ceintures « airbags » sont d’ailleurs dans les cartons et ne sauraient tarder à apparaître sur les modèles futurs. Les appuie-têtes sont « actifs » sur certains modèles pour nous protéger encore mieux contre les blessures au niveau cervical. Enfin, les ingénieurs ont mis au point des zones de déformation dans les structures avant et arrière des véhicules dont la fonction est d’absorber l’énergie de façon optimale lors de chocs frontaux ou arrières. Il est donc normal de constater visuellement des dégâts importants sur les voitures modernes après un accident car elles sont conçues pour absorber le plus d’énergie possible. En revanche, la structure de l’habitacle lui-même s’est considérablement rigidifiée, ce qui permet entre autre de pouvoir ouvrir les portes même après un choc violent.

Il apparaît donc qu’au moment de faire le choix entre plusieurs véhicules, le modèle le plus récent sera pratiquement systématiquement le plus « sûr » au point de vue de la sécurité passive. Certains modèles low cost de conception récente sont l’exception à cette règle : ils présentent pour la plupart des résultats médiocres aux crash tests. Entre un modèle low cost neuf et une occasion récente « normale », préférez la seconde si la sécurité passive est un critère important à vos yeux, surtout que la sécurité active (celle qui vous permet « d’éviter » l’accident) risque d’être également d’un bien meilleur niveau.

Related Articles

Close