Blog

Visite en Anjou le parc oriental de Maulevrier jardin japonais

Visite en Anjou le parc oriental de Maulevrier jardin japonais

Offrez-vous près de Cholet une visite riche d’exotisme, de mystère et de sérénité, dans un jardin aussi zen et romantique qu’insolite.

C’est à 10 km au sud-est de Cholet, dans le Maine-et-Loire, que l’on peut le plus sûrement se dépayser dans un parc considéré comme le plus grand jardin japonais d’Europe situé au cœur du bourg de Maulévrier, au pied du château Colbert.

Le parc oriental surprend par l’extraordinaire richesse de sa végétation, son cadre architectural asiatique (khmer et japonais), sa conception, son histoire et son symbolisme. Des promenades musicales et poétiques, dans l’esprit des visites nocturnes des jardins japonais, sont proposées de mai à septembre.

Il suffit de flâner dans une des allées du parc, qui se découvre aussi de nuit, pour se laisser gagner par la magie des lieux. Le 15 juin 1985, est inaugurée l’ouverture au public. 25 ans plus tard, une exposition, composée de 23 panneaux, est à découvrir l’été 2010, lors de la visite.

Histoire de ses origines à nos jours

Les 29 ha du parc actuel font partie, au début du siècle, de la propriété du château Colbert. A la fin du XIXe siècle, un industriel choletais, monsieur Bergère, en devient le propriétaire. Il fait appel à l’architecte Alexandre Marcel, qui deviendra d’ailleurs son gendre, pour restaurer et aménager l’intérieur du château, puis pour créer un parc.

Séduit par l’art d’Extrême-Orient, le concepteur s’en fait une spécialité. Entre 1899 et 1913, il crée à l’arrière du château, autour de la rivière, un espace oriental de conception fortement japonaise qui nécessite l’importation de nombreux végétaux exotiques.

Pour satisfaire à l’aspect symbolique fondamental d’un jardin asiatique, il fallait créer de toutes pièces un plan d’eau calme, des rus en cascade et pour ce faire élargir la Moine, une rivière passant en ces lieux, et creuser un large et long étang. Pour symboliser le paradis, deux îlots reliés à la terre ferme par un pont rouge, sont implantés sur cette pièce d’eau.

Alexandre Marcel meurt le 30 juin 1928. Son épouse habite le château jusqu’en 1945. A partir de cette période, le parc est transformé en exploitation agricole et forestière et progressivement abandonné. La commune le rachète en 1980; il est classé la même année au titre des sites. Une association est alors créée pour assurer la gestion et la maintenance du parc.

Symbolisme du parc

Chargé de symboles cosmiques et spirituels liés au bouddhisme, au taoïsme et au shintoïsme, l’ensemble du parc invite le visiteur à la contemplation. Avec trois cents espèces végétales différentes, l’endroit est également un remarquable arboretum.

Suivant les saisons, le jardin se transforme et symbolise les différentes étapes d’une existence :

  • Printemps : la naissance, la jeunesse
  • Eté : la maturité, la vie adulte
  • Automne : la richesse des couleurs d’automne symbolise la richesse des connaissances acquises tout au long de sa vie
  • Hiver : la chute des feuilles symbolise la mort
  • Les feuilles persistantes : l’immortalité

Un lieu tout de sérénité

Que l’on soit féru d’art oriental ou totalement imperméable aux subtilités japonisantes, il est difficile de ne pas succomber à la beauté des lieux. C’est que dans cet espace clos, le regard n’est jamais arrêté. La taille des arbres a été imaginée à dessein. C’est la taille en transparence qui permet de porter très loin le regard, les masses végétales, bien présentes pourtant n’étant jamais un obstacle.

Au cours d’une promenade propice à la méditation, lanternes de pierre, pont de bois japonais, temple khmer venant de l’exposition universelle de 1900, apportent aussi leur touche d’exotisme.

Jardin de nuit : cheminement insolite d’ombres et de lumières

Les balades nocturnes, musicales et poétiques permettent de découvrir le parc dans une ambiance différente. Le jour, la nature est ici un jardin venu d’ailleurs. La nuit le transforme pour lui donner une nouvelle dimension

Guidé par les textes et les musiques proposées au long du parcours, le promeneur quitte doucement le jour pour entrer dans l’univers de la nuit et se voit proposer un nouveau moment, de nouvelles pensées, des sentiments insolites.

Salon du bonsaï : 11 et 12 septembre 2010

Le Salon National du Bonsaï est devenu en quelques années la manifestation incontournable de l’ouest de la France pour les passionnés de cet art.

Les exposants professionnels sont installés à l’intérieur du parc, à proximité de l’exposition permanente de bonsaï, du salon de thé et de la boutique. Les exposants amateurs et clubs de bonsaï sont eux installés dans la salle des fêtes de Maulévrier, face à l’entrée du parc oriental. Cette exposition est un lieu d’échanges et de rencontres entre les adhérents des différents clubs et les visiteurs.

Informations pratiques :

Parc Oriental – Route de Mauléon, 49360 Maulévrier -Téléphone : 02 41 55 50 14

Related Articles

Close