Blog

Valorisation du patrimoine par les codesbarres 2D

Valorisation du patrimoine par les codesbarres 2D

Les codes-barres 2D sont utilisés par tous les secteurs pour capter notre intérêt: automobile, jouets… et maintenant les acteurs touristiques.

Le code-barres matriciel à deux dimensions peut revêtir plusieurs noms: Tag, QRCode, Flashcode… De quoi perdre bien vite la plupart des personnes encore à l’heure actuelle!

Il me semble donc important de commencer, avant d’entrer dans le vif du sujet, par une explication de ce que représente cette technologie devenue incontournable.

Son ancêtre est le code-barres formé de lignes verticales numérotées qui est marqué sur l’ensemble de nos produits de consommation. Ce code UPC (Universal Product Code) comporte 95 bits c’est-à-dire 12 caractères: 5 servent pour l’identification du producteur, les 5 autres pour le produit. En plus de sa contrainte dans le nombre de caractères, celui-ci ne peut être lu que par un lecteur laser.

Il existe à l’heure actuelle plusieurs standards de codes-barres 2D, ouverts (domaine public) ou propriétaire: les plus connus sont le Flashcode (propriétaire) et le QRCode (ouvert). Cependant, d’autres codes-barres à deux dimensions sont apparus: Datamatrix, Aztec Code (carte d’embarquement mobile), MSTag, etc.

Les codes-barres 2D ont de multiples avantages

Ils contiennent 20 fois plus de données pour une surface donnée qu’un code-barres classique: jusqu’à 2.335 caractères alphanumériques ou 3.116 numériques.

  • Ils sont bidirectionnels: ils peuvent être lus quelle que soit l’orientation
  • Ils sont fiables: l’algorithme du code intègre une redondance d’informations qui rend possible la relecture d’un code partiellement endommagé (surface irrégulière, faible luminosité, etc.).
  • Ils sont pérennes: le Datamatrix ECC200 fait partie des standards GS1 et un avis récent de l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) indique que d’ici janvier 2011, tous les médicaments soumis à l’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) devront comporter en plus des mentions légales actuelles, un code 2D contenant un certain nombre d’informations prédéfinies.
  • Solution multi-opérateurs, le code-barres 2D, composé de petits carrés noirs et blancs, a l’avantage de pouvoir stocker beaucoup d’informations, tout en étant petit et rapide à scanner.

Les usages des codes-barres 2D dans le tourisme

De plus en plus de villes en France ont fait le choix d’utiliser ce dispositif novateur pour leurs campagnes de promotion et de valorisation de leur patrimoine. Découvrir la ville téléphone à la main, il fallait y penser! Il suffit d’être connecté à Internet pour obtenir des informations sur le patrimoine grâce à un simple code-barres. Cependant, toutes les villes n’utilisent pas les mêmes codes 2D (formats différents) et sous de multiples supports.

Utilisations du Flashcode

Sarlat, ville de Dordogne, a en effet lancé une compagne de promotion via des Flashcodes en partenariat avec Orange à la rentrée 2009. Ce code est installé sur des panneaux d’informations de sites patrimoniaux (historiques) de la ville de Sarlat et qui offrent ainsi à toute personne disposant d’un téléphone mobile connecté à Internet d’en «Savoir plus» en flashant le code 2D. Pour cela, il faut utiliser une petite application installée préalablement: par exemple l’application MobileTag. Flasher le code signifie prendre une photographie du code-barre 2D, l’application fait ensuite le reste en ouvrant la page web contenant les informations complémentaires.

Bourg en Bresse, en partenariat avec Orange et Cap 3b, a choisi de valoriser le tourisme de sa région par la création d’une Bande dessinée interactive avec 16 Flashcodes en fin d’ouvrage. Cette BD, nommée La Cavalière au Manteau Rouge, mène le lecteur sur les lieux touristiques les plus célèbres du patrimoine de cette ville (Monastère royal de Brou, Fromagerie de Drom, Ferme des Planons). Ces codes 2D renvoient sur des vidéos présentant des informations touristiques sur les lieux décrits dans la BD.

Utilisations du QRCode

Dans le cadre de sa campagne de communication avec sa nouvelle identité visuelle, l’office de tourisme de Biscarosse a mis en place des plaques signalétiques permettant aux touristes d’obtenir des informations complémentaires et d’être guidés dans la ville en se servant uniquement de leur téléphone mobile. Le code 2D choisi ici est le QR Code. Ces codes sont posés sur l’Office de tourisme, à proximité des lacs, des plages, des commerces… Impossible de manquer ces pictogrammes tant ils ont envahi toute la ville.

La ville de Bordeaux (Gironde) s’est également lancée dans la valorisation de son patrimoine par les codes barres 2D. Tout comme l’office de tourisme de Biscarosse, Bordeaux raconte son histoire avec des QR Codes. Ces codes présents sur des panneaux signalétiques (panneaux Decaux, abribus) renvoient une fois flashés sur des informations complémentaires en ligne. Cette initiative permet aux visiteurs d’apprendre tout au long de leur balade des informations sur l’histoire de la ville, sur ses monuments, mais également de trouver des adresses stockées dans des puces Google Maps.

Plus recemment, en septembre dernier, la ville de Suresnes s’est également lancée dans le déploiement de QRCodes en partenariat avec QRMobile. Ces codes sont déposés dans tous les bâtiments publics (Mairie, Bibliithèque, Cinéma, Gymnases, etc.), sur les affiches d’évènements de la commune, et bien sûr des codes pour découvrir le patrimoine de Suresnes.

Mon point de vue sur ces codes-barres 2D

Malgré l’apparition du Flashcode en France, selon moi le QRCode a plus d’avenir. Le QRCode est un standard reconnu mondialement, lisible par tous les lecteurs de codes-barres 2D et par les touristes étrangers. Le Flahcode quant à lui est un code propriétaire, qui n’est pas lisible par les lecteurs classiques et qui n’est connu que par les français.

Je remarque que les institutionnels du tourisme n’hésitent pas à innover pour promouvoir leur région, leur ville. Ils savent de mieux en mieux adapter leurs contenus aux technologies de l’information-communication (TIC) et plus généralement au Web. Les touristes sont devenus des «touristonautes» qui sont en attente d’applications disponibles pour chaque étape de la visite: avant, pendant, après. En effet, ces codes 2D peuvent parfois être enregistrés sur les mobiles et permettre ensuite aux personnes de revisionner ce tag à leur gré, de le diffuser à leurs proches. Les acteurs du tourisme se remettent en question pour faire évoluer leur stratégie de communication et capter le plus de visiteurs possibles via Internet: personnalisation des contenus, points d’information multiples complémentarité entre supports traditionnels (guides papiers par exemple) et supports liés au web.

Related Articles

Close