Blog

Simone de Beauvoir une oeuvre a redecouvrir

Simone de Beauvoir une oeuvre a redecouvrir

L’émergence d’une femme de tête
En 1958, Simone de Beauvoir publie Mémoires d’une jeune fille rangée, genèse d’une œuvre autobiographique majeure.

On y découvre Simone enfant et la construction de son monde intime à travers les différentes étapes de la croissance. L’écriture est enjouée, délicate et très descriptive. L’extérieur occupe une place importante dans l’existence de la petite fille. Chaque mot est un témoignage de sa perception. Les lieux sont dépeints avec poésie et la nature offre de splendides présents qu’il convient de mettre en lumière. Ainsi le lecteur découvre le microcosme dans lequel évolue l’enfant en épousant sa curiosité et sa naïveté. Il faut reconnaître que l’auteur adulte est doué pour transmettre les vertiges de son enfance et de sa prime jeunesse avec autant de véracité.

Néanmoins on sait que chaque œuvre autobiographique est une réécriture de soi et par conséquent on peut mettre en doute quelques pensées trop belles ou trop exactes. La mémoire a tendance à embellir ou à affadir la réalité.

La quête de l’auteur

L’œuvre de Simone de Beauvoir suit la chronologie, critère habituel du genre autobiographique, et cela permet au lecteur de constater peu à peu l’évolution de l’auteur : le façonnement de son corps et le changement progressif de sa pensée telle que l’annihilation du sentiment religieux. En outre elle offre une réflexion philosophique et ontologique puisque l’auteur s’interroge sur le sens de sa propre existence. Que signifie la vie ? Comment faire de son propre lot le paradigme du bonheur terrestre ? Où allons-nous s’il n’y a plus de paradis ? La quête de l’auteur est sensible tout au long de son livre. L’écriture semble répondre aux attentes de la jeune adolescente qui s’imagine déjà marquer son temps en racontant sa vie. Cela peut sembler quelque peu présomptueux mais c’est la seule solution qu’elle a trouvée pour apaiser ses craintes et se rendre immortelle.

La littérature donne un sens absolu à ses actes. Le lecteur suit la jeune femme dans les moindres tressautements de son existence. Il s’interroge sur sa pudeur face à un monde nocturne, sur ses rencontres philosophiques et émotionnelles. C’est avec un plaisir ineffable qu’il revit la jeunesse de Simone de Beauvoir et qu’il sourit quand celle-ci livre avec honnêteté ses premières impressions sur Jean-Paul Sartre.

Simone de Beauvoir laisse entendre qu’elle savait déjà, jeune fille, que Sartre serait son double intellectuel, un être avec qui elle partagerait tout. Honnêteté de la femme séduite ou idéalisation de la romancière ? Peu importe, le lecteur est conquis et veut en lire davantage.

Related Articles

Close