Blog

Le chocolat des conquistadors a la conquete des cours dEurope

Le chocolat des conquistadors a la conquete des cours dEurope

Les Etats européens non affiliés à l’Espagne ont ignoré l’existence du chocolat jusqu’au XVIIe siècle. Et, peu à peu, le cacao a conquis l’Europe entière.

A compter du XVIIe siècle, le chocolat cesse d’être l’apanage de l’Empire de Charles Quint. S’étendant des Flandres à la Castille, de la Castille à l’Aragon, de l’Aragon aux territoires autrichiens des Habsbourgs, en passant par la Franche-Comté et, bien évidemment, les nouvelles terres de la lointaine Amérique, le Saint Empire Germanique a pourtant été, pendant près d’un siècle, le seul à profiter des plaisirs procurés par cette boisson incomparable venue de delà la “Mer Océane” (océan Atlantique). Désormais, le reste de l’Europe va, à son tour, s’ouvrir aux charmes du cacao.

Les premiers petits “veinards”

Envahissant, depuis l’Aragon, les Etats situés au Nord d’une Italie non unifiée, la boisson chocolatée y séduit de nouveaux adeptes à partir de 1594. Une vingtaine d’années plus tard, le roi de France épouse l’infante d’Espagne. Fille du souverain espagnol Philippe III, Anne d’Autriche fait entrer le chocolat à la cour de Louis XIII. Souvent au fait de l’art culinaire, le clergé français en décèle tout l’intérêt commercial et s’empare du “breuvage des dieux”.

Le chocolat se démocratise

Introduit en terre allemande par un savant de Nuremberg dès 1641, le chocolat fait se popularise à partir de 1659. S’il était, jusqu’à cette date, réservé aux hauts personnages de la cour de France, aux religieux et aux médecins, Louis XIV (lui-même marié à une infante d’Espagne) permet alors la généralisation de son usage en accordant lettre patente exclusive à un certain David Caillou pour 29 ans.

Du “nectar des Indes” à “l’or brun”

Dès lors, le “nectar des Indes” affiche une notoriété de plus en plus établie. Tout juste débarqué en Angleterre, il en est déjà question de manière enlevée dans la célèbre correspondance de la marquise de Sévigné. D’un point de vue économique, “l’or brun” fait l’objet de nouvelles convoitises et, filon oblige, tandis que les Anglais cultivent le cacaoyer à la Jamaïque, les Hollandais assurent le transport du cacao à travers l’Atlantique.

Mœurs et extravagances à la cour de France

Favorite de Louis XV, la Pompadour a longtemps espéré reconquérir son royal amant en ingérant des tasses de chocolat par dizaines. Remplaçante de la précédente, la Du Barry qui, elle aussi, croit aux vertus aphrodisiaques du breuvage, en absorbe à son tour d’énorme quantité. Femme de Louis XVI et dernière reine de France, Marie-Antoinette prend, quant à elle, une boisson chocolatée chaque matin. Elle en tient l’habitude de sa mère: l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche.

Related Articles

Close