Blog

Le the plante aux mille vertus Un breuvage aux bienfaits considerables

Le the plante aux mille vertus Un breuvage aux bienfaits considerables

L’art du thé (Cha Su) ne se limite pas au simple geste de boire une tasse de tisane. Il commence par la culture, la manière de faire pousser le thé, le traitement des feu

En chine, offrir le thé ne représente pas un simple geste de politesse, mais bien un symbole de convivialité. Les maisons de thé existaient déjà en 618. Des concours de thé étaient organisés. Il s’agissait de reconnaître les « crus », la provenance de l’eau ayant servi à la préparation et, pourquoi pas, la saison de la cueillette des feuilles.

Selon la légende, le thé fut découvert en 2737 av. J.-C. par l’empereur Chen Nung, fondateur de l’agriculture et de la médecine chinoise. Un jour, quelques feuilles d’un arbuste tombèrent dans un pot d’eau bouillante. L’empereur fut séduit par le breuvage et le thé fit son entrée dans le monde.

Le théier appartient à la famille des camélias – Camellia sinensis L. Tous les thés sont issus de la même plante. La différence vient uniquement du traitement apporté à la feuille.

Composition

Le thé est riche de plus de 300 constituants. À l’état frais, la feuille est constituée de :

  • glucides 40 %
  • protides 20%
  • lipides 3%
  • matières minérales 10%
  • théine (ou caféine) 5%
  • tanins et des vitamines 20%

Le thé contient beaucoup de vitamine B, de la vitamine A, de la vitamine P et de la vitamine C. Les vitamines A et C se trouvent surtout dans le thé vert. Il est très riche en anti-oxydants.

Bienfaits

Les antioxydants et les antiradicalaires du thé favorisent une meilleure résistance aux agressions dues aux pollutions, à l’alimentation carencée. Ils ralentissent le vieillissement en bloquant l’oxydation des acides gras et en limitant le développement des radicaux libres (1).

D’après une étude menée en Chine en 1986, une autre par des médecins de l’ARMA à Paris et une troisième au Japon, il ressort des résultats très satisfaisants en matière de diminution du taux de cholestérol et des triglycérides.

Le thé noir exerce un effet protecteur contre les maladies cardio-vasculaires en dilatant les artères. Mais, l’adjonction de lait dans le thé annihile les effets protecteurs en raison de la présence de caséine et de la formation de complexes avec les tanins.

La cueillette du thé

En Chine, la cueillette s’effectue à la main, plusieurs fois par an. Les feuilles les plus jeunes sont celles qui donnent la boisson la meilleure. Elles contiennent plus de théine et plus de tanins. À l’extrémité des branches se trouve le bourgeon recouvert d’un duvet blanc, le “pekoe”La cueillette “impériale” est constituée du bourgeon et d’une feuille, la cueillette “fine” se compose du pekoeet de deux feuilles, la cueillette classique comporte le pekoeet trois feuilles ou plus.

Le thé vert

Après la cueillette, les feuilles sont chauffées, roulées et séchées. Elles ne subissent pas de fermentation. Le thé vert est riche en théine. La théine est un vasodilatateur, elle augmente le rythme de la respiration et la performance musculaire sans accentuer les pulsations ni la pression sanguine. Elle est diurétique et stimule les sécrétions gastriques, aiguise l’acuité, diminue les temps de réaction et la fatigue par stimulation psychique.

Le thé vert aurait des vertus anticancéreuses et serait capable de prévenir le cancer de la prostate et du sein (2).

Le thé jaune

D’origine chinoise, rare et délicat, il subit une très légère fermentation. Seuls les bourgeons sont utilisés.

Le thé Oolong

C’est un thé semi-fermenté. Les feuilles sont flétries au soleil (Wilting) afin de démarrer la fermentation enzymatique. Les feuilles sont brassées dans des paniers de bambou (Yao-Qing) pour augmenter la surface d’oxydation. Elles sont ensuite remuées et séchées pour les éclaircir (Rou-Qing). Puis, la fermentation est stoppée brusquement par chauffage et les feuilles sont roulées (Sa-Qing). Faible en théine, le thé Oolong favorise l’élimination de l’eau, des toxines et de la cellulite.

Le thé rouge

Il subit une fermentation enzymatique. En Occident, on le nomme “thé noir”. Très faible en théine, il favorise la digestion, le transit intestinal, réduit l’embonpoint et réduit l’excès de cholestérol et de triglycérides. Il apaise et favorise un sommeil harmonieux.

Le thé noir

Il s’agit d’un thé post-fermenté. Il est très peu connu en Occident où il est appelé “thé sombre” en raison de la couleur de son infusion. C’est un grand cru de la famille des “pu er cha”, thé du Yunnan. La fermentation est obtenue après torréfaction (pour stopper la fermentation enzymatique). On maintient les feuilles dans une atmosphère très humide. Ces thés se bonifient avec le temps.

Le thé noir en Occident

Il s’agit du thé communément commercialisé en Occident, issu d’un mode de préparation mis au point par les Britanniques au XIXe siècle. Les feuilles sont déchiquetées. La consommation de ces thés est la plus répandue dans le monde. Souvent, les thés provenant de plusieurs plantations sont mélangés afin d’obtenir la saveur désirée.

« Un peu de thé chaque jour éloigne le médecin pour toujours ».

Étude publiée dans la revue Nature du 5 juin 1997, par une équipe du Collège médical de l’Ohio.

(1) Lunder T.L. 1992 et Satosi S. et Hara Y. 1990.

(2)

Related Articles

Close