Blog

Planter des fraisiers Cultiver des fraises dans son jardin

Planter des fraisiers Cultiver des fraises dans son jardin

Minuscules fruits des bois ou fraises géantes, les fraisiers satisfont les plus gourmands du printemps à l’automne.

Champions des potagers et des bordures, certains fraisiers remontants fleurissent sans discontinuer de mai aux gelées.

Le fraisier est une plante vivace formant une touffe plus ou moins volumineuse. Il en existe un nombre considérable de variétés que l’on peut classifier en trois groupes : les fraisiers à petits fruits dits “des quatre saisons” ; les fraisiers à gros fruits remontants et les fraisiers à gros fruits non remontants.

Petits ou gros fruits

Les fraisiers à petits fruits sont une race vigoureuse, produisant en abondance des petits fruits très parfumés qui ressemblent à s’y m’éprendre à la fraise des bois. Ils fructifient sans discontinuer de mai jusqu’en octobre. Dans de bonnes conditions de culture, ils assurent un rendement de 400 à 700 g de fraises par pied.

Les fraisiers à gros fruits sont issus de plants importés du Chili et de Virginie. Leur association a donné une “fraise ananas” dont découlent toutes les variétés actuelles.

Les espèces dites “remontantes” fructifient une première fois en mai juin. Après une période de repos en juillet août, ils “remontent”, à savoir qu’ils recommencent à produire et ce jusqu’aux gelées. Sur une saison, ll peut ainsi obtenir jusqu’à 1500 g de fruits par pied.

Les fraisiers à gros fruits non remontants portent des fruits plus opulents que les précédents. La totalité de leur récolte se réalise sur une durée de 3 à 4 semaines. Leur précocité est fonction du climat de la région et de la variété. Les plus hâtives commencent à produire du 15 mai au 15 juin, celles de moyenne saison de 1er au 30 juin et les plus tardives du 15 juin au 15 juillet. Ils offrent un rendement important de 1500 g de fruits par pied. L’intérêt des plants non remontants est de pouvoir disposer ponctuellement d’une masse de fruits importante pour faire par exemple des confitures.

Exposition, climat et sol

À l’exception des fraisiers à petits fruits qui se plaisent à une exposition modérément ombragée, toutes les variétés exigent une mise en place ensoleillée.

Les fraisiers préfèrent les climats suffisamment froids en hiver qui leur assurent une véritable période de repos. Ils supportent sans dommage des températures pouvant descendre à – 20° C. Par contre, la floraison d’avril est très sensible aux gelées tardives et il est préférable d’installer provisoirement un tunnel plastique pour la protéger.

Les plants se développeront mieux dans les terrains silico-argileux, riches en humus. Éviter les terrains très calcaires ou excessivement humides qui ne leur sont guère propices. Il est nécessaire de les déplacer tous les 3/4 ans avant qu’ils n’aient épuisé toutes les ressources nutritives du sol.

Avant de les planter

Désherber préalablement le terrain. Le cas échéant appliquer un herbicide total à base de glyphosate.

Labourer le sol en profondeur au moins un mois avant la plantation et enfouir 3/4 kg de fumier de bovins ou de compost bien décomposé.

À l’exception des variétés dites des “Quatre saisons” qui doivent se planter en mars avril la période la plus propice au repiquage des plants se situe de la mi-août à début octobre. Cela dit, on peut mettre en terre en mars les variétés remontantes. Elles produiront une première récolte en septembre, les espèces non remontantes ne donnant une vraie récolte que l’année suivante.

L’installation

Afin de faciliter la cueillette et l’entretien, planter les fraisiers sur deux rangs, les planches étant séparées par un sentier. Il est préférable d’installer ces derniers sur un paillis composé d’écorces de pin broyées, de billes d’argile expansée, ou traditionnellement de paille. Le paillis va éviter la propagation des mauvaises herbes tout en conservant l’humidité du sol. En outre, en isolant les fruits de la terre, il va leur éviter d’être sali après une averse. On peut également utiliser un film plastique opaque et noir. Il en existe des versions perforées qui laissent passer les eaux de pluie ou d’arrosage. Dans ce cas, le film doit impérativement être posé avant la plantation. Déroulé sur le sol bien nivelé, bien tendu, il sera maintenu en place sur son pourtour à l’aide d’un bourrelet de terre. Inciser chaque emplacement prévu pour les plants, en croix, au moyen d’une lame de cutter.

La plantation

Les racines des fraisiers ne doivent jamais se retrousser vers le haut. Utiliser un transplantoir afin de creuser un trou assez profond pour les étaler correctement. Enterrer le plant au ras de son collet, sans enfouir ce dernier. Tasser bien le sol au pied en créant une petite cuvette. Arroser ensuite régulièrement jusqu’à la reprise.

La multiplication

La majorité des variétés développent sur leur pied de longues pousses souples, appelées stolons, qui s’enracinent spontanément en place pour donner naissance à de nouvelles plantes. Il suffit de séparer les rejets du pied-mère lorsqu’ils sont suffisamment enracinés pour assurer seuls leur existence.

La division des touffes est un moyen de multiplication utilisé pour les quelques variétés qui ne produisent pas de stolons : fraisier des quatre saisons délices, ou fraisier à gros fruits remontants Bordurella par exemple. Diviser les touffes les plus imposantes au printemps en veillant à leur conserver un système racinaire suffisant pour assurer la reprise.

Le choix des variétés

Il existe un grand nombre de variétés de fraisiers remontants ou non remontants, à production précoce ou tardive. Les différences essentielles de chacune concernent l’aspect des fruits et les caractéristiques de la chair.

– En bordure : préférer la variété Bordurella remontante à gros fruits. Ne produisant pas de stolons, elle se maintiendra sans mal le long des allées où elle sera facile à cueillir.

– Pour le balcon : les variétés grimpantes comme Mount Everest développent des stolons fructifères qui doivent être palissés. Décorative, la variété Belrose remontante assure une floraison rose du plus bel effet.

– En dessert : Maxi, une variété à fruits géants très parfumés qui peuvent atteindre 100 g chacun. Non remontante elle assure une récolte abondante en juin et juillet. Sengana, également non remontante, s’apprécie particulièrement en confitures et en congélation. Enfin, la plus prisée, la Gariguette, non remontante, elle est délicieuse pour les tartes et les gâteaux car elle se tient très bien en cuisson et développe un parfum très prononcé.

Related Articles

Close