Blog

La schizophrenie Une maladie mentale qui fait peur

La schizophrenie Une maladie mentale qui fait peur

La schizophrénie a déjà fait la une des médias. Mais que cache réellement ce nom inquiétant ?

Cette maladie, qui débute généralement à l’adolescence, entre 15 et 25 ans, et qui touche plus de 1 % de la population, se caractérise par une modification de la personnalité et la perte du contact avec la réalité.

Comment débute la schizophrénie


La schizophrénie peut débuter de manière très différente d’une personne à l’autre. L’individu apparaît songeur, renfermé et sujet à des impulsions irraisonnées. Il y a souvent un décrochage sur le plan scolaire. On a tendance à attribuer ces troubles à une crise d’adolescence. Le jeune sourit sans raison, par exemple. Sa sexualité a tendance à être perturbée.

Les symptômes de la schizophrénie

C’est souvent l’entourage qui s’aperçoit que quelque chose ne va pas car il est très difficile d’identifier cette maladie.

Les différents symptômes sont :

  • des troubles de la pensée : les pensées sont désorganisées, incohérentes, inadaptées, accélérées ou, au contraire, ralenties ;
  • des délires : croire que l’on est la réincarnation d’une personne célèbre, que la télévision nous parle, que les autres nous en veulent… Il est très difficile de convaincre le schizophrène que ses idées délirantes sont fausses ;
  • des hallucinations : ce sont surtout des hallucinations auditives. Le malade entend des voix ou des sons qui n’existent pas.

On note également une perte d’intérêt, un manque de volonté. Le malade peut rire sans raison, ou lors d’un événement dramatique.

Un autre symptôme, le sentiment d’ambivalence, se caractérise par le fait que le malade éprouve, d’un instant à l’autre, de l’amour puis de la haine.

Néanmoins, tous les malades ne développent pas tous les symptômes. Il n’existe pas une schizophrénie, mais des schizophrénies.

Le diagnostic est établi sur deux ou plusieurs symptômes caractéristiques, présents pendant une grande partie d’un intervalle d’un mois, et de signes qui annoncent la schizophrénie dans les six mois précédant l’apparition de la maladie. D’où l’importance de l’entourage du malade, qui doit sans hésiter faire appel au médecin en cas de troubles du comportement, afin que la prise en charge se fasse le plus tôt possible.

Les traitements de la schizophrénie


Le traitement comporte un versant médicamenteux et un versant psychosocial. Grâce aux neuroleptiques, les schizophrènes ont vu leur vie transformée, car ces médicaments améliorent les symptômes. Malgré les effets secondaires, il est indispensable de suivre scrupuleusement ces traitements, sous peine de rechute…

Il est souvent nécessaire d’hospitaliser les malades, parfois en urgence. On parle d’hospitalisation à la demande d’un tiers (HDT), la famille par exemple, ou d’hospitalisation d’office (HO), quand le malade commet un acte dangereux pour la société, par exemple.

Un accompagnement psychologique et social est également indispensable. Il peut être assuré par les hôpitaux de jour, les CMP, les CAT… En l’absence d’un suivi régulier, le malade risque de sombrer dans la marginalisation.

Bien que l’on ne guérisse pas la schizophrénie, les traitements actuels permettent aux malades de mener une vie quasi normale.

Related Articles

Close