Blog

LAviron Bayonnais un investissement pour Bayonne

LAviron Bayonnais un investissement pour Bayonne

Une étude conduite par la CCI Bayonne – Pays Basque vient de révéler l’impact économique du célèbre club de rugby sur la ville de Bayonne.

Deux clubs de rugby de très haut niveau à seulement quelques kilomètres de distance, voilà qui n’est pas banal. D’ailleurs le phénomène est unique en France. Il a lieu au Pays Basque, terre sportive et terre de rugby avec deux frères – pas si ennemis que cela – que sont Biarritz et Bayonne.

Des subventions contestées

C’est parce qu’il en avait assez de répondre régulièrement aux attaques que le député-maire de Bayonne, Jean Grenet, a commandé à la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) du Pays Basque une étude sur l’impact économique du célèbre club sportif. Pour Jean Grenet, les résultats sont clairs : d’un côté la subvention de la ville accordée au club d’un montant de 750 000 € (moins 250 000 € de redevances perçues sur le Stade Jean Dauger) soit au final environ 500 000 €, de l’autre des retombées économiques directes et induites de l’ordre de 23,1 millions d’euros pour 2009. Pas besoin de refaire le match !

Dégonfler la baudruche

Les résultats de cette enquête ont donc de quoi réjouir l’édile de la ville qui préfère entendre chanter les supporters plutôt que les critiques des opposants. Et de préciser « Cette demande que j’avais formulée me paraissait nécessaire compte tenu des polémiques autour de ce club de rugby. Il fallait mettre les choses à plat. Je sais l’image qu’on veut donner, celle d’un maire qui s’offre une danseuse, une équipe de rugby que je finance à grands frais sur le dos du contribuable bayonnais. Il était temps de dégonfler la baudruche et de faire en sorte que les choses soient objectivement exposées, que l’on ne puisse plus débattre comme on l’a fait et dans les termes qu’on a utilisés sur un sujet qui devrait faire consensus : l’Aviron Bayonnais.»

Des chiffres parlants

Effectuée selon une méthodologie rigoureuse et approuvée par les instances internationales, l’étude montre une injonction monétaire brute et directe dans l’économie régionale de 11,9 millions d’euros. Ce montant correspond aux dépenses effectuées par l’Aviron Bayonnais (section rugby pro) en termes d’investissements, de consommations en biens et services, de fiscalité et de frais de personnels. Pour la seule ville de Bayonne, ce sont 6,1 millions d’euros qui sont ainsi générés par ce club.

Des supporters venus d’ailleurs

En 2001, il y avait environ 1 850 supporters par match. Aujourd’hui l’Aviron Bayonnais affiche une moyenne de 14 000 spectateurs. Sans compter le taux extraordinaire de renouvellement des abonnements : entre 95 et 98 %. Un record dans le Top 14 ! Bien entendu, la venue de ces supporters au stade Jean Dauger induit également des dépenses. La CCI Pays Basque a estimé la répercussion dans l’économie bayonnaise à 5,1millions d’euros avec une dépense moyenne de 37 € par supporter. Un apport non négligeable. D’autant que 72% d’entre eux ne sont pas bayonnais. Venus des communes voisines, du Pays Basque intérieur, des départements limitrophes ou même de Gironde (5%), Jean Grenet a souligné son émotion d’entendre toutes ces voix d’ici et d’ailleurs supporter avec ferveur l’équipe et crier “Allez Bayonne” .

Une campagne de communication extraordinaire

Si cette étude démontre la véritable dimension de PME du club de rugby, elle sous-entend aussi les retombées médiatiques et de communication pour la ville. Et celles-ci ne sont pas négligeables non plus, mais plus difficilement quantifiables. Les nombreuses Unes des journaux sportifs, les reportages TV lors des derbys basques, les retransmissions en direct des matchs, sont autant de façon de parler et de faire parler de Bayonne. Et tout cela sans débourser un centime de communication ! Le Club de Rugby ou les Fêtes de Bayonne sont certainement des ambassadeurs dont de nombreuses villes voudraient bénéficier.

Un budget en augmentation

Il faut y ajouter, cette année à la subvention municipale, la rénovation du stade Jean Dauger avec une dépense annoncée de plus de 2 millions d’euros. Toutefois, le maire a été clair, il n’y aura pas d’augmentation de la subvention accordée au club en 2011. Avec aujourd’hui un budget d’environ 16 millions d’euros, l’Aviron Bayonnais Rugby Pro se classe au 10è rang du Top 14 côté finances. Comme le précise Michel Parneix, directeur général de l’Aviron Bayonnais, ce sont les sponsors du club et notamment Alain Afflelou , qui en sont les premiers bailleurs. Sans oublier les nombreuses entreprises loacles qui en sont également partenaires.

La mode du merchandising

L ’objectif sportif du club pour la saison 2010/2011 est d’être dans les 6 premières équipes du Top 14 et viser ainsi l’Europe. Pour Michel Parneix, l’autre objectif est le développement du merchandising. Avec déjà une boutique en centre-ville, le stade et les ventes sur internet, le chiffre d’affaire de ce secteur est de plus d’un million d’euros. Dans quelques semaines, il annoncera l’ouverture d’un nouveau point de vente. Mais chut ! Une réalisation gérée en partenariat avec l’équipementier de l’Aviron, l’Italien Kappa. De quoi offrir encore aux spectateurs du plaisir et la joie de chanter l’hymne du club « Allez allez les bleus et blancs, de l’Aviron Bayonnais, c’est la peña, c’est la peña bayonna, on est tous là, allez les gars, encore une fois ! «

Related Articles

Close