Blog

Retour sur les tubes de lete des annees 2000 a 2005

Retour sur les tubes de lete des annees 2000 a 2005

Quels sont les titres qui vous ont fait danser sous le soleil de l’été 2000 à 2005 ? En quoi se distinguaient-ils de ceux des années précédentes ?

Après les tubes exotiques et festifs de 1990 à 1994 et de 1995 à 1999, les tubes de l’été sont en ce début de nouveau millénaire des reprises mais aussi des mélanges de nouvelles influences, le tout médiatisé par de nouvelles émissions, les shows de télé-réalité.

Comment la télé-réalité devient entreprise à tubes


En 2000, un vent frais souffle sur l’Hexagone et gagne l’Asie : Alizée, découverte dans Graines de Stars- émission présentée sur M6 par Laurent Boyer afin de faire connaître de nouveaux talents- et remarquée par Mylène Farmer qui la prend sous son aile, nous chante “Moi… Lolita” . Son premier tube lance la vogue des lolitas, de jeunes chanteuses souvent pré-adolescentes qui cartonnent au Hit-Parade et mettent au placard les belles voix de plus de vingt ans d’âge. D’autres tubes comme J’en ai marre ou L’Alizé suivront mais le succès d’Alizée qui marque le début des années 2000 en France s’exporte plus facilement à l’étranger, notamment au Japon et au Mexique qui lui délivre d’ailleurs un Luna’s Award en octobre 2008.

En 2001, la télé-réalité déferle sur la France et emporte tout sur son passage, de la télévision aux ondes radiophoniques. Les lofteurs “très célibataires” de Loft Story font danser les français et françaises sur un joyeux Up&Down “ouais, cool, ouuuuh !”, titre purement commercial censé mettre en avant le bonheur et la solidarité de ces candidats portés aujourd’hui disparus sur nos écrans.

Les retours à succès

Mais les musiques estivales sont aussi le moyen de signer un retour plus ou moins prometteur. Ainsi, la même année, Geri Halliwell revient plus sexy que jamais avec It’s Raining Men, une reprise du hit des années 1980 du groupe The Weather Girl qui lui fera retrouver le devant de la scène le temps d’un été, avant de rempiler pour une tournée triomphale avec les Spice Girls en 2008.

En 2002, un groupe français légendaire étiqueté comme ringard profite également des ondes positives de l’été pour renouer avec son public et les médias : il s’agit bien sûr de Indochine avec J’ai demandé à la lune. Cette chanson écrite par le chanteur du groupe Mickey3D se vend à plus d’un million d’exemplaires et fait connaître à leur album, Paradize, un succès d’enfer. Retour réussi pour le groupe qui à force de collaborations et d’ouvertures musicales passe de “désuet” à “in” aux yeux de la nouvelle génération.

2002 c’est aussi le retour des clips latinos qui firent fureur dans les années 80/90 (Lambada, Soca Dance, Macarena, Samba de Janeiro…) avec un mélange de flamenco-pop pour Las Ketchup et leur Ketchup Song, Asejere. Une chorégraphie que tout danseur lambda peut reproduire, un rythme entêtant, une ambiance exotique, la recette est toujours un succès.

En 2003, on ne s’attarde pas sur Lorie qui joue des castagnettes- et en brise peut-être au passage- sur un air latino, ni sur Tragédie qui fait le pied de grue au bas d’un immeuble en chantant Hey Oh et qui devrait paraît-il remettre ça sous peu et on va tout droit se déhancher sur la piste de zouk. Laisse parler les gens de “Dis l’heure 2 zouk” mêle les voix chaudes de Jocelyne Labylle et Cheela, Passi et Jacob Desvarieuxr entre hip-hop et ragga.

Et le tube latino de 2003, c’est le sémillant Chihuahua, de DJ Bobo qui nous fait nous trémousser au rythme d’une chorégraphie concoctée par Kamel Ouali, chorégraphe de la Star Academy.

Comment le tube se déplace du sud à l’est


De 2004 on retient surtout Un gaou à Oran né de l’association des groupes 113 et Magic System, ce dernier étant un faiseur de tubes d’été inconditionnel avec sa musique d’inspiration Zouglou. On les retrouve ainsi en 2005 avec le tube Bouger, Bouger, puis en 2006 avec C cho ça brûle, en 2007 avec Ki dit mié, en 2008 avec Zouglou Dance…

Mais si l’Amérique du Sud et l’Afrique ont longtemps eu le monopole du tube, l’Europe de l’est se fait aussi entendre. Dragostea Din Tei du groupe moldave O-Zone est non seulement le hit de l’été mais aussi numéro 1 des ventes de singles en France en 2004. Parodiée et souvent reprise, la chanson marque paradoxalement la fin du groupe O-Zone qui après un autre single en 2005 décide de ne pas en remettre une couche.

Et si l’on ne devait retenir qu’un seul tube pour l’année 2005 ce serait sans doute celui de Crazy Frog qui nous fait fredonner un titre de sonnerie pour portable durant tout un été et nous en met plein la vue avec un clip aussi déjanté que la grenouille qui s’y illustre. La musique est une reprise de Axel F, composée en 1984 par Harold Faltermeyer pour le Flic de Beverly Hills. D’autres reprises suivent les années suivantes et provoquent le même engouement auprès du public.

Et oui les reprises, peu importe leurs origines, ont toujours la côte et ça c’est intemporel !

Related Articles

Close