Blog

Lhistoire chaotique de PereNoelfr Escroqueries poursuites judiciaires et dirigeants en fuite

Lhistoire chaotique de PereNoelfr Escroqueries poursuites judiciaires et dirigeants en fuite

Au début des années 2000, un site Internet défraie la chronique, Pere-Noel.fr. Boutique en ligne façon Amazon, il est essentiellement connu pour ses démêlés judiciaires.

C’était l’adresse Internet en or: Pere-Noel.fr. Mais aujourd’hui, même si le site existe bel et bien et tente de faire oublier les péripéties passées, ce nom est synonyme d’escroquerie. L’histoire a défrayé la chronique au début des années 2000.

Site de commerce en ligne, Pere-Noel.fr est ouvert depuis Saint Etienne en 1999. En 2001, il commence à accumuler les griefs de consommateurs à qui le site promet une livraison sous dix jours. Or, de nombreux colis n’arrivent pas. La protestation s’organise autour d’un forum, Defense-consommateur.org. La saga judiciaire commence.

Défense-consommateur condamné

En mars 2002, Pere-Noel.fr traîne le forum en justice pour diffamation. Il obtient gain de cause et 80 000 euros de dédommagement. Il demandait à l’origine 304 000 euros, mais le tribunal a jugé cette somme exagérée. Surtout, l’audience sert de chambre d’écho aux reproches adressés au site, Defense-consommateur.org ayant eu la bonne idée de produire, pour sa défense, une vaste liste de mécontentements exprimés par ses membres.

Le même mois, Pere-Noel.fr est lui-même poursuivi en justice par la société qui a réalisé le site, SFI, basée à Saint-Etienne. Elle accuse son client de ne pas la payer. L’ardoise se monte à 80 000 euros.

Et pendant ce temps, le tribunal de grande instance de Créteil a ouvert une instruction suite à une quarantaine de plaintes contre X pour «escroquerie en bande organisée», déposées par des clients de Pere-Noel.fr.

L’UFC Que Choisir partie civile

Les plaignants sont vite rejoints par l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, qui se porte partie civile. De nouveaux dossiers de plaignants atterrissent alors sur le bureau des juges, formant une pile de plusieurs centaines de plaintes à instruire…

Mais ce n’est pas tout. Plusieurs sociétés, prestataires et partenaires commerciaux, se retournent contre Pere-Noel.fr pour défaut de paiement. Outre SFI, eBuyClub, le transporteur Lucien Vial et La Poste attaquent le site. La Société Générale a intenté une action en recouvrement et l’assureur Fia-Net a rompu tout lien commercial dès 2000. Enfin, la Répression des Fraudes lance une enquête pour publicité mensongère.

La Poste demande 170 000 euros. Pere-Noel.fr doit en verser 10 000 à eBuyClub, partenaire pour un programme d’affiliation, pour commissions non payées. Au printemps 2002, sous la pression des transporteurs qui bloquent l’accès aux entrepôts de Pere-Noel.fr, le site s’acquitte des 36 000 euros qu’il doit à Lucien Vial. Mais la société persiste et demande des dommages et intérêts en justice. Quant à SFI, elle gagne en première instance puis en appel et son client mauvais payeur doit lui verser 87 000 euros en juin 2002…

Gaz lacrymogène

En octobre 2002, le PDG de Pere-Noel.fr, Alexandre Fur, est convoqué par la commission économique du conseil municipal de Saint-Etienne. La mairie veut des explications sur toutes ces affaires, étant donnée que le site fait partie des sociétés qu’elle subventionne.

A cette occasion, deux journalistes locaux accusent Alexandre Fur et son frère Grégoire, directeur financier, de les avoir gazés à la bombe lacrymogène! Et ils portent plainte pour «violence avec arme»…

C’est ce même mois d’octobre 2002 que les deux frères démissionnent de la direction du site. Le conseil d’administration nomme de nouveaux dirigeants quelques jours plus tard.

En septembre 2003, le nombre de plaintes a dépassé les 1200 et les deux ex-dirigeants du site doivent comparaître devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne. Ils ne se présenteront jamais.

Condamnés malgré tout, en novembre 2003, à des peines d’emprisonnement (30 et 6 mois), ils font l’objet d’un mandat d’arrêt. Ils sont aujourd’hui toujours en fuite.

Mis en redressement judiciaire en juin 2003, le site tente de maintenir une activité et de redorer son blason. Mais avec un passif aussi lourd, l’adresse Pere-noel.fr risque de faire longtemps grincer des dents.

Related Articles

Close