Blog

La communication perverse La communication chez les pervers narcissiques ou manipulateurs

La communication perverse La communication chez les pervers narcissiques ou manipulateurs

Chez le pervers narcissique, aucune conversation n’est possible, l’échange ne peut avoir lieu. Le manipulateur pervers est un artiste du double langage, de la confusion.

Le déni du reproche ou du conflit par l’agresseur paralyse la victime qui ne peut se défendre. L’agression est perpétrée par le refus de nommer ce qui se passe, de discuter, de trouver ensemble des solutions.

Se soustraire au dialogue est une façon habile et classique d’aggraver le conflit, tout en l’imputant à l’autre. Le droit d’être entendu est refusé à la victime.

Le refus de dialogue est une façon de dire, sans l’exprimer directement avec des mots, que l’autre ne vous intéresse pas, voire même qu’il n’existe pas.

Avec n’importe quel autre interlocuteur, si on ne comprend pas, on peut poser des questions. Avec les manipulateurs pervers, le discours est tortueux, sans explication et conduit à une aliénation mutuelle.

On est toujours à la limite de l’interprétation.

Devant un refus de communication verbale directe, il n’est pas rare que la victime ait recours aux courriers. Elle écrit des lettres pour demander des explications sur le rejet qu’elle perçoit, puis, n’ayant pas de réponse, elle écrit à nouveau, cherchant ce qui, dans son comportement, aurait pu justifier une telle attitude.

Ces courriers, laissés sans réelle réponse, sont souvent utilisés et interprétés par l’agresseur contre sa cible.

Déformer le langage

Celui qui a déjà été la cible d’un pervers narcissique reconnaît d’emblée cette tonalité froide qui le met sur le qui-vive et déclenche la peur.

Les mots n’ont aucune importance, seule importe la menace.

Offrant des propos sans liens logique, il entretient la coexistence de différents discours contradictoires.

Il peut aussi ne pas terminer ses phrases, laissant des points de suspension qui ouvrent la voie à toutes les interprétations et à tous les malentendus, ou bien il envoie des messages obscurs et refuse de les expliciter.

Mentir

Le mensonge correspond simplement à un besoin d’ignorer ce qui va à l’encontre de son intérêt narcissique. C’est un mode “naturel” d’échange. “Sa” vérité varie suivant ses besoins.

User du paradoxe et des messages contradictoires

Les messages paradoxaux ne sont pas faciles à repérer. Leur but est de déstabiliser l’autre en le rendant confus de façon à garder les contrôles, en l’engluant dans des sentiments contradictoires. Le pervers narcissique le met en porte à faux sa victime et s’assure de pouvoir lui donner tort.

On l’a dit, la finalité de tout cela est de contrôler les sentiments, les émotions et les comportements de l’autre et même de faire en sorte qu’il finisse par approuver et se disqualifier lui-même, dans le but de récupérer une position dominante.

Le plus souvent, les partenaires des pervers, par esprit de conciliation, choisissent d’accepter le sens littéral de tout ce qui est dit, niant les signaux non verbaux contradictoires.

Il n’élève jamais le ton, manifeste seulement une hostilité froide, qu’il nie si on lui en fait la remarque. L’autre s’énerve ou crie. Il est facile alors de se moquer de sa colère et de le tourner en ridicule (soit de retourner la situation en rendant la victime responsable de nuisance…).

Chez le pervers narcissique, rien n’est jamais concret.

Ne restez pas seul ! Parlez, mais pas à n’importe qui.

Related Articles

Close