Blog

Preparation du pere dans un projet de grossesse Les conseils pour un futur papa avant la procreation

Preparation du pere dans un projet de grossesse Les conseils pour un futur papa avant la procreation

La reproduction se faisant à deux et le problème de fertilité n’étant pas que féminin, le père a sa part de préparation dans un projet d’enfant. Voici nos conseils.

Vous sentez monter en vous le désir de paternité, préparez-vous pour ne pas compromettre vos chances d’être père. Il est donc nécessaire d’en savoir un minimum sur votre santé, ainsi que le fonctionnement de votre organisme, pour ne pas vous exposer à des surprises non désirées de dernière minute le moment venu…

Être en excellente forme

Dans l’année où vous avez votre projet d’enfant, prévoyez de consulter votre médecin, afin qu’il établisse votre bilan ou votre histoire médicale.

Faites vérifier votre taux de cholestérol et votre tension, car des chiffres élevés pourront être associés à des facteurs de troubles érectiles.

Surveillez votre poids : le surpoids ne fait pas bon ménage avec les spermatozoïdes. Évitez de manger dans les fast-food et optez pour un régime alimentaire sain. Il a été démontré que les hommes ayant un IMC (indice de masse corporel) excédant 25 présenteraient des concentrations de spermatozoïdes avec un ADN (caractérisant les chromosomes) endommagé.

Une alimentation équilibrée pour des spermatozoïdes en bonne santé

L’acide folique, ou vitamine B9, est nécessaire à la synthèse de l’ADN. Les concentrations en vitamine B9 dans le sperme et le sang démontrent que le sperme est de bonne qualité. La carence en acide folique, également appelé folate, entraîne chez l’homme une quantité insuffisante en spermatozoïdes, ainsi que de nombreux dommages chromosomiques qui pourraient prédisposer l’enfant à une malformation. La déficience en folates entraîne également une anémie qui pourrait parfois conduire à la dépression ou à l’anorexie.

Pour avoir du sperme de bonne qualité, il est donc conseillé de puiser la vitamine B9 dans les aliments que nous consommons quotidiennement et d’en varier les sources. Chez l’homme, l’apport conseillé en vitamine B9 est d’environ 300 microgrammes par jour. Elle est présente naturellement dans les fromages fermentés, les œufs ou encore les légumes verts.

Pour plus de précision, voici la teneur en folates (pour 100 g) de quelques aliments :

  • Le foie, le plus riche en folates, en contient 200 microgrammes.
  • L’avocat, la châtaigne, le maïs, la salade verte, l’amande et la noix contiennent entre 100 et 200 microgrammes de vitamine B9.
  • Les légumes verts, l’œuf, le fromage fermenté, le pois chiche et le melon en contiennent entre 50 et 100 microgrammes.

Pensez donc à ces fameux folates, afin de pouvoir vous lancer sereinement dans un projet d’enfant et essayez d’en varier les sources.

Éliminez le tabac et le cannabis

Comme l’hypercholestérolémie et l’hypertension, le tabagisme est également associé à des facteurs de troubles érectiles. Plus nuisible encore, il agit sur la qualité de l’éjaculât. En effet, le tabac affecte la viabilité et la vitalité des spermatozoïdes, ainsi que leur acidité, leur volume et la densité de l’éjaculat.

Pire encore, le cannabis a un effet néfaste sur la procréation. Le principe actif du cannabis, appelé encore tétrahydrocannabinol ou THC, peut limiter la mobilité des spermatozoïdes et donc inhiber la fécondation de l’ovule. Avec un taux de THC dans les voies génitales, le sperme ne peut pas soutenir le rythme nécessaire de vingt-quatre heures voire plus, ce rythme est amené à se réduire à six heures.

Le café, ami ou ennemi ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le café joue un rôle stimulant pour les spermatozoïdes. Leur déplacement est plus important chez les buveurs de café.

La caféine est même suggérée dans des traitements de certaines infertilités masculines.

Related Articles

Close