Blog

Miyajima Lile sacree du Japon

Miyajima Lile sacree du Japon

Visite guidée de cette île magnifique, situé dans la mer intérieure du Japon, à deux pas d’Hiroshima

L’une des « trois vues les plus célèbres du Japon », l’île de Miyajima et son temple valent en effet le détour

Le « torii flottant »

A proximité d’Hiroshima, la petite île de Miyajima est un des points touristiques majeurs de l’archipel, y compris pour les Japonais eux-mêmes. Elle fait en effet partie des « trois vues les plus célèbres », classement des lieux remarquables au Japon, établi au XVIIe siècle par le philosophe confucianiste Hayashi Razan.

Une des particularités de cette île, dont le vrai nom est Itsukushima, est d’être sacrée pour la religion Shintô. Il n’y a donc pas de maternité ou de cimetière sur l’île. En outre, il est interdit d’y couper les arbres, ce qui vaut à l’île une couverture forestière dense.

Le premier aperçu de l’île passe cependant par le portail shintô (ou torii) installé en mer. Accessible à pied à marée basse, il est complètement isolé en mer à marée haute. Peint en rouge vif comme le veut la tradition, il est visible à bonne distance. Ses deux montants principaux sont d’ailleurs des troncs d’arbre bruts, des camphriers, non retaillés, symboles de ce lien indestructible de la religion Shintô avec la nature. C’est sous ce torii « flottant » que les pèlerins devaient jadis passer pour accoster au temple attenant, puisqu’on n’avait pas le droit de poser le pied sur l’île en raison de son caractère sacré. Ce torii existe depuis 1168, mais l’actuel ne date que de 1875.

Le temple Itsukushima-jinja

Le torii donne donc sur le temple shintô Itsukushima-jinja. Ce dernier est entièrement construit sur un réseau de pontons et de pilotis, toujours en raison du caractère sacré de l’île à l’époque de sa construction.

Il est dédié aux trois filles de Susano-o no Mikoto, frère de la grande déesse du soleil Amaterasu, qui est la divinité tutélaire de la maison impériale japonaise. Les premiers bâtiments du temple furent sans doute érigés aux alentours du VIe siècle de notre ère, mais le temple a été détruit à de nombreuses reprises au cours de l’Histoire.

Les bâtiments actuels datent du XVIe siècle. Edifiés par le seigneur de guerre Taira no Kiyomori, ils suivent en fait l’architecture du temple telle qu’elle était au XIIe siècle. Jouxtant le temple, se trouve une scène de théâtre Nô, car cet art scénique était très intimement lié avec les temples.

Le temple fut gravement endommagé après le passage du typhon Songda en septembre 2004 ; même s’il fut réouvert au public en janvier 2005, des réparations ont toujours lieu. Cependant, la majeure partie du temple est maintenant réparée. Le temple est classé au patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO depuis 1996.

Le reste de l’île

Miyajima ne se limite pas au magnifique Itsukushima-jinja. L’île est parsemée de nombreux autres sanctuaires, aussi bien shintô que bouddhistes, tels que la pagode Goju-no-to ou encore le temple Daiganji.

La nature préservée joue aussi un rôle important sur cette île, dominée par le mont Misen (535m). C’est d’ailleurs la vue du mont Misen, en arrière-plan du torii flottant et du Itsukushima-jinja, qui a enchanté et continue d’enchanter les innombrables visiteurs du lieu. Des parcs (Omoto, Momijidani) agrémentent le pourtour de l’île et les chemins de promenade et de randonnée sont également très nombreux. La vue sur la mer intérieure Seto depuis le sommet du mont Misen est spectaculaire.

A noter : l’importante population de daims autochtone. Totalement habituée à l’Homme, elle se laisse facilement approcher et caresser, pour le plus grand plaisir des visiteurs, tout en gardant son caractère sauvage.

Miyajima : transport et commodités

L’accès à Miyajima est relativement simple : à la gare d’Hiroshima, le plus direct est de prendre la ligne Japan Railway Sanyo jusqu’à Miyajima-guchi (25 minutes) et là de prendre le ferry jusqu’à l’île (10 minutes). Les détenteurs du Japan Rail Pass bénéficieront de la gratuité de ces transports puisqu’ils font partie du réseau JR.

Sur place, suite au développement touristique de l’île, on trouve de nombreux hôtels, mais surtout des ryokan, ces auberges traditionnelles japonaises. Y résider reste un excellent moyen de profiter de Miyajima la nuit, surtout entre Avril et Octobre, période à laquelle le torii et le temple attenant sont mis en lumière. Miyajima étant une petite île, les nuits y sont très calmes, particulièrement en dehors des saisons touristiques.

Miyajima dispose d’ailleurs d’un site officiel en français très bien fait et regorgeant d’informations utiles.

Related Articles

Close