Blog

Les mosaiques romaines de Zeugma en Turquie

Les mosaiques romaines de Zeugma en Turquie

La ville antique de Zeugma, aujourd’hui sous les eaux d’un barrage construit sur l’Euphrate, a livré de nombreuses mosaïques d’une grande qualité.

Séleucos Ier, l’un des généraux d’Alexandre le Grand, le fondateur de l’empire séleucide, fonda deux cités à cet emplacement stratégique qui permettait le contrôle du passage sur l’Euphrate. Sur une rive, il installa Apamée et sur l’autre, il fit construire Séleucie de l’Euphrate. Cette installation eu lieu vers 300-299 avant notre ère. Les deux villes reçurent le nom de Zeugma à l’époque romaine.

La cité fit partie du royaume de Commagène au Ier siècle avant notre ère. Mais c’est au IIe siècle de notre ère, avec la dynastie romaine des Antonins, que Zeugma connu sa période la plus prospère.

Les fouilles de Zeugma

Située à proximité du village de Belkis, le site de Zeugma fut victime, dès le début du XXe siècle, de pillages et de fouilles clandestines.

Les recherches scientifiques et archéologiques sur le site ont commencé par une mission en 1987, puis se sont poursuivies pendant toute la décennie 1990. En 1993, des chercheurs australiens se sont joints aux archéologues turcs. Puis à partir de 1996, une équipe française, provenant notamment de l’université de Nantes, a aussi coopéré au projet. La priorité fut donnée aux fouilles de sauvetage de la partie du site qui allait être immergée.

Les travaux du barrage furent arrêtés temporairement et les mosaïques dégagées ont été transportées au musée de Gaziantep. C’est dans cette situation d’urgence que les thermes et le gymnase furent découverts.

Des Suisses et des Allemands rejoignirent aussi les équipes des archéologues en 1997. Cette année-là, une nécropole du IIIe millénaire avant notre ère, comptant 312 tombes, fut également mise au jour. En 2000, une fondation culturelle américaine apporta des fonds supplémentaires pour les fouilles de Zeugma. A cette occasion, des chercheurs anglais travaillèrent aussi sur le site.

La conservation des mosaïques

Au début des années 2000, les travaux de restauration et de conservation des mosaïques extraites des fouilles eurent lieu grâce au soutien financier de la même fondation culturelle américaine que celle qui avait apporté son aide pour les fouilles.

Une équipe italienne participa à ces restaurations des mosaïques, tandis qu’une équipe franco-turque se chargeait de la conservation des fresques retrouvées.

Tous ces travaux furent terminés en 2004 et les nouvelles collections furent exposées au musée de Gaziantep, tandis que les fouilles se poursuivaient toujours dans la « villa de Dionysos ».

Le site de Zeugma

Treize villas ont été découvertes. Ce sont elles qui ont livré la majorité des panneaux de mosaïques.

Les archéologues les ont nommées selon les thèmes représentés sur certains de leurs pavements : villa de Poséidon, villa de Dionysos, villa d’Océanos, villa d’Europe, villa de Zosimos, villa de Ménade, villa aux guilloches, ou encore villa de l’Euphrate.

La fouille systématique de la villa de Dionysos a commencé en 1992. Elle livra, entre autres, une grande mosaïque représentant le mariage de Dionysos et Ariane.

Du triclinium de la villa de Poséidon provient l’une des plus célèbres mosaïques de Zeugma. Elle représente Dédale et Pasiphaé, l’épouse de Minos et mère du minotaure. Dans la même villa, le triomphe de Poséidon, avec le couple Thétis et Océanos illustré sous le char, entourés de poissons et d’autres animaux marins, a été trouvé dans les bains de la maison.

Les thermes et le gymnase livrèrent aussi plusieurs mosaïques à décors géométriques.

CONT 9

Related Articles

Close