Blog

Le service civique se met en place Retoque le service civil devient civique

Le service civique se met en place Retoque le service civil devient civique

Mis en place sur la base du volontariat, le nouveau service civique sera destiné aux jeunes Français, pour leur permettre d’accomplir des missions d’intérêt général.

Exit le service civil, on parle désormais de service civique. Martin Hirsh, haut commissaire à la Jeunesse, a annoncé sa mise en place le 4 février 2010. Cette proposition de loi qui n’entrera en vigueur qu’après l’approbation des députés, prévoit un service civique sur la base du volontariat, s’adressant à tous les jeunes de 16 à 25 ans, de nationalité française ou vivant régulièrement en France depuis plus d’un an, quelle que soit leur nationalité.

Selon un sondage, plus de 260 000 jeunes seraient prêts chaque année à accomplir un service civique de six mois. L’engagement sera très fort avec des moyens, au sein d’Unis-Cité , d’administrations ou d’associations, tant à l’étranger qu’en France.

En quoi consiste ce nouveau service civique ?

Il va remplacer le service civil volontaire (SCV) mis en place lors des émeutes de 2005 qui n’a attiré que quelque 3 000 jeunes, par manque de financement et de communication. Il s’adresse aux jeunes qui souhaitent s’engager dans une mission d’intérêt général de quelques mois (de 6 à 24 mois) rémunérée à hauteur d’environ 600 euros par mois.

Ce nouveau dispositif est censé générer plus d’ambitions que le service civil, via le financement important mis à disposition par l’Etat. Pour 2010, le gouvernement a prévu de débloquer 40 millions d’euros (soit 5 fois plus que pour l’ancien dispositif), espérant ainsi créer 10 000 postes et 25 000 à partir de l’année prochaine. A terme (en 2015), ce sont 500 000 millions d’euros que l’Etat prévoit de mettre sur la table, espérant séduire jusqu’à 75 000 jeunes. L’augmentation budgétaire sera donc d’environ 100 millions d’euros par an.

Le système se veut plus souple, plus ambitieux, plus visible et apportera également une reconnaissance et une valorisation plus forte, notamment avec la validation des mois d’engagement du jeune dans son cursus d’enseignement supérieur. Les entreprises sont également assez favorables pour donner un petit coup de pouce au CV d’un jeune qui aura pris le temps de s’engager. Ce service bénéficiera d’une couverture sociale, de droits à la retraite, d’un accompagnement, d’une validation des acquis de l’expérience et il sera délivré une attestion de fin de service. Il sera intégré dans le programme d’éducation civique au collège et au lycée.

S’il n’est pas destiné à régler le problème de l’emploi des jeunes, le service civique volontaire peut être un pis-aller pour ceux qui désirent s’engager et ont envie d’être utiles, reconnus et respectés pour leur choix, ceux qui sont en panne de projet de vie, ceux qui sont en quête d’emploi… Ils pourront ainsi passer 6, 9, 12, voir 24 mois au sein d’une ONG (Organisation non gouvernementale), d’une association ou d’une collectivité, pour servir des causes d’intérêt général. Ce sera un excellent moyen pour les mobiliser face aux enjeux sociaux et environnementaux et leur permettre de vivre une expérience unique de partage pendant quelques mois de leur vie.

Véritable challenge, mais désirée par l’ensemble des acteurs qui ont mis en scène le projet, la mixité sociale et culturelle est l’objectif central, pour toucher et réunir pendant la durée d’une mission, aussi bien des jeunes en galère, que des jeunes diplômés. Martin Hirsch n’exclut d’ailleurs pas d’instaurer un système de quota au profit des jeunes les moins favorisés.

Quelles missions ?

L’objectif du service civique n’est pas de permettre aux jeunes volontaires de trouver un travail par la suite, mais bien de les ouvrir sur le monde durant quelques mois, en assurant une mission d’intérêt général. Les causes prioritaires seront défendues et les missions seront à caractère humanitaire, culturel, sportif, environnemental… tant en France qu’à l’étranger.

Partir en mission à l’étranger à 18/20 ans ne peut qu’être enrichissant ! C’est en tout cas le point de vue de Luc Ferry, qui déclare en substance : “Plutôt que de faire des faux emplois comme le sont les emplois aidés, c’est beaucoup plus intéressant pour les jeunes de leur proposer du service civique, parce que ce sont des vraies missions d’intérêt général. La chance à 18 ans de partir en Afrique, parce que ce sont aussi des missions internationales, ce sera beaucoup plus formateur que de faire des stages photocopies dans un bahut.”

La volonté gouvernementale est de développer une communication importante auprès des jeunes et dans la société pour ancrer cet engagement de façon durable et faire que cette étape de vie devienne parfaitement naturelle pour l’ensemble de la société.

Dès le mois de mai-juin 2010, en fonction de la mise en place de la loi par les députés, il y aura des contrats de 6, 9, 12 mois en fonction des besoins de la mission, de la possibilité des jeunes, de leur parcours personnel. Beaucoup d’ouvertures de missions sont prévues en septembre pour caler avec le système scolaire et pour capter le plus de volontés possibles, le service civique sera présenté à tous les jeunes pendant la JAPD (Journée d’appel et de préparation à la Défense), à laquelle participent 780 000 jeunes depuis 11 ans.

Quelles différences par rappport à l’actuel service civil ?

Selon Martin Hirsch, “Avec ce nouveau service, un nouveau cap a été franchi, avec une volonté politique beaucoup plus forte de la part de l’Etat, l’ancien dispositif n’ayant jamais obtenu les moyens de son ambition”. La proposition de loi en cours va servir à clarifier les différentes missions proposées, ainsi que les contrats qui régissent le volontariat. “L’engagement de service civique” restera le seul contrat en vigueur contre les neuf (plus ou moins complexes), qui existent aujourd’hui.

Par ailleurs, l’ancienne loi évoquait un volontariat dans le cadre d’ “une mission d’intérêt général ou d’insertion professionnelle” en globalité. Dans la nouvelle loi, les domaines concernés sont clairement fixés et sont limités aux missions à caractère social, humanitaire, culturel, sportif ou liées à la protection des biens et des personnes.

Info pratique : *Unis-Cité a été créée en 1994 pour expérimenter en France un service civique permettant de rassembler des jeunes de toutes origines et de tous niveaux d’études dans le cadre d’une année citoyenne. Unis-Cité mobilise actuellement 900 jeunes en service civil volontaire répartis sur 26 villes en France.

Related Articles

Close