Blog

La canne a sucre une plante aux multiples possibilites

La canne a sucre une plante aux multiples possibilites

Sa production offre de nombreuses et étonnantes possibilités : composants de médicaments, bioplastiques, biocarburants, usages agroalimentaires, rhums, etc.

La filière canne des départements outre-mer s’adapte à la rude compétition qui règne entre les différents pays producteurs en améliorant la productivité et en recherchant de nouveaux produits à plus forte valeur ajoutée.

Originaire de Mélanésie, cette plante de la famille des graminées a été implantée en 1493 aux Antilles par Christophe Colomb lors de son 3ème voyage mais il faudra attendre le XVIIème siècle pour que sa culture s’y développe fortement suite à l’arrivée d’une main d’œuvre bon marché et résistante : les esclaves issus d’Afrique. Elle forgera l’économie, les paysages et les sociétés qui composent ces îles.

La canne est une plante vivace, ce qui signifie qu’elle est capable de pousser à nouveau une fois coupée. Toutefois, au bout de 6 à 8 repousses, il vaut mieux la remplacer. Le cycle de la canne est de 12 mois pour un nouveau plant et de 16 mois environ pour une repousse.

Ce long roseau sucré aime le climat tropical soit, une température ambiante avoisinante les 20° C, une pluviométrie importante et des plateaux d’altitude moyenne. La canne à sucre contient 70% d’eau, 24% de fibres ligneuses, 14% de saccharose et 2% d’impuretés.

Parmi les espèces les plus courantes, on trouve : Malavoi, Maframe, Canne bleue, B-H (Barbade Haïti)…

Le sucre de canne

La production mondiale de sucre atteint 162 millions de tonnes et provient majoritairement (70%) de la canne à sucre. Les principaux pays producteurs de sucre sont le Brésil, l’Amérique latine, les pays asiatiques, certains pays africains et pour la France ; les départements d’outre-mer, la Martinique, la Guadeloupe et La Réunion.

La canne récoltée doit passer au moulin entre 12 et 36 heures après sa coupe afin qu’elle ne perde pas ses qualités. Il faut une tonne de canne à sucre pour obtenir environ 115 kg de sucre. La canne est pressée plusieurs fois et libère du jus, le Vesou (70 à 80%), le reste, le résidu fibreux est appelé Bagasse, A partir de cette bagasse, il faut séparer partiellement la mélasse des sucres par un procédé de centrifugation puis les cristalliser afin d’obtenir le sucre de canne roux véritable. Pour obtenir du sucre blanc, le sucre roux doit subir une série d’opérations de raffinage en usine.

Le sirop de canne

Il est obtenu en mélangeant de l’eau et du sucre de canne dans des proportions égales (50/50), puis en faisant bouillir le mélange. Une fois le sucre fondu, la cuisson est arrêtée avant que le mélange ne se transforme en caramel.

On le consomme généralement en association avec du rhum et une tranche de citron vert pour le traditionnel « ti punch ».

Le jus de canne

La canne une fois broyée délivre un breuvage (qui se boit bien glacé avec un zeste de citron vert). Ce jus est riche en saccharose, énergétique, stimulant, très nutritif, il est également diurétique. Sachez donc que pour un verre de 100ml, on obtient un cocktail de vitamines B1, B2, B3, C, du phosphore, du fer ou encore du calcium !

Le vinaigre de canne

Le jus de canne (Vesou) subit une fermentation alcoolique pour devenir du vin de canne. Il est alors transformé en vinaigre. Son degré d’acidité est d’environ 6°. Il est utilisé en cuisine pour relever la saveur des plats.

Le Rhum

Tous les rhums qu’ils soient agricoles ou industriels sont fabriqués à partir de la canne à sucre.

Le processus de fabrication du rhum agricole consiste à faire fermenter puis à distiller le jus de canne (Vesou).

Pour le rhum industriel c’est la mélasse que l’on fait fermenter avant distillation.

Depuis 1996, le rhum agricole de la Martinique est en Appellation d’origine contrôlée (AOC) Ce parti pris de miser sur la qualité de son rhum, en fait un produit unique en outre-mer et classe dorénavant le rhum agricole martiniquais parmi les meilleurs alcools au monde.

Le Biocarburant

En plein essor au Brésil, la culture de la canne à sucre permet de produire un carburant écologique, le Bioéthanol, qui est très utilisé dans ce pays. Ce biocarburant (carburant de substitution produit à partir de matières organiques non fossiles et renouvelables) est utilisé dans le domaine de l’automobile et permet de réduire significativement les émissions de gaz CO². Il semblerait que déjà un tiers du parc automobile brésilien l’utilise.

La Canne à sucre n’a pas fini de faire parler d’elle, et selon une étude scientifique menée au Brésil, il semblerait même que son action sur l’environnement soit encore plus forte que prévue. On le sait, la canne à sucre protège les sols de l’érosion et avec l’avancée des technologies, les apports en engrais, pesticides et en eau sont étroitement surveillés et adaptés aux besoins.

Il semblerait donc que la culture de la canne à sucre permettrait également de refroidir le climat et aiderait ainsi à lutter contre le réchauffement climatique.

Sources:

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/la-canne-a-sucre-refroidit-le-climat_29546/

Related Articles

Close