Blog

Sommeil et reves stimulent lapprentissage et la memoire

Sommeil et reves stimulent lapprentissage et la memoire

Faire une sieste, rêver pour mieux apprendre en stimulant sa capacité de traiter et stocker l’information, c’est ce qu’il ressort d’une étude américaine.

Dans un communiqué en date du 22 avril 2010, le Beth Israel Deaconess Medical Center révèle les résultats probants d’une étude menée sur la relation sommeil – mémoire – apprentissage. Les chercheurs annoncent qu’une sieste accompagnée de rêves multiplierait par 10 nos capacités de traitement et de stockage de l’information. Empressons-nous d’aller siester et rêver !

Le sommeil connu pour améliorer la mémoire

De nombreuses études ont prouvées que le sommeil améliore les performances de mémorisation. Par contre, aucune n’avait mis en évidence que la sieste en après-midi pouvait avoir de tels impacts bénéfiques ! A noter, qu’il est impératif que ce repos soit associé de rêve(s) pour obtenir ces résultats.

99 sujets réalisent un exercice sur ordinateur dans un labyrinthe virtuel 3D

La première étape consistait à présenter un labyrinthe complexe et les faire naviguer à l’intérieur. Après cette phase de formation, les participants ont été divisés en deux groupes :

  • le 1er groupe était invité à faire une sieste de 90 mn,
  • le 2ème groupe a effectuer des activités relaxantes comme visionner une vidéo, tout en restant éveillé.

A l’issue de cette pause, les participants devaient décrire ce qu’il se passait dans leur esprit ou leur rêves.

Un potentiel de mémorisation et d’apprentissage étonnant à l’issue de la sieste

Même si l’échantillon des individus relégués au visionnage de vidéo, a révélé avoir réfléchit au problème ; aucune amélioration n’a été notée dans l’aboutissement de l’exercice.

Quant aux participants ayant fait une sieste, l’étude distingue deux résultats :

  • il y a eu peu d’amélioration pour les dormeurs n’ayant pas rêvé ou pensé à la problématique du labyrinthe
  • à contrario, les dormeurs qui ont rêvé à l’activité à effectuer ont démontré une amélioration de dix fois supérieure à celle des participants au sommeil sans rêve relié à la tâche.

Ceci permet donc de penser que le sommeil seul ne suffit pas à consolider les informations. Le fait de rêver à la tâche permet au cerveau de travailler sur des souvenirs de différents niveaux et de mettre en place des stratégies d’accomplissement, visant à améliorer ses performances. A noter que le facteur de motivation a été contrôlé et écarté.

La complémentarité du rêve par rapport au sommeil

Il semblerait que notre cerveau seul soit incapable de sélectionner les informations importantes. Il stocke ainsi “pêle-mêle” chaque jour des expériences nouvelles et d’innombrables informations. Le cerveau agirait donc à un premier niveau, tandis que les rêves permettent de trier les informations pertinentes et utiles dans le cycle de notre vie agissant lui à un deuxième niveau, plus complexe.

En effet, des chercheurs confirment que lorsque l’on éprouve des difficultés à résoudre une tâche, le fait d’en rêver, conduit à une nette amélioration dans la réalisation de l’activité.

Une information importante pour tous ceux qui éprouvent des difficultés devant un apprentissage, ou la résolution d’un problème. Facile à appliquer, il suffit de faire une sieste juste après en avoir pris connaissance. Cela vaut la peine d’essayer.

A lire :

Le fonctionnement de la mémoire, optimiser ses capacités de mémorisation et de concentration.

Source :

Beth Israel Deaconess Medical Center, Dreams Tell Us That the Brain Is Hard At Work On Memory Function, 22/04/2010

Related Articles

Close