Blog

Mieux acheter pour mieux manger Petit guide pour mieux se nourrir sans travail supplementaire

Mieux acheter pour mieux manger Petit guide pour mieux se nourrir sans travail supplementaire

Bien choisir ses produits en magasin, cuisiner vite et bien, garder le plaisir de manger en faisant attention à sa santé: les défis de la ménagère du XXIème siècle.

Aujourd’hui, on ne se nourrit plus comme avant. On ne passe plus autant de temps à cuisiner, on a une floraison de produits à notre disposition toute l’année, pour tous les budgets. Pour le consommateur du XXIème siècle, pas facile de s’y retrouver dans la jungle des produits à sa disposition. Il faut se soucier de la qualité, du prix, de la provenance, des ingrédients, de sa ligne, de ses goûts…

Les courses et cuisiner ne doivent plus être une corvée, mais mieux vaut consommer responsable !

Quels produits frais choisir ?

Quand on va faire ses courses, faire une liste des produits nécessaires vous fait gagner du temps.

Mais pour ce qui concerne les produits frais – fruits, légumes, viande, poisson – mieux vaut faire son choix directement sur place, en fonction des arrivages. Faites vos choix en prenant en compte les critères prioritaires pour vous: prix, fraicheur, provenance.

Laissez de côté les légumes un peu flétris, accordez la priorité aux produits de proximité, cela est préférable pour le porte-monnaie mais également pour l’écologie. On le dit souvent, et c’est le bon sens: essayez de privilégier les produits de saison. Les belles tomates rouges qui vous font de l’oeil vous décevront en hiver. Si vous avez une soudaine envie d’été, faites-vous une bonne sauce tomate avec des tomates en conserve.

Les supermarchés ont des habitudes d’approvisionnement. Dans un magasin, on trouve souvent les mêmes produits. Pour changer de légumes ou de fruits, variez vos lieux d’achats.

Quant aux oeufs, même si vous ne voulez pas payer cher des oeufs bios (code 0 FR), vous avez toujours le choix de prendre des oeufs de poules élevées en plein air (code 1FR). En priorité, regardez les dates de ponte, vous risquez d’être surpris. D’ailleurs, d’une façon générale, pensez toujours à regarder les dates de péremption.

Vous, ou votre petite famille n’aimez pas les légumes? Le corps aime ce qu’il a l’habitude de manger. Le goût est un sens qui s’éduque. On peut faire évoluer ses habitudes alimentaires en douceur, en intégrant les légumes progressivement sous forme de veloutés épicés, ou dans des tourtes, des tartes, des omelettes…

Les produits industriels

Les produits issus de l’industrie contiennent trop de sucre, trop de sel, ou des additifs pas toujours bons pour la santé.Sans passer des heures à tout éplucher, un rapide coup d’oeil sur les étiquettes est une habitude facile à prendre. Surtout que quasiment tout ce que l’on achète est industriel. Il est conseillé d’acheter les produits les moins transformés possibles. Par exemple, une conserve de petits pois vaut mieux qu’un cassoulet cuisiné.

Pour le goûter des enfants, les biscuits industriels sont une solution facile. Cependant, de temps à autre, vous pouvez confectionner vous-même des pâtisseries. Certains gâteaux sont très rapides à faire et se conservent plusieurs jours dans une boîte en fer (madeleines, cookies …). Il est vrai que parfois, les enfants qui sont habitués aux biscuits industriels n’aiment pas les gâteaux “maison” ! Mais avec le temps, ils finissent par faire la différence.

De même, attention aux desserts lactés élaborés riches en sucres. N’oubliez pas de prendre régulièrement des produits natures.

Les additifs alimentaires

Les articles récents et les reportages sont une bonne source d’informations. C’est un sujet à la mode. Repérez quelques additifs alimentaires qui vous paraissent à éviter et retenez-les, vous prendrez l’habitude de les détecter rapidement sur les étiquettes.

Par exemple, très peu de chocolats sont sans lécithine de soja (selon la revue Agriculture et Environnement, la consommation de soja fait aujourd’hui l’objet de sérieuses mises en garde de la part de nombreuses autorités sanitaires internationales). Pour la poudre cacaotée du matin, que l’on n’achète pas tous les jours, cela vaut peut-être la peine de vérifier.

L’huile de palme entre dans la composition de produits de plus en plus nombreux et est reconnue nocive pour la santé (obésité, risques cardio-vasculaires), tout comme les huiles végétales hydrogénées. Evitez-les le plus possible, ainsi qu’en général, les colorants, conservateurs, anti-oxydants, émulsifiants, exhausteurs de goût … Certains sont plus nocifs que d’autres et la liste est très longue. On ne peut pas tout retenir, mais leurs noms rébarbatifs font de plus en plus partie de notre quotidien.

Cuisiner

En prenant quelques habitudes simples, on peut au moins en limiter la consommation. Par exemple, de temps en temps, on peut cuisiner un plat mijoté, blanquette de veau, estouffade de boeuf, chili con carne… Il suffit de le préparer la veille. On réduit le temps de préparation au minimum (rien ne vous oblige à faire toutes les recettes dans les règles de l’art). On fait revenir tout en même temps dans une bonne cocotte en fonte. Ensuite, on met le couvercle et ça mijote tout seul avec un peu d’eau. Si l’on s’arrange pour le faire à un moment où l’on est déjà dans la cuisine, par exemple quand on prépare le prochain repas, cela ne prend presque pas plus de temps.

Faire à manger, comme manger, doit être un plaisir. Cuisinez ce que vous avez envie de manger. Rendez vos plats gourmands en ajoutant ce que vous aimez: la feta, les olives, les croutons, les noix dans la salade, la crème, le parmesan, le mascarpone, le saint agur dans les pâtes ou les tourtes. Des petits détails qui feront toute la différence.

D’ailleurs, cuisiner redevient tendance. Mais cuisiner, aujourd’hui, c’est avant tout faire preuve d’imagination, afin de réinventer et de mettre au goût du jour les plats traditionnels. On mélange les cultures culinaires, on personnalise, on s’approprie de nouveaux goûts. Cuisiner est une clé essentielle du mieux manger. C’est une partie de la culture de chaque peuple, que l’on transmet (ou pas) aux futures générations.

Finalement, où doit-on faire ses achats? Supermarché, marché ou épicerie bio: certains seront adeptes du tout bio, d’autres devront concilier qualité et budget. En résumé, il revient à chacun d’établir son degré d’exigence. En tous cas, en consommant “responsable”, vous faites une bonne action pour votre santé, pour votre budget et pour la planète.

Related Articles

Close