Blog

Mon bebe pleure que faire Coliques faim mal au dents ou tout simplement besoin de calin

Mon bebe pleure que faire Coliques faim mal au dents ou tout simplement besoin de calin

Rien de plus éprouvant pour les jeunes parents que les pleurs de bébé, surtout si l’on ne trouve aucun moyen de le calmer. Des bébés aux besoins intenses, cela existe.

Ça y est, cette fois, vous avez vraiment envie de le jeter par la fenêtre : votre bébé pleure depuis des heures, et vos nerfs commencent à craquer. Vous avez tout essayé, le biberon, le change, la berceuse, mais là, vous êtes prêts à lui filer un somnifère ne serait-ce que pour pouvoir à votre tour dormir un peu… C’est un enfer, dont il faut parler avant de craquer vraiment.

Les différents causes des pleurs du nourrisson

Un bébé ne pleure jamais pour vous embêter, c’est la première chose dont il faut que vous soyez convaincu. Si quelqu’un vous dit que votre bébé est un comédien et vous fait marcher, et que vous le gâtez trop, par pitié, prenez le parti de votre bébé, et répondez à cette personne, sur les conseils des championnes du maternage, qu’un fruit gâté, c’est un fruit que l’on a laissé pourrir sans y toucher…

Les raisons classiques et physiologiques des pleurs :

  • Il a mal au ventre : le système digestif du bébé est très fragile, et les laits non maternels sont parfois une dure épreuve pour lui.
  • Il a sali sa couche : les bébés ont horreur des couches sales. Certaines selles à peine émises peuvent avoir un effet immédiatement irritant et douloureux sur leur peau fragile.
  • Il a faim : il en a le droit, même si le dernier biberon ou la dernière tétée remonte à moins de deux heures.
  • Il a soif : la cause la moins pensée par les parents.
  • Ses dents sont en train de sortir.
  • Il est fatigué.

Toutes ces raisons trouvent une solution généralement, et les pleurs de votre bébé sont temporaires, il finit par se calmer. Ne laissez jamais un bébé hurler en pensant qu’il va se calmer tout seul. Cela peut créer de véritables crises hystériques, se terminer par un spasme du sanglot, et faire naître chez votre enfant un sentiment d’insécurité qui sera par la suite difficile à gérer : il sera de plus en plus nerveux, pleurera de plus en plus souvent, ou au contraire, deviendra atone en grandissant.

Les pleurs incompréhensibles du bébé

En dehors de ces causes, normales dirons-nous, il existe des bébés qui, dès la naissance, sont des braillards. Cela commence dès la naissance : à la maternité, ce sont des bébés qui vous épuisent avant même d’avoir pu récupérer de l’accouchement.

Les puéricultrices le savent bien : il y a environ un bébé sur cinq dans ce cas, celui qui va réveiller les quatre autres dans la nursery. Pour ces bébés-là, on a peu d’explications, mais plutôt des conseils pour limiter les dégâts. L’essentiel, pour l’enfant comme pour les parents, est de parvenir à une cohabitation à peu près vivable. En général, les pleurs cessent dès que l’on prend le bébé contre soi, ils redoublent dès qu’on le pose dans son lit ou sa poussette.

Si l’on considère le bébé comme une simple petite machine sortie de votre utérus, il est certain que l’on aura du mal à assumer ses pleurs. Si on le voit comme un être humain, qui vient de suivre un parcours absolument stupéfiant, bien avant de naître : petite cellule, embryon, fœtus, on peut réfléchir à d’éventuels traumatisme intra-utérins, indécelables.

Si vous avez même un tout petit peu de connivence avec les histoires de réincarnation, vous pourrez même réfléchir encore plus avant sur des traumatismes pré-utérins ! Bref, l’essentiel est de ne pas vous considérer comme une victime de votre bébé, mais de le voir, lui, en tant qu’être humain exprimant une souffrance, et plaignez-le, lui ! Cela vous permettra de trouver en vous les ressources nécessaires pour gérer la situation.

Le bébé aux besoins intenses

Ce sont les mamans de la Leche League qui ont inventé ce mot. Depuis des décennies, la Leche league rassemble parents et bébés du monde entier autour du maternage. Les symptômes du bébé pleureur leur sont bien connus. Elles savent qu’il n’existe pas d’explications évidentes, mais elles ont compris que certains bébés ont besoin d’être maternés à des doses bien supérieures.

Ces bébés sont perdus dès qu’on les lâche, dès qu’on les pose, dès qu’on quitte leur champ de vision. Ils n’ont pas faim, n’ont pas soif, leur couche est propre, et vous avez même peut-être pensé à l’emmener chez un ostéopathe pour une séance de toucher crânio-sacré afin de déceler d’éventuels traumatismes suite à la naissance. Malgré cela, il pleure et ne se calme que contre vous, ne s’endort que dans vos bras.

Que faire avec un bébé qui pleure ?

Avant tout, faites ce que votre instinct vous commande, et débarrassez-vous des influences de votre entourage. Si vos tripes vous disent de calmer bébé en le câlinant, faites-le que diable ! Si vous parvenez à dormir vous-même parce que vous aurez calmé votre enfant contre vous, alors choisissez la voie du sommeil, et gardez bébé contre vous.

Si vous sentez que vous allez “péter un câble”, alors, confiez votre enfant à votre mari, votre mère, votre voisine, et partez faire un tour, ou la sieste. S’il ne pleure plus une fois dans les bras, achetez vite une échappe de portage qui soulagera vos bras, ou un porte-bébé dorsal de préférence, qui vous permettra de vaquer à vos occupations.

En Afrique, en Inde, partout sauf en Occident, les bébés sont en contact permanent avec la peau de quelqu’un. On ne les met pas dans des lits, ni dans des poussettes, on les pose rarement. Ils passent de bras en bras nuit et jour. Et ces enfants ne grandissent pas plus mal que les nôtres et ne sont pas des enfants “gâtés”. Ils sont même plus vite indépendants. Pourquoi ne prendrions-nous pas exemple sur cette forme de maternage de temps en temps ? Juste pour voir…

Bibliographie

Ne pleure plus bébé, Claude Suzanne et Didier Jean Jouveau. Editions Leche league

Que faire quand bébé pleure, vivre avec un bébé aux besoins intenses, W. et M. Sears. Leche League

Lien

Comment décrypter les pleurs de bébé


CONT6

Related Articles

Close