Blog

Les valentines messages damour Les cartes de la SaintValentin et leurs mots damour

Les valentines messages damour Les cartes de la SaintValentin et leurs mots damour

Vous est-il arrivé de déclarer votre flamme en adressant une “valentine”? A la Saint-Valentin, les cartes enluminées attendent de s’enrichir de vos poèmes d’amour.

En 1496, lorsque saint Valentin fut décrété patron des amoureux, les jeunes gens s’adressaient des “valentines”, qui étaient à l’époque de simples messages d’amitié. Au Moyen Age, les Anglais ont eu l’idée de faire coïncider la fête des amoureux et la Saint-Valentin. Car en cette période de la mi-février, les oiseaux migrent et s’accouplent, présageant à la fois de l’arrivée du printemps et de la saison des amours. Cette observation donna naissance à cette jolie légende, qui voulait qu’on les considère comme des messagers de l’amour.

L’origine des valentines

Au début du XIXème siècle, grâce à la légendes des oiseaux, les valentines se sont déclinées en des messages emplis d’amour, de tendresse et de romantisme, adressés mutuellement par les amoureux de la Saint-Valentin. Le coeur des jeunes filles battaient la chamade et leurs mains devenaient fébriles, lorsqu’elles décachetaient les belles valentines, parfois anonymes, ce qui en rajoutait à leur trouble et leur émoi!

Cependant, à l’instar de ceux de notre époque, tous les jeunes gens désireux d’offrir de beaux vers à leur chérie n’étaient pas doués dans l’art de manier la plume. Ayant flairé le bon filon, un éditeur anglais a alors eu l’idée de commercialiser des valentines contenant des poèmes déjà écrits, devenant ainsi précurseur des moyens mis à notre disposition aujourd’hui, que ce soit par le biais d’Internet ou autres écrivains publics… qui proposent aux personnes énamourées en manque d’idées, soit des textes préécrits ou la rédaction de leurs poèmes et lettres d’amour.

Les premières valentines

Le premier à faire passer cette charmante et romantique tradition anglaise en France, est le poète Charles d’Orléans, en rentrant de ses vingt-cinq années de captivité en Angleterre, après la défaite d’Azincourt (1415). Lui-même aurait écrit un grand nombre de lettres et de vers à Marie de Clève, avec laquelle il s’unit ensuite dans le mariage. La Cour de France s’est empressée d’adopter cette coutume, qui y fut instituée.

A l’époque victorienne, les amoureux avaient le privilège de s’adresser des valentines débordantes de tendresse, de raffinement et d’élégance. Lorsqu’on les revisite aujourd’hui, on s’aperçoit que ces cartes étaient tout simplement de véritables petits chefs-d’oeuvre. Dessinées à la plume, elles étaient souvent ornées de dentelles, soie, satin… encadrant soit des amoureux tendrement enlacés avec Cupidon flottant au-dessus de leur tête, soit de jolis portraits, de magnifiques bouquets de fleurs ou des coeurs enlacés… Bref, si on y ajoute les poèmes qui les complétaient, et sachant que certaines étaient parfumées, on ne pouvait que succomber au haut romantisme de ces belles valentines!

Et aujourd’hui qu’en est-il ?

Moins glamours que celles de l’époque victorienne, depuis la fin du XIXème siècle et aujourd’hui encore, les valentines se commercialisent de façon industrielle sous forme de cartes, où coeurs et cupidons ont remplacé tendres baisers et vieilles dentelles. Avant l’Angleterre et l’Allemagne, cette industrie s’est d’abord développée aux États-Unis, et n’a conquis l’Europe qu’à l’issue de la Seconde Guerre mondiale.

Rassurant quand même pour tous les romantiques et les amoureux, en cette fin de première décennie du XXIème siècle, malgré les nombreux moyens de communication actuels, un milliard de cartes sont échangées chaque année dans le monde, à l’occasion de la Saint-Valentin !

Le valentinage et les valentins

Il était de tradition, tous les 14 février, jour de la Saint-Valentin, de procéder à une sorte de “loterie de l’amour”. Effectuée par tirage au sort, ou le seul hasard (si l’on avait la chance de rencontrer quelqu’un le même jour), le valentinage réunissait un jeune homme et une jeune femme, qui devenaient alors des “amoureux”. Pendant toute la semaine que duraient les fêtes, le jeune homme accrochait à sa manche le nom de la compagne choisie.

Ainsi le ” valentin” devint le cavalier choisi par une jeune fille pour l’accompagner le premier dimanche de Carême, lors de la fête des “Brandons”, au cours de laquelle les futurs couples s’embrassaient autour d’un feu. A cette occasion le Valentin offraient des présents à sa fiancée, puis il partait “brandonner” dans les vignes un brin de paille enflammé autour d’un bâton, rituel censé lui apporter une récolte plus prometteuse que celle de l’année précédente.

Related Articles

Close