Blog

Leau de Grenoble estelle menacee par la pollution

Leau de Grenoble estelle menacee par la pollution

L’eau de Grenoble, naturellement pure et potable, subit la pression du développement économique et urbain de la région, risquant à tout moment de la polluer

Grenoble, capitale des Alpes au cœur des montagnes, est entourée de la chaîne de Belledonne, du massif du Vercors et de la Chartreuse. L’eau de la ville vient donc directement des montagnes. Mais cette eau naturelle subit la pression du développement économique et urbain de la région qui menace sa pureté. Pour sa préservation, une gestion durable associant les acteurs économiques de la région et une prise de conscience collective est plus que jamais d’actualité.

Une eau naturellement pure menacée?

A l’inverse de ce que l’on pourrait penser, l’eau en haute altitude est pure mais elle n’est pas consommable car elle est peu minéralisée et dure. C’est pourquoi elle sera captée un peu plus bas. Le captage se fait au niveau de la nappe souterraine du Drac (à 30m de profondeur) sur le site de Rochefort (mis en service en 1970 et dont la ville de Grenoble est propriétaire depuis 1884) par 5 puits situés à Varces et fournit en eau les villes de Sassenage, Grenoble et Varces.

Le site est géré de façon à protéger l’eau, mais le risque zéro n’existe pas. L’eau est en effet protégée par un canal artificiel qui la met à l’abri, ainsi que par une bonne étanchéité du lit du Drac (rivière polluée) qui empêche l’eau de s’infiltrer dans les nappes phréatiques. De plus, la ville est propriétaire de 500 hectares de terrains préservés, naturels, et plantés de peupliers, et une zone de 2329 hectares autour du site de Rochefort est protégée afin de prévenir toute pollution de proximité.

Malgrè ce dispositif protégeant le site, l’urbanisation exponentielle de la région grenobloise représente une sérieuse menace qui expose l’eau à la pollution urbaine, mettant ainsi en danger une infiltration naturelle pour l’instant exempt de pollution. Sans compter que des entreprises chimiques notamment, situées non loin de là, sont également susceptibles de polluer l’eau.

De plus, le réchauffement climatique entraînant des pics de pollution durant les grosses chaleurs de l’été ne favorise-t-il pas de possibles pollutions? Met-il en danger ce processus naturel?

L’eau de Grenoble: de l’eau minérale au robinet


L’eau est traité naturellement (il n’y a aucun ajout de produit chimique): des alluvions (sable et gravier) sont naturellement présents sur le site et permettent une bonne perméabilité du sol, jouant ainsi pleinement leur rôle de filtre naturel (éliminant toutes les impuretés). L’eau sera stockée dans les nappes phréatiques. Grenoble est une des seules villes à ne pas avoir à traiter son eau. Ce processus naturel permet d’obtenir une eau d’une qualité exceptionnelle de pureté naturelle, ce qui lui confère le privilège d’être l’une des meilleures de France.

Sans chlore, sans pesticides, ni traitement, et avec un réseau bien entretenu, un PH de 7,7 (presque neutre), et une eau pleine de minéraux engrangés dans la montagne lors de son infiltration dans la roche, l’eau de Grenoble est donc de très bonne qualité. Les Grenoblois ont de l’eau minérale au robinet. Elle est même recommandée pour préparer le biberon des nourrissons.

Related Articles

Close