Blog

Tourisme a Alger au cours du mois de ramadan Plages desertes et canicule

Tourisme a Alger au cours du mois de ramadan Plages desertes et canicule

il est difficile pour un touriste de supporter l’humidité de la ville. Il pourra néanmoins profiter de plages désertes au cours du mois de ramadan .

En Algérie, en toile de fond de ce mois d’aout 2009, une chaleur de plomb vous paralyse et finit par aspirer l’air sous vos pieds. Dieu merci l’eau coule dans les robinets. Nul ne sait si elle provient tout droit des barrages , ou des usines de dessalement, mais en tous cas les Algérois n’ont plus l’anxiété de naguère, celle de se balader avec des jerricanes à la recherche de l’eau.

En attendant le mois sacré

Les plages sont prises d’assaut et constituent le lieu idéal pour se rafraichir. Ces espaces sont prisés d’autant que le mois de ramadhan pointe son nez. Il est certain que l’on ne pourra pas faire le jeûne et bronzer à la fois. C’est donc une course contre la montre que se livrent les aoutiens pour jouir de ces jours du mois d’aout, tout en sachant que le mois sacré est déjà annoncé. Il débutera au cours des dix derniers jours de ce même mois. Les estivants des stations balnéaires de Zeralda, Tipaza et bien d’autres s’apprêtent à rendre les clefs des chambres.

Des plages désertées mais un tourisme actif

En deux temps trois mouvements, les plages d’Alger seront désertes, alors que le soleil radieux continuera à être présent. Faut-il penser que le tourisme balnéaire sera paralysé pour autant ? Pas du tout. Bien malins ceux et celles qui choisiront cette période précisément, pour avoir quasiment toutes les plages pour eux. En effet, en ce mois sacré, les plages sont désertées par les estivants, astreints religieusement à jeuner du lever du soleil jusqu’à son coucher.

Des règles à respecter

Mais il y’ en a qui ne se sentent pas concernés par le mois de ramadan. Ceux là, rien ne les empêche, à l’instar des touristes et des européens résidant à Alger, de se détendre au bord de la plage. Et bien sûr de se baigner en toute quiétude. Néanmoins, il est d’usage en cette période ramadanesque que les touristes de confession non musulmane s’abstiennent de fumer, de mâcher du chewing-gum ou de prendre un sandwich dans la rues, ou lorsqu’ils empruntent un taxi. Cela constitue pour les habitants une marque de respect à leur égard, mais aussi à l’égard de leur religion.

Related Articles

Close