Blog

Qui est Sarah Palin Lancienne colistiere de John McCain obsede les instituts de sondage

Qui est Sarah Palin Lancienne colistiere de John McCain obsede les instituts de sondage

Aux Etats-Unis, chaque semaine connaît son lot de nouveaux sondages concernant Sarah Palin, qui serait pourtant un personnage bien difficile à cerner.

L’encre n’en finit pas de couler sur l’ex gouverneur de l’Alaska et ancienne candidate à la vice-présidence républicaine, Sarah Palin. Les médias du monde entier en sont fous, et les qualificatifs les plus divers lui sont associés. Tantôt fasciste, mère courage, idiote, dangereuse, carriériste cupide assoiffée d’argent et de reconnaissance ou Américaine exemplaire, chacun a sa petite idée sur ce personnage hors du commun de la scène politique américaine.

Malgré les dizaines de sondages qui sortent chaque semaine aux Etats-Unis pour tenter de mesurer l’opinion publique américaine concernant Sarah Palin, rien n’y fait : les statistiques, chiffres et autres mesures d’opinion semblent être impuissants lorsqu’il s’agit d’interpréter ce que certains appellent le « phénomène Sarah Palin ». Miss Palin serait tout simplement « insondable », « insaisissable », et ferait finalement figure d’outsider au sein de l’univers politico-médiatique américain.

Des sondages qui ne permettent pas de cerner le « phénomène Sarah Palin »

À en croire les sondages, la cote de popularité de Sarah Palin auprès des Américains ne cesse de chuter depuis un an et demi. Etrange quand l’on pense que parallèlement, les médias ne cessent de mettre en avant ses ambitions présidentielles pour 2012 en semblant la considérer comme une candidate sérieuse.

D’après la dernière série de sondages révélée par le Washington Post en février 2010, seuls 37 % des personnes interrogées disent avoir une opinion favorable de la républicaine et 7 individus sur 10 qu’ils ne l’imaginent pas présidente. Cependant, un autre sondage publié par le National Journal révèle que deux tiers des républicains pourraient envisager de voter pour elle en 2012. Ce qui pousse les journalistes de The Weekà se poser la question suivante : « Y aurait-il quelque chose d’intrinsèquement « insondable » à propos de Sarah Palin ? »

Un électorat bruyant mais peu nombreux ? Sarah Palin représente malgré tout une candidate sérieuse pour 2012…

Joe Biden, l’actuel vice président de Barack Obama, expliquait il y a quelques jours au magazine Politico que si l’on avait la sensation d’une grande popularité de Sarah Palin malgré le fait que les sondages lui soient souvent peu favorables, c’est tout simplement parce que son électorat de base est très « bruyant » et sait comment se faire remarquer, ce qui, vu de l’extérieur, donne une impression de puissance. « Sarah Palin attire globalement une catégorie d’individus frustrés et très conservateurs. Même s’il ne fait aucun doute que ses électeurs ne sont pas uniquement des “tea partiers” bruyants et stéréotypés, je doute vraiment qu’ils regroupent une partie importante de la population. »

David Broder d’ajouter, pour le Washington Post, que même si les sondages laissent parfois penser que miss Palin serait mal aimée du grand public, ne pas la prendre au sérieux serait une erreur : « Malgré des sondages parfois contradictoires, elle est une candidate sérieuse pour 2012. Son populisme de choc colle parfaitement à l’humeur actuel de l’Amérique, c’est pourquoi il faut prendre Sarah Palin au sérieux ». Sans oublier que les médias l’adorent dans la mesure où elle génère de l’argent et assure de l’audience …

L’ex reine de beauté (elle a été la dauphine de Miss Alaska en 1984) serait donc avant tout un bon produit marketing peut-être doué d’une force de frappe plus importante que celle que semblent lui accorder les sondages.

Quel camp politique ?

En plus des sondages qui semblent se contredire entre eux et une popularité difficile à évaluer, la belle semble à présent susciter des questions concernant son véritable camp politique. Certains analystes – parmi lesquels Al Hunt, commentateur pour la chaîne ABC News – commencent à se poser sérieusement la question suivante : Sarah Palin est-elle républicaine ou est-elle en train de changer de camp et de rejoindre les rangs du tout jeune Tea Party ? Si son identité conservatrice ne fait aucun doute, on ne sait toujours pas avec certitude pour quel parti elle décidera de concourir si jamais elle se décidait à se lancer dans la course à la Maison-Blanche.

Les républicains sont bien entendu inquiets à l’idée qu’elle quitte leurs rangs, car même si elle représente un personnage extrême et donc potentiellement effrayant pour une partie de l’électorat républicain traditionnel, il n’en reste pas moins que Miss Palin saurait à coups sûr comment générer des dons pour une campagne ou encore battre des records d’audience.

Une vedette conservatrice

Mike Huckabee, ancien gouverneur républicain de l’Arkansas et actuellement présentateur pour la chaîne conservatrice Fox News, a même lancé un appel public à l’ancienne colistière de John McCain en lui demandant de ne pas changer de camp politique : « Sarah, ne vous lancer pas en politique de manière indépendante ou pour un “third party”, mais restez plutôt pour nous aider à reconstruire le GOP ». Tous les conservateurs semblent donc aujourd’hui s’arracher les faveurs de Sarah Palin, une manière de contredire les sondages dont une partie n’a de cesse de vouloir l’enterrer avant l’heure…

Celle qui avait déclaré que sa nomination par l’équipe de John McCain au poste de colistière n’était autre que le dessein de Dieu pour lui permettre de réaliser sa destiné et de sauver les Etats-Unis des libéraux semble donc avoir de beaux jours devant elle, qu’importe ce qu’en disent les sondages.

Related Articles

Close