Blog

Quand ecologie rime avec economies Leau precieuse

Quand ecologie rime avec economies Leau precieuse

Tout le monde a besoin d’eau mais elle n’est pas inépuisable. Des conseils faciles pour réduire sa consommation peuvent aider à préserver cette ressource.

Il existe des gestes quotidiens que chacun peut faire presque sans effort. Il n’est pas question ici de mener des actions extrêmes comme le projet No Impact Man de Colin Beavan (pour en savoir plus sur lui, cliquez ici). Il s’agit plutôt d’apprendre comment on peut arrêter de la gaspiller sans pour autant se priver.

L’eau, un bien de grande consommation

Près des trois quarts de la surface de la Terre sont recouverts d’eau, aussi lorsque l’on laisse notre regard glisser au fil de l’eau on a du mal à imaginer que l’eau potable se raréfie. Pourtant en période estivale les restrictions d’utilisation se multiplient, dans notre propre pays. Préserver cette ressource qui représente 60% de notre corps ne signifie pas pour autant se mettre au régime sec.

En France, on consomme environ 150 litres d’eau par personne et par jour (selon le site Eau de Paris). La plus grande partie sert à l’hygiène et aux sanitaires, viennent ensuite le lavage du linge et la vaisselle.

Les petits gestes font les grandes rivières

De nombreux tuyaux existent pour ne pas dilapider cette ressource.

La première étape consiste à ne pas laisser s’échapper l’eau inutilement s’attaquant en priorité aux deux activités qui en consomme le plus.

Il est facile de fermer l’eau du robinet quand on se brosse les dents (10.000 litres d’eau économisés par an selon le site 10:10) ou de ne lancer une lessive que lorsque la machine est pleine (la fonction demi-charge permet d’économiser l’eau mais pas l’électricité). En ce qui concerne les sanitaires, il faut opter pour une chasse d’eau à deux vitesses et si de nouveaux WC ne sont pas à l’ordre du jour, on peut déposer une brique ou une bouteille pleine dans le réservoir, qui aura alors besoin de moins d’eau pour être rempli.

Il est important de faire réparer au plus tôt les fuites, même petites. Pour vérifier que des joints usés ne laissent pas s’écouler de précieuses perles, un récipient placé sous les robinets pendant la nuit ou les vacances fera l’affaire; la musique du goutte-à-goutte dénoncera le coupable. En attendant de faire réparer cette fuite, l’eau récupérée dans le récipient pourra servir à laver la vaisselle.

La deuxième étape permet de dilapider moins d’eau.

Prendre une douche plutôt qu’un bain résulte en une économie de 60 à 90 litres (suivant la taille de la baignoire). Cela vaut donc la peine de raccourcir sa toilette. En plus, qu’il est agréable et revigorant de sentir l’eau perler sur sa peau.

Installer un pommeau de douche économique et un mousseur aux robinets permet de diminuer le débit en conservant la pression; il ajoute de l’air à l’eau et permet ainsi d’en épargner plus de 50%.

Côté jardin, l’arrosage peut être optimisé en binant régulièrement la terre et en la recouvrant de paille. Elle retient alors mieux et plus longtemps l’eau qui lui est offerte, surtout si on l’arrose en soirée lorsque le soleil n’est plus là pour la faire évaporer.

La troisième étape consiste à récupérer l’eau que la nature nous offre.

Ceux qui possèdent un jardin, une terrasse, un balcon ou un rebord de fenêtre suffisamment profond, peuvent intercepter l’eau de pluie dans un réservoir ou récipient; l’arrosage du jardin (pour ceux qui en ont) ou celui des plantes d’intérieur sera ainsi assuré, voire même le lavage de la voiture ou encore des fenêtres.

Certains systèmes d’eau chaude sont longs au démarrage et les premières minutes de douche sont alors trop froides pour que l’on puisse s’en asperger. Dans ce cas, il est possible de recueillir cette eau glacée dans un récipient. Elle pourra servir à arroser les plantes ou à laver la salle de bain.

Faire cuire des légumes à l’eau charge cette eau en minéraux qui sont perdus lorsqu’on jette cette eau de cuisson, alors que si on attend qu’elle refroidisse elle offrira une merveilleuse cure de vitamines aux plantes qui seront arrosées avec.

En ce qui concerne notre assiette, il est recommandé de consommé moins de viande car il faut beaucoup d’eau pour élever la bête et la transformer pour régaler nos papilles.

Protéger l’eau potable

Economiser l’eau potable est une des premières choses auxquelles nous pensons lorsque l’on parle de développement durable, mais la ménager ne suffit pas; il ne faut pas oublier de protéger l’eau de sorte qu’elle reste potable.

Mettre la lessive directement dans le tambour avec le linge au lieu de la verser dans le bac prévu à cet effet permet d’utiliser moins de lessive avec le même résultat.

Jeter à la poubelle «normale» les pots de peinture et autres piles laissent s’échapper les agents toxiques et autres métaux lourds dont ils sont composés qui se retrouvent alors dans les égouts et les nappes phréatique.

Placer un filtre dans le trou d’évacuation d’un évier évite aux déchets alimentaires de s’échapper avec l’eau.

Les produits d’entretien peuvent souvent être remplacés par des options tout aussi efficaces et bien moins toxiques. Le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude font des merveilles (quelques exemples sur le bicarbonate et sur le vinaigre blanc).

Sans avoir à acheter de coûteux équipements ou à couper les robinets, il existe de nombreux gestes simples permettant de préserver l’eau. Il existe de nombreux sites Internet pour guider celui qui se préoccupe de sa consommation d’eau :

Consoglobe.com/bp92-1886_economiser-eau.html

Dailymotion.com/video/x436xg_proteger-les-nappes-dyeau-les-rivie

Ademe.fr/particuliers/fiches/maison/rub3.htm

Related Articles

Close