Blog

Paludisme la lutte intensifiee en Cote dIvoire

Paludisme la lutte intensifiee en Cote dIvoire

Le ministre ivoirien de la Santé a relevé l’espoir de vaincre le paludisme dans le pays lors de la 3e journée mondiale de lutte contre cette maladie.

Les autorités sanitaires ivoiriennes, les responsables politiques et administratifs ainsi que les populations ont investi le samedi 24 avril 2010 la place Laurent Gbagbo de Jacqueville. Pour la commémoration de la 3e édition de la Journée mondiale de la lutte contre le paludisme.

Une pathologie que le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Eugène Aka Aouélé, a qualifié de maladie de la pauvreté, en ce sens qu’elle peut fortement perturber la vie économique et sociale de nombre de personnes. Le thème retenu pour cette édition : « Vaincre le paludisme, le compte à rebours est lancé ».

Une maladie qui sévit en Côte d’Ivoire

Chaque mois de l’année, le paludisme occupe la première place de toutes les maladies infectieuses et parasitaires dans ce pays du continent africain. Et il représente plus de la moitié des motifs de consultation dans toutes les structures sanitaires.

Antoine Yao du « Programme national de lutte contre le paludisme » de la direction départementale de la santé de la commune de Koumassi (Abidjan) indiquait le 1er avril dernier que le paludisme représente aujourd’hui 40 % des causes de consultation. Et de faire remarquer que cette maladie tue maintenant plus que le Sida. Maarit Hirvonen, représentante de l’Unicef en Côte d’Ivoire, a expliqué lors de cette journée que le paludisme demeure la première cause de mortalité chez les enfants.

L’espoir permis

Au cours de cette 3e édition de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme en Côte d’Ivoire, le ministre de la Santé a fait observer qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer devant cette maladie, puisque l’espoir de la vaincre est permis en Côte d’Ivoire. Le patron du portefeuille de la santé justifie cette conviction par les dispositions prises. Des moyens efficaces pour la prévention et le traitement sont disponibles. De même que les appuis financiers octroyés par les partenaires au développement tels le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), l’Organisation mondiale de la santé…

Le ministre de la Santé a fait cas de l’important appui apporté par le Fonds mondial de la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Ce partenaire financier, souligne le ministre, octroie 115 milliards Fcfa à la Côte d’Ivoire sur une période de cinq ans pour la lutte contre le paludisme.

Les actions à mener

La subvention accordée par le Fonds mondial de la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme va servir à financer diverses actions selon le ministre de la Santé. Il s’agit, entre autres, de la distribution d’environ 8 millions de moustiquaires imprégnées aux ménages. Cette action se mènera dans le cadre d’une vaste campagne de sensibilisation qui sera initiée. Le renforcement des moyens de lutte dans toutes les infrastructures sanitaires et la mise en place de dispositions favorisant l’accès des malades aux médicaments sont également prévus, ainsi que le renforcement des capacités du personnel de santé.

Les conseils donnés aux populations

Le ministre de la Santé a exhorté, à cette occasion, les populations ivoiriennes à fréquenter les formations sanitaires. Il leur a également conseillé de dormir sous des moustiquaires imprégnées, et à faire de l’assainissement de leur cadre de vie une priorité permanente.

CONT 9

Related Articles

Close