Blog

Panneaux solaires photovoltaiques vendre son electricite a EDF

Panneaux solaires photovoltaiques vendre son electricite a EDF

Comment installer des panneaux solaires sur son toit ou son habitation, revendre de l’énergie à EDF, bénéficier de crédits d’impôt et réaliser des économies

Devenir producteur d’énergie, grâce à l’installation de panneaux solaires photovoltaïques sur le toit de son logement ou dans son jardin… Voilà une façon habile d’arrondir ses fins de mois en revendant à EDF une partie de sa production. Et de faire des économies sur sa facture d’électricité en utilisant une énergie propre. Bref, de concilier deux impératifs de notre époque: augmenter son pouvoir d’achat tout en participant à la préservation de l’environnement. Une idée d’autant plus attrayante que la mise en place d’un tel dispositif est largement subventionnée par l’Etat, grâce à plusieurs crédits d’impôts. Mode d’emploi pour devenir producteur d’énergie et entrepreneur du développement durable.

Installer des panneaux solaires photovoltaïques sur sa maison

La solution la plus simple consiste à faire appel à un installateur agréé, ce qui vous permettra en outre de bénéficier d’une TVA à 5,5%. Attention néanmoins, toutes les habitations ne peuvent pas prétendre à l’accueil de panneaux photovoltaïques. Voici les critères nécessaires à l’installation de panneaux solaires photovoltaïques.

  • disposer d’une surface de toit ou de jardin comprise entre 10 et 30 mètres carrés.
  • disposer d’un toit incliné entre 20° et 50° par rapport à l’horizontale. L’inclinaison idéale pour des panneaux solaires est de 30°.
  • être orienté au sud – dans l’idéal – voire au sud-ouest ou au sud-est.
  • vérifier que votre région d’habitation est suffisamment ensoleillée tout au long de l’année pour que l’installation d’un tel dispositif soit rentable.
  • ne pas être trop soumis aux ombres portées par les arbres ou les autres bâtiments proches de votre domicile
  • Attention: si un permis de construire n’est pas indispensable pour installer des panneaux solaires sur une construction existante, il faut néanmoins faire une déclaration de travaux en mairie et se renseigner sur les contraintes esthétiques figurant dans le plan local d’urbanisme de la commune.

Panneaux solaires: choisir la surimposition ou l’intégration

Au moment de choisir comment installer les panneaux solaires sur votre habitation, deux solutions s’offrent à vous : les fixer directement par dessus la toiture (surimposition) ou les intégrer en remplaçant tout ou partie du toit (intégration). Plus coûteuse, la seconde solution est aussi plus esthétique mais surtout plus intéressante si vous comptez revendre votre production d’électricité à EDF. En effet, l’opérateur historique achète le KWh 0,602 euro (tarif 2010) si les panneaux solaires sont intégrés. Contre seulement 0,328 euro (tarif 2010) s’ils sont surimposés.

Une fois les panneaux installés, reste encore à les relier à un onduleur. Posé sur un mur à proximité des capteurs solaires, ce boitier sert à transformer le courant continu produit par les capteurs en courant alternatif, utilisé sur l’ensemble du réseau électrique français. Enfin, la mise en service de deux nouveaux compteurs parachèvera votre installation. Le premier servant à mesurer l’électricité que vous produisez et fournissez au réseau. Le second à évaluer quelle est votre consommation.

EDF, Direct Energie, Poweo… A qui revendre son électricité? Est-ce rentable?

Une fois l’installation des panneaux solaires installés, reste à revendre votre production. Si, légalement, tous les distributeurs d’électricité ont l’obligation d’acheter l’électricité produite par des installations utilisant les énergies renouvelables, c’est généralement à EDF – l’opérateur historique – que vous aurez affaire. Fixés par l’Etat, les tarifs sont précis et voici à quels prix EDF achètera votre énergie solaire (tarifs 2010, en vigueur jusqu’en 2012).

  • 0,602 euro par KW/h si votre installation est intégrée au bâti. Un tarif – le plus élevé au monde – qui équivaut à une prime à la qualité technique et esthétique. Attention: n’oubliez pas d’exiger de l’installateur un certificat attestant que les ouvrages ont été conçus et réalisés dans le respect de la réglementation.
  • 0,45 euro par kW/h pour les installations avec «intégration simplifiée au bâti». Attention, ce nouveau tarif est réservé aux centrales solaires d’une puissance supérieure à 3 KWc. Il faut donc disposer d’une surface de panneaux solaires supérieure à 30 mètres carrés. Ce qui réserve – de fait – ce tarif aux professionnels (artisans, agriculteurs, industriels, etc).
  • 0,328 euro par KW/h pour les installations non intégrés (surimposition) ou au sol.

Si les tarifs de revente sont élevés, une question demeure néanmoins: une telle installation est-elle rentable? En moyenne, on estime à 15.000 euros (hors taxes et hors installation) le prix de 20 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques (soit une puissance de 2 KWc). Un coût important mais que différentes aides (subventions, TVA à 5,5 %, etc.) permettent de diminuer sensiblement. Au point que selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) l’investissement est rentable, selon le prix de l’équipement et l’ensoleillement de la région, au bout de 8 à 20 ans. Une chose semble donc sûre: les habitants du sud de la France peuvent se lancer sans crainte dans l’aventure. Quant aux autres, ils doivent soigneusement peser tous les paramètres.

Subventions et crédits d’impôts Borloo: combien verse l’Etat et pour combien de temps?

Le déficit abyssal des comptes publics français et la chasse aux niches fiscales engagée par le gouvernement auront-ils raison des crédits d’impôts accordées aux énergies renouvelables? En partie, peut-être. C’est en tout cas ce que laissait entendre Jean-Louis Borloo au début du mois de juillet. Selon le ministre du Développement Durable, le crédit d’impôt réservé aux particuliers sur le matériel (plafonné à 8.000 euros pour une personne seule et 16.000 euros pour un couple, plus une majoration de 400 euros par personne à charge) pourrait passer de 50% à 25%, d’ici à l’année 2011. En clair: quand, en 2010, l’Etat vous remboursait sur votre feuille d’imposition, 50% du matériel utilisé pour installer des panneaux solaires, il ne vous en remboursera plus que 25% en 2011. Pire: la TVA à 5,5% sur le montant des travaux, accordée si ceux-ci étaient réalisés par un professionnel, pourrait elle aussi être revue à la baisse. En revanche, les aides versées par les collectivités locales (région, département, etc), ne devraient pas être impactées.

Related Articles

Close