Blog

Rishikesh une belle etape en Inde du Nord Au pied de lHimalaya la capitale des dieux et du yoga vous attend

Rishikesh une belle etape en Inde du Nord Au pied de lHimalaya la capitale des dieux et du yoga vous attend

Dernière ville facile d’accès avant de prendre de l’altitude, Rishikesh vaut le détour pour ses somptueux paysages et pour vivre au rythme de la spiritualité.

Rishikesh fait partie des sites quasi incontournables en Inde du Nord, rendue célèbre par les Beatles dans les années 1970. Son histoire et son atmosphère religieuse valent celles de Bénarès (Varanasi), et sa situation très accessible à partir de Delhi permet d’avoir un avant-goût des paysages de montagnes, tout aussi bien que de la ferveur qui entoure les sources du Gange.

Haridwar, dernière gare ferroviaire avant Rishikesh

En partant de Delhi vers l’Uttarakhand au nord, votre train n’ira pas plus loin qu’Haridwar, qui mérite qu’on s’y arrête: c’est une des villes sacrées de l’Inde. Tous les 12 ans a lieu la Kumba Mela, le plus important pèlerinage religieux du monde dans quatre villes (dont Haridwar). La Kumba Mela d’Haridwar aura lieu en 2010 de février à avril. Des millions de pèlerins défileront alors durant des semaines. N’espérez pas à cette période pouvoir prendre le train ni trouver une chambre d’hôtel ou un ashram sans réserver longtemps à l’avance.

De Haridwar, un bus vous conduira à Rishikesh, en 30 minutes. La route est magnifique, les premières hautes collines ressemblent déjà à des montagnes, et vous découvrez un Gange torrentiel, serpentant dans les gorges.

Les ponts suspendus de Ramjhula et Lakshmanjhula

Rishikesh est d’abord une ville indienne comme les autres, avec sa foule, ses rickshaws, ses klaxons et sa poussière. C’est là que le bus vous dépose. A partir de là, vous devrez prendre un rickshaw pour 20 minutes sur la petite route qui monte qui monte… vers la ville haute, répartie sur les deux flancs d’une vallée, reliés entre eux par deux passerelles légères qui surplombent le Gange tumultueux. Le rickshaw n’est pas capable de traverser les ponts suspendus. Si vous avez réservé une chambre de l’autre côté du fleuve, il vous faut continuer à pied. Et tant pis pour le vertige en empruntant la passerelle, vous n’avez pas le choix !

Émerveillement et apaisement

Le paysage est féerique, et la petite ville suspendue de Rishikesh est tout simplement adorable. Ruelles étroites et sinueuse, maisons accrochées à flanc de collines, temples qui se fondent dans les arbres. Choisissez une chambre dans une guesthouse située le plus haut possible sur les collines, afin de pouvoir jouir du panorama et de la quiétude du lieu. Si vous n’êtes pas venus pour faire de la méditation ou du yoga, vous serez tout de même envahis par la beauté et la sérénité des lieux. Le soir, lorsque la nuit tombe, les centaines de temples s’allument et le chant des pujas monte dans le ciel. Les chants de Krishna et de Shiva vous berceront jusque tard dans la nuit. Au petit matin, dans les brumes à peine levées, ce sont ces mêmes chants qui vous réveilleront en douceur.

Yoga, dévotion et… business

Les premiers hippies qui se sont rendus à Rishikesh ont contribué à donner à la ville sa vocation de “capitale du yoga”. 70 % des maisons de Lakshman Jhula sont des ashrams ouverts aux touristes de la spiritualité, excepté en période de pèlerinage. Certains y ont vu une manne tombée du ciel, et les cours de yoga fleurissent, sans garantie d’authenticité, soyez prévenus. Vous pouvez aussi pratiquer le Qigong (indien ?), le reiki, apprendre l’hébreu ou le hindi, le shiatsu, enfin tout ce qui fait vendre. Vous croiserez nombre de “babas cool” dans les rues, portant triste mine ou au contraire avec l’extase incrustée dans leur visage. C’est le “second effet” Rishikesh, pas toujours plaisant, mais que l’on ne peut éviter. Quant aux prêtres hindous et autres sadhus, ils n’hésitent pas à monnayer chèrement leur bénédiction, ne soyez pas trop crédules !

Votre séjour à Rishikesh

  • Côté tranquillité l’idéal est d’arriver à la fin de l’été. Il y a fait encore chaud, mais quel calme par rapport aux foules du printemps. Il faut par contre réserver absolument votre chambre si vous partez en période touristique. Evitez les chambres “juste au-dessus du Gange”, car cela signifie qu’elles sont aussi en plein milieu de l’animation. En prenant une guesthouse en hauteur, vous verrez tout aussi bien le Gange au calme parmi les arbres !
  • De nombreuses gargottes et boutiques, tourisme oblige, permettent de trouver toutes les cuisines (y compris tibétaine) et tout le matériel utile au voyageur.
  • La surprise c’est que contrairement aux autres villes indiennes, Rishikesh (partie haute) s’éteint vers 21 heures : plus de lumières, les boutiques ferment, les restaurants aussi. Seuls les ashrams et certains temples poursuivent leurs dévotions.
  • Vous serez sans doute tentés de vous faire masser à la manière ayurvédique, mais là encore, comment reconnaître le bon grain de l’ivraie, entre 200 et 3 000 roupies?
  • Ne manquez en aucune façon la cérémonie de la puja à Ramjhula. Ambiance magique in-con-tour-na-ble, même pour le plus athée des voyageurs.

Quoi qu’il en soit, il vous sera difficile de regagner l’Inde grouillante après cette pause bénéfique.

Related Articles

Close