Blog

Le gachis DialloDSK

Le gachis DialloDSK

L’affaire DSK est avant tout celle d’un terrible gâchis. Au-delà de la vérité, elle a ruiné deux destins.

Le séisme qui a frappé récemment les États-Unis, même s’il est sans commune mesure avec la catastrophe japonaise, est intervenu à un bien curieux moment. Ce jour-là, les poursuites pénales étaient abandonnées contre Dominique Strauss-Kahn, dans l’affaire d’agression sexuelle dont il était l’auteur présumé. Drôle de coïncidence, quand on y repense… On se souvient du séisme médiatique qui avait secoué la planète, et particulièrement la France, avec l’inculpation d’un postulant très sérieux au poste de président de la République française, soupçonné d’avoir violé Nafissatou Diallo, femme de chambre apparemment sans histoires.

Le jour où l’ancien ponte du FMI recouvre la liberté, un autre séisme, moins graveleux cette fois, rappelle les soubresauts de cette étrange affaire et déterre toutes les théories, plausibles ou non. Avouons-le : on a entendu et lu beaucoup de choses à ce propos, on a péroré, on s’est emporté, tandis que certains commentaires maladroits, pour ne pas dire machistes, jetaient l’opprobre sur une France croulant sous les blagues de mauvais goût.

Rôles inversés

À l’arrivée, on n’est guère plus avancé. Le plus triste dans cette saga estivale, c’est qu’on ne connaîtra jamais vraiment la vérité. Cette justice américaine qu’on disait très brutale avec la présomption d’innocence, a rendu un fier service à cet accusé des hautes sphères en lui accordant le bénéfice du doute. La montagne des convictions s’est écroulée comme un vulgaire château de cartes, et certains partisans ont changé de camp. À un moment, on s’est même demandé si l’agresseur n’avait pas changé de sexe. Une femme de chambre qui manipule un puissant de ce monde, trop va-t-en-sexe pour éviter le piège. Ça fait très scénario hollywoodien, sauf qu’on ne sait pas dans quelle catégorie classer ce film potentiel : drame ou comédie ?

Dommages collatéraux

Cette saga politico-sexuelle continuera d’alimenter les discussions de comptoir, comme toutes ces énigmes irrésolues dont nous sommes si friands. Chacun sa théorie, ses certitudes, la neutralité étant rarement de mise dans ce type de soap nauséabond. Le doute qui a sauvé DSK n’est une aubaine ni pour lui ni pour la plaignante.

Olivier Pierson.

Related Articles

Close