Blog

LOlympic et le Britannic les jumeaux meconnus du Titanic

LOlympic et le Britannic les jumeaux meconnus du Titanic

Alors que le Titanic sombrait dans l’Atlantique, en 1912, les deux autres paquebots, non moins prestigieux, connaissaient des destins totalement différents.

Le naufrage du Titanic, le plus grand paquebot de son temps, réputé pour son luxe et son insubmersibilité, lui apporta une notoriété qui a traversé le temps. En devenant une épave, le Titanic accédait définitivement au rang de légende.

A côté du mastodonte, l’Olympic et le Britannic, plus petits, furent oubliés de presque tout le monde.

Pourtant, eux aussi possédaient quatre cheminées, eux aussi furent dotés de décorations somptueuses, eux aussi connurent des destins extraordinaires.

L’Olympic, l’autre Titanic

La classe Olympic fut créée par la White Star Line en 1911. Elle devait proposer trois paquebots luxueux destinés aux liaisons transatlantiques.

Le premier des trois paquebots reçut naturellement le nom de la classe et sa quille fut posée en 1908 à Belfast. Peu de temps après, le Titanic était construit à ses côtés. Le RMS Olympic fut achevé en 1911.

Les débuts d’un géant

Long de 269 mètres et pouvant avancer à 21 nœuds, c’était alors le plus grand paquebot du monde, derrière le Titanic. Le 3 juin, il partit de Southampton et effectua sa traversée inaugurale en cinq jours, arrivant à New York le 21 juin.

Le 20 septembre 1911, alors que le navire partait de Southampton pour effectuer sa cinquième traversée, il heurta le coiseur HMS Hawke. Deux compartiments étanches et deux machines furent endommagées, et l’Olympic dut retourner à Belfast pour être réparé.

Le 24 janvier 1912, une pale d’hélice fut perdue. L’hélice défectueuse fut remplacée par un élément destiné au Titanic. la mise en service de ce dernier paquebot dut donc être repoussée d’une vingtaine de jours.

Le naufrage du Titanic

Le 15 avril 1912, lors du naufrage du Titanic, l’Olympic, situé à 500 miles, changea d’itinéraire pour rejoindre le lieu de la catastrophe. L’équipage du Carpathia, le bateau qui a récupéré les victimes du naufrage, refusa cependant de transborder ceux-ci vers l’Olympic, car les deux paquebots étaient très similaires et cela aurait pu aggraver le traumatisme des survivants.

Après le naufrage du Titanic, la sécurité de l’Olympic fut mise en question. Il subit donc plusieurs vérification et on lui ajouta de nombreux canots de sauvetage.

Pendant l’été 1912, le paquebot s’échoua sur une plage new-yorkaise après avoir évité une collision. L’incident fut tenu secret mais l’Olympic fut retiré du service le 11 août, et subit d’importants travaux de rénovation, par exemple la pose d’une double coque.

Ces modifications entraînèrent l’augmentation de son tonnage, qui dépassa alors celui du Titanic et en fit le plus grand paquebot du monde.

L’Olympic, navire héroïque

Au début de la Première Guerre mondiale, l’Olympic continua son service commercial et, lors d’une traversée, il secourut l’équipage d’un navire de guerre coulé au large de l’Irlande. Il fut toutefois réquisitionné en 1915 pour le transport des troupes britanniques en Méditerranée, et entre le Canada et la Grande-Bretagne. Il fut dotét à cette occasion de deux canons et fut repeint d’étranges motifs servant à le camoufler.

L’Olympic échappa à plusieurs sous-marins, à des torpilles et à une attaque aérienne. Il éperonna même un U-Boot allemand en 1918.

L’âge d’or des paquebots

Après la guerre, le paquebot subit à nouveau une refonte. Il retrouva ses décorations intérieures, ôtées au début de la guerre, et ses chaudières à charbon furent remplacées par des chaudières à mazout.

Pendant les années 1920, le paquebot connut son âge d’or et reçut le surnom d'”Old Reliable” (vieux compagnon). Il effectua une centaine de voyages en quinze ans, mais il fut toutefois impliqué dans quelques incidents, comme en 1934, lorsqu’il entra en collision avec un bateau-phare.

La fin d’un géant

La même année, la White Star Line fut achetée par la Cunard qui se retrouva alors propriétaire d’un trop grand nombre de navires et, le 5 avril 1935, le vieil Olympic acheva sa dernière traversée.

Démonté à Jarrow, en Angleterre, il fut envoyé à la casse en 1937, à Inverkeithing, en Ecosse.

La décoration intérieure, vendue aux enchères, peut encore être admirée par portion dans des hôtels anglais, comme le White Swan d’Alnwick. Son horloge principale est exposée au Musée maritime de Southampton.

La courte épopée du Britannic

La construction du Britannic, qui devait au départ être baptisé “Gigantic”, débuta le 30 novembre 1911 à Belfast. Après le naufrage du Titanic, les travaux furent retardés et modifiés afin d’améliorer la sécurité du futur paquebot. Une fois achevé, il mesurait 275 mètres de long et ses moteurs pouvaient atteindre 24 nœuds au maximum.

Le Britannic fut mis à l’eau le 26 février 1914, mais le début de la Première Guerre mondiale retarda les finitions et, le 13 novembre 1915, alors que les travaux n’étaient pas été achevés, il fut réquisitionné par l’armée britannique qui le transforma en navire-hôpital.

Il subit donc de nouvelles modifications et rejoignit finalement la mer Egée à la fin de l’année 1915.

Le 6 juin 1916, jugé inutile par l’armée, il fut restitué à la White Star Line qui le renvoya à Belfast pour reprendre les travaux d’aménagement. Deux mois plus tard, l’armée le réquisitionna à nouveau.

Une disparition mystérieuse

Le 12 novembre 1916, le HMHS Britannic explosa près de l’île grecque de Kéa. Il sombra peu de temps après dans des conditions plutôt mystérieuses.

Premièrement, on a longtemps pensé que le naufrage avait été provoqué par une mine ou une torpille, mais lorsque le commandant Cousteau explora l’épave dans les années 1970, on découvrit que l’explosion avait eu lieu à l’intérieur, peut-être à cause d’un accident mécanique.

Ensuite, le Titanic, beaucoup moins sécurisé que le Britannic, avait sombré en trois fois plus de temps… Pour justifier la rapidité du naufrage, on suppose que beaucoup de hublots étaient ouverts; de plus, les portes étanches n’étaient pas fermées…

Related Articles

Close