Blog

Origines et croyances de la SaintValentin Une fete catholique et paienne dediee a lAmour

Origines et croyances de la SaintValentin Une fete catholique et paienne dediee a lAmour

Le 14 février, c’est la Saint-Valentin ! Mais depuis quand est-ce la fête des amoureux ? Petite promenade au travers des époques pour mieux comprendre la fête actuelle…

La Saint-Valentin, c’est le 14 février, et c’est la fête des amoureux, tout le monde le sait. Mais ce n’est pas qu’une occasion commerciale de plus, une obligation d’offrir un cadeau ou une fleur à date fixe. C’est une fête catholique et une fête païenne, qui se sont rencontrées pour instituer un jour par an dédié à l’Amour, plus pur et spirituel pour les uns, plus physique et charnel pour les autres.

La canonisation de saint Valentin

L’origine de la fête de la Saint-Valentin est assez controversée. Il semblerait néanmoins qu’elle remonte à l’Antiquité. Trois martyrs (de Rome, de Terni et d’Afrique du Nord) pourraient être à l’origine de cette fête dont la date a été fixée au 14 février par décret du pape Gelase 1er en 498.

Celui à qui l’on attribue le plus généralement l’origine de la Saint-Valentin est le martyr de Rome, Valentin, un prêtre vivant sous le règne de l’empereur Claude II (IIIe siècle apr. J.-C.). L’empereur, surnommé « le Cruel », prit la décision d’interdire le mariage pour avoir suffisamment de soldats engagés dans ses troupes. Malgré ses ordres, Valentin célébra des mariages en secret, ce qui lui valut d’être emprisonné.

La légende raconte que, pendant son séjour en prison, Valentin fit la connaissance de la fille de son geôlier, une jeune fille aveugle dont il tomba amoureux et à qui il redonna la vue. Avant d’être exécuté par décapitation, Valentin envoya une lettre à sa bien-aimée signée « Ton Valentin ».

Ce n’est qu’à la veille du VIe siècle que Valentin sera canonisé, devenant par là même le symbole de l’amour pur, entier et engagé, reconnu officiellement par l’Église catholique, dans le but évident de contrer la fête païenne de Lupercalia.

La fête païenne de Lupercalia

Cette fête, dédiée à Lupercus, dieu des troupeaux et des bergers, et à Junon, protectrice des femmes et du mariage romain, était l’occasion de célébrer la fertilité et la fécondité par des rites peu catholiques, où boissons, coups de lanières en peau de bouc et corps à moitié dénudés avaient tout pour choquer l’Église.

Les païens fêtaient alors à leur façon une Saint-Valentin plus charnelle qu’amoureuse, où les femmes désirant une grossesse n’hésitaient pas à se laisser toucher par des prêtres soûls censés leur porter bonheur dans leur projet de maternité. On est alors bien loin du côté « fleur bleu romantique » de la Saint-Valentin actuelle.

Au Moyen Âge

Une autre origine de la Saint-Valentin daterait du Moyen Âge, époque à laquelle la croyance populaire attribuait le début de la saison des amours chez les oiseaux au 14 février. Par extension serait née la Saint-Valentin comme jour propice aux déclarations amoureuses des hommes.

On peut ainsi lire dans les écrits de Geoffrey Chaucer, au XIVe siècle, des citations en ce sens. À l’époque, les tourtereaux prenaient l’habitude de se surnommer « Ton Valentin » et s’envoyaient des billets doux pour se déclarer leur flamme de manière chevaleresque. Si la poésie a tendance à se perdre à notre époque, ces billets sont néanmoins bien les ancêtres des cartes ornées de cœurs que nous destinons à nos aimés en ce jour de Saint-Valentin.

Alors, pour une Saint-Valentin parfaite, l’idéal est de vous faire votre propre version de cette fête : un brin de romantisme, un soupçon de tendresse, quelques graines de passion, un voile de désir et surtout… beaucoup d’amour.

Related Articles

Close