Blog

Hallyday annees 80 les concerts inoubliables Sur CD ou vinyl nombreux temoignages dune carriere exceptionnelle

Hallyday annees 80 les concerts inoubliables Sur CD ou vinyl nombreux temoignages dune carriere exceptionnelle

Avec l’arrivée en 1981 de la bande FM, la prise de son des disques live dut s’adapter aux nouvelles habitudes des auditeurs. Johnny fut le premier à en prendre conscience

A partir de 1981, on ne peut plus, comme par le passé, se satisfaire d’un enregistrement brut. On en est encore souvent à la bande magnétique mais le numérique se démocratise et le CD ne va pas tarder à bouleverser les habitudes d’écoute

Parution du double 33 tours “Live 1981”.

Pourquoi ce titre évasif ? Pour la raison que le disque a été enregistré à diverses occasions, dans des lieux différents (Paris, Chartres et Evreux). Depuis pas mal de temps, Johnny était privé de groupe attitré. Cette fois, il est accompagné par une formation essentiellement américaine, anciens accompagnateurs d’Elton John, le Night Rider Band ; il en résulte un son plus “FM” que live… ce qui n’est pas une critique en soi : Johnny a toujours été “dans le coup”, et il s’est rendu compte du profond bouleversement qu’allaient subir les radios françaises avec le développement de la FM.

1982, une mauvais chute pendant un show

Après son show futuriste de 1979, Johnny a souhaité monter un spectacle qualifié de fantasmhallyday, inspiré de « Mad Max » : le show démarre sur « La Peur », « Le Survivant »… on ne peut être plus explicite ! C’est malheureusement au cours de l’une de ces chorégraphies violentes que Johnny va se faire une vilaine blessure qui va l’empoisonner pendant des mois. Johnny, qui nous a habitués aux surprises de dernière minute, a, cette année-là, invité Mort Shuman, Gilbert Montagné et… Liza Minelli qui viendra chanter le dernier soir (le double 33 tours “Palais des Sports ‘82” sort le 11 janvier 1983).

Johnny prévoit de se produire quatre mois d’affilée au Zénith

Automne-hiver 1984 : il chantera du 25 octobre au 23 février. Au fil du temps, les conditions de réalisation d’un album en concert sont devenues de plus en plus complexes (ce qui, somme toute, est appréciable, car le discophile y gagne en qualité sonore). Toujours est-il qu’on ne peut plus, désormais, enregistrer un concert et le mettre en vente quelques jours plus tard. Or, dans le cas présent, il y a urgence : le show de Johnny, démesuré, coûte encore plus cher que les précédents, et le public est un peu plus clairsemé qu’on ne le pensait.

Johnny s’évanouit le soir du 8 janvier

Il doit se reposer jusqu’au 12 ! Afin d’éviter un naufrage financier, en cours de route, on revoit à la baisse le coût total, rognant sur le personnel employé, ce qui mène à l’éviction du fidèle Pierre Billon. Le répertoire est sans surprise. Carré à souhait ! Et on retient cette pathétique interprétation du titre de Jacques Brel, « Ne me quitte pas », chanson préférée des Français.

Du jamais vu !

La première édition du double 33 tours “Johnny Hallyday au Zénith” est commercialisée le 24 octobre, soit… la veille du soir de la première ! Le public n’est pas dupe, et comprend qu’il s’agit d’un “faux” live. Il faut attendre trois semaines pour disposer du même album, mais cette fois véritablement enregistré au Zénith. Inutile de dire que les collectionneurs possèdent les deux éditions, puisqu’il s’agit de deux disques totalement différents ! Ceux qui ont manqué de rapidité au moment de la sortie de la première édition ont pu, ensuite, l’acquérir (au moins partiellement) sur deux CD respectivement intitulés “Une heure au Zénith” et “En concert”. Quant au véritable “Zénith ‘84” (la seconde édition), elle est disponible sur double CD dans le coffret “Tout public”.

Plus raisonnable que quatre mois au Zénith !

Du 15 septembre au 4 octobre 1987, Johnny se donne à Bercy. Michel Berger met en scène le spectacle. Encore plus fort que les précédents, puisque ce sont 215 000 personnes qui s’y rendent. Evidemment, Philips enregistre en vue de la parution d’un album live. C’eût été le cadeau idéal pour Noël… mais il ne sortira que fin février ! Ce disque révèle au collectionneur les problèmes que vont lui poser les parutions simultanées en vinyl et sur CD : d’une édition à l’autre, trois titres ont disparu ! A L’époque, en effet, un CD peut emmagasiner jusqu’à 71 minutes de musique (aujourd’hui : 80 minutes), soit sensiblement moins qu’un double 33 tours.

Johnny dans un festival de jazz

A l’occasion des 21 ans d’existence du festival de Montreux, Johnny se produit en Suisse le 6 juillet1988. Filmé et enregistré, on croyait l’évènement enterré à tout jamais. Que nenni ! Vingt ans plus tard, Montreux constitue la matière du première disque en concert de Johnny pour le label Naïve. Comme quoi il faut savoir être patient.

L’année suivante, du 6 au 14 novembre 1989, Johnny participe à la tournée des Enfoirés avec Véronique Sanson, Jean-Jacques Goldman, Eddy Mitchell et Michel Sardou. Un album “live” est publié.Des années 80 constructives… mais ce n’est rien en comparaison de ce qui se prépare : dès 1990, à Bercy, Johnny fera se déplacer 250 000 fans !

Related Articles

Close