Blog

Quelques monuments de la cite romaine de Sabratha Libye

Quelques monuments de la cite romaine de Sabratha Libye

Le charme de ce petit site romain au bord de la mer est très apprécié par les nombreux visiteurs qu’il accueille chaque année.

De son passé punique, mais surtout de son époque romaine, le site archéologique de Sabratha nous a livré de nombreux édifices permettant aux archéologues et aux visiteurs de mieux connaître le milieu urbain en Afrique du Nord durant l’Antiquité. Ce site d’une importance majeure pour l’histoire des civilisations méditerranéennes, a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le mausolée Libyco-punique

Le mausolée B (aussi appelé Mausolée de Bès) date de la fin du IIIe s. ou du début du IIe s. av. n. ère. Ce monument funéraire restauré est terminé en pointe, comme devaient l’être les autres mausolées de Sabratha, qui n’ont pas été reconstitués par les archéologues. En effet, cette typologie de sépulture était assez fréquente en Tripolitaine.

Leur mauvais état de conservation est dû au fait que les Byzantins ont réutilisé les matériaux pour élever d’autres constructions. A l’origine, ce mausolée était enduit de stuc polychrome, avec une dominante bleue et rouge.

Son nom lui a été attribué sur la base d’un de ses bas-reliefs représentant le dieu Bès. Cette divinité, dont l’aspect est celui d’un nain grotesque, était un protecteur des morts et le dieu de la renaissance. D’origine égyptienne, on le retrouve fréquemment dans le monde punique, principalement sous forme d’amulettes dans les nécropoles.

La basilique du forum

La basilique dite d’«Apulée» était l’un des monuments du forum. Plusieurs phases de son élaboration ont pu être identifiées. La première construction date du Ier s. av. n. ère. Quelques modifications ont été apportées au IIe s. de n. ère. Un important réaménagement date du IVe s. Elle devait alors présenter un plan à doubles absides, similaire à la basilique sévérienne de Lepcis Magna. Vers 450, la basilique civile est transformée en église.

C’est probablement dans cette basilique que se déroula le procès d’Apulée (124-180). Ce philosophe, né en Numidie, avait épousé Pudentilla, une riche veuve tripolitaine (sa famille était originaire d’Oéa, c’est-à-dire de l’actuelle Tripoli). Cette union ne satisfit pas les parents de l’épouse, qui eurent peur de voir le patrimoine familial disparaître. Afin de se débarrasser de leur gendre, Apulée, ils l’accusèrent d’avoir usé d’enchantements pour séduire leur fille et prendre ainsi possession de sa fortune.

La plaidoirie que le philosophe prononça, pour assurer sa défense devant le tribunal du proconsul Clausius Maximus fut brillante. Elle a été publiée sous le titre Apologie ou De la magie. Il fut disculpé des accusations qui pesaient contre lui.

Le temple de Liber Pater

Ce temple monumental a été édifié sur le forum au Ier s. ap. J.-C. Le premier édifice fut agrandi et pourvu d’un double portique entre le IIe et le IIIe s. Il fut encore restauré en 340, après un séisme. Il présente la particularité d’avoir conservé sa décoration en calcaire stuqué, quand, au IIe s., les principaux monuments de la ville ont reçu une décoration en marbre.

Le Capitole

Comme toute cité provinciale romaine, Sabratha possédait un temple dédié à la triade capitoline, Jupiter, Junon et Minerve. Il fut construit pendant le règne d’Auguste. Au IIe s., son podium a été prolongé vers le forum, afin de constituer une tribune pour les orateurs. C’est de ce temple que provient le buste colossal de Jupiter, qui se trouve actuellement au musée de Sabratha.

Les thermes du bord de mer

Les thermes du bord de mer étaient le plus vaste établissement thermal de Sabratha. Malheureusement, ils ont beaucoup souffert de l’érosion du rivage. Le plan hexagonal de ses latrines est peu habituel.

Le temple d’Isis

Le temple d’Isis a été construit sous Auguste. Il fut ensuite agrandi au cours du règne de Vespasien, en 68-69. Ce sanctuaire est le plus grand d’Afrique romaine à avoir été dédié à la déesse égyptienne Isis.

Le théâtre

Le théâtre de Sabratha avait été commencé au cours du règne de l’empereur Commode, et fut achevé sous Septime Sévère. Sa capacité était de 5000 personnes. L’état actuel du théâtre, réutilisé de nos jours, est dû aux restaurations entreprises par les archéologues italiens à l’époque de Mussolini. Lors de votre visite, ne ratez pas les bas reliefs qui décorent l’avant de la scène. Leur iconographie est variée. Ils représentent des danseurs, des philosophes, des divinités, des soldats, une scène de sacrifice de taureau, des masques de théâtre, etc.

Les quartiers d’habitations et les édifices thermaux ont aussi livrés de nombreuses mosaïques de qualité, dont certaines sont encore visibles sur place.

Related Articles

Close