Blog

Musees en Ardeche papier parchemin et montgolfieres a Annonay

Musees en Ardeche  papier parchemin et montgolfieres a Annonay

Cuir, papier, parchemin et aérostat, génies inventifs, ont façonné l’histoire d’Annonay en Ardèche. Des musées à visiter en famille leur sont consacrés.

En 1669, Michel et Raymond de Montgolfier héritiers de la tradition papetière, – leur ancêtre fait prisonnier par les Turcs lors de la seconde croisade, vers 1150, s’initie à cette industrie pendant sa captivité -, épousent deux demoiselles Chelles, filles d’un important papetier de Vidalon, près d’Annonay. En 1702, les frères Mongolfier succédent à leur beau-père.

Les petits papiers

La Deume, rivière se jetant dans la Cance, elle-même affluent de la Loire et traversant la ville d’Annonay et ses alentours, est propice aux industries papetière et d’ennoblissement des cuirs, qui réclament de réguliers et forts courants d’eau siliceux: on doit à Joseph de Montgolfier, qui construisit avec son frère Jacques-Etienne, le premier ballon à air chaud, l’invention du bélier hydraulique visant à faciliter le pompage de l’eau pour la papeterie familiale. En 1780, Etienne de Montgolfier met au point les premiers papiers pour le dessin, et en 1784, la papeterie reçoit le titre de “manufacture royale”, régie par Pierre de Montgolfier. Alexandrine, sa petite-fille épousera Barthélemy de Canson, dont le nom sera dorénavant indissociable de celui des Montgolfier, et de l’industrie du papier.

Annonay est située en Vivarais, au carrefour de l’histoire, des peuples, des guerres, et riche d’un passé industriel, artisanal et commercial au savoir-faire sans faille. Comme les canuts de la Croix-Rousse de Lyon, les ouvriers papetiers, parcheminiers, mégissiers du bassin d’Annonay, prenant sur leur temps après un très dur labeur, savent faire entendre leur voix pour l’amélioration des conditions de vie de tous, sans quoi il n’est pas d’honneur au métier. De cet honneur rendu aux populations du Vivarais, au travers des écrits et des objets qui témoignent d’un passé créatif et turbulent depuis l’époque gallo-romaine, on peut se faire une large idée, en visitant le musée Vivarois, créé en 1920 par Edouard Filhol, fondateur de la Société des amis d’Annonay, et le musée des Papeteries Canson et Montgolfier.

Par monts et parchemins

C’est à ces ouvriers et ces artisans ingénieux, que l’espace du Parchemin et du Cuir d’Annonay rend hommage. Installé dans l’ancienne sècherie de peaux, au-dessus des établissements Dumas, dans un espace lumineux et vitré, le musée présente les différentes étapes du travail des parcheminiers, et propose aussi à la vente des articles réalisés à partir des matières animales récupérées.

Le parchemin, premier support de la calligraphie réalisé sur des peaux d’animaux, – porcs, chèvres – rendues imputrescibles, a subsisté jusqu’à nos jours malgré son coût, mais n’est plus guère utilisé, sinon comme support de l’oeuvre d’art, et aussi, pour les renforts et tables d’harmonie, certains instruments à corde, et comme membrane pour les instruments de percussion.

Prenons de l’altitude !

Annonay a été classée site historique de la montgolfière par l’American Institute of Aeronautics et Astronautics en 2002. Le premier week-end de juin, Annonay rend hommage au premier ballon à air chaud qui en 1783, s’éleva de la Place des Cordeliers, en recréant l’évènement lors de fêtes costumées. Lors de cette fête, des aérostiers du monde entier se donnent rendez-vous, et l’on peut aussi s’inscrire pour un baptême de l’air comme au temps des Lumières !

Le génie annonéen s’exprime aussi par les inventions de Marc Seguin, petit-neveu des Montgolfier inventeurs du ballon à air chaud, et dont la spécialité fut les ponts suspendus, dont l’Ardèche s’enorgueillit. On peut les admirer enjambant le Rhône, et toujours utilisés de nos jours, à Tournon et Andance : c’est dans cette ville que fut construit en 1824, le premier bâteau à vapeur conçu par Marc Seguin, et nommé “ Le Voltigeur”. On doit aussi à Marc Seguin et ses frères, la première ligne de chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon, dont le premier tronçon de Givors à Rive-de-Gier, fut praticable pour les marchandises, le 28 juin 1830.

A travers ses crises, mais toujours portée au cours des siècles par son génie inventif et sa faculté de l’adapter aux besoins du quotidien, Annonay s’est inspirée des leçons du passé pour se projeter dans l’avenir. C’est ce qui en fait une ville à dimension humaine, avec une identité forte, joyau de l’Ardèche Verte, et que les touristes ont plaisir à visiter.

Musée vivarois César Filhol

Musée des Papeteries Canson et Montgolfier

Espace du parchemin et du cuir

Séjourner en Vivarais

Bibliographie :

Marie-Hélène Reynaud : Au temps de la fabrication du papier à la main – Musée des papeteries Canson et Montgolfier – 1994

CONT 10

Related Articles

Close