Blog

Guerir dun Burnout renaitre de ses cendres Un etat de letre plus quune maladie

Guerir dun Burnout renaitre de ses cendres Un etat de letre plus quune maladie

Au delà d’un simple stress, le Burn-out est un message que l’on s’envoie a soi-même, une sorte de dernière chance amorçant un nouveau tournant plus respectueux de soi…

Le Burn-out c’est cet état de fatigue, d’incapacité au travail sur lequel la communauté scientifique n’arrive pas à s’entendre dans sa définition . Les symptômes du Burn-out sont tellement variables d’une personne à une autre : dépréciation de soi, chagrin, incapacité à fournir un quelconque effort, perte de plaisirs, d’intérêts que ce « malaise » n’est ni reconnu par la médecine et encore moins par les employeurs. Ce mal-être s’installe peu à peu dans la vie active gangrenant peu à peu toutes les couches de l’entreprise en dépit de considération pour l’âge, le niveau de salaire, de responsabilité ou le sexe de la victime.

Victime… de soi-même

La personne qui en souffre est devenu avec le temps la victime d’un système dans lequel sa propre motivation au travail, son ambition et l’exigence de ses propres performances provoquent un danger se retournant contre elle, allant parfois jusqu’à des réactions dramatiques et radicales. Vécue comme une véritable dépression, cette phase peut s’avérer le témoin urgent d’un besoin de changement, de réévaluation de ses propres aspirations, l’opportunité d’un virage sur une trajectoire individuelle.

Accepter c’est commencer à guérir

Sa valeur n’a d’égale que l’acceptation de s’asseoir face à soi-même et l’intensité de la compassion pour la blessure que l’on s’est infligée, pardonner au monde entier et se pardonner soi-même est un travail de longue haleine remettant en cause toutes les valeurs sur lesquelles reposaient parfois son éducation, ses études, ses idéaux, ses aspirations.

Il est alors nécessaire de reconnaître que l’on s’est poussé soi-même au bord du gouffre.

Continuer à travailler …, s’isoler, découvrir l’origine de ses blessures

Guérir d’un burn-out, c’est accepter ses limites, ses blessures, rester humble face à soi-même, reconnaître que l’erreur a une place dans notre monde, que le mieux-disant social et économique n’est d’aucune utilité pour s’en sortir. C’est pourquoi il est souvent indispensable de changer de lieu, de s’entourer d’amis, de famille, autant d’éléments rassurants favorisant le lâcher prise.

Mais surtout, il est important de continuer à travailler, différemment.

Se donner le droit, se donner le choix

La thérapie du Burn-out, c’est la porte que l’on s’ouvre à travailler sur soi-même et pour soi-même, être honnête et conciliant envers soi, la tache consiste à se donner du temps, une richesse rare, se donner le droit à l’erreur et le choix de prendre un autre chemin plus respectueux de soi.

Le parcours consiste à libérer les trop pleins émotionnels accumulés avec le temps, aussi difficile que cela puisse paraître face à un environnement professionnel où toute manifestation émotionnelle est perçue comme une faiblesse.

Le salaire, le pardon

Le salaire de ce travail est le plus gratifiant du monde : c’est le pardon et la paix en toute acceptation de soi que l’on y gagne. Ce n’est qu’en acceptant son être tout entier que l’on peut s’offrir une nouvelle trajectoire, une vie composée de nouvelles opportunités, plus adaptées à ses propres possibilités, en respect avec son être profond et surtout mieux vécues.

Le Burn-out, un message d’humanité

Derrière le Burn-out se cache un message que l’on s’envoie à soi-même : l’opportunité de défaire ce que notre siècle a mal fait, la chance de réaliser en soi ce que la part d’humanité que chacun de nous peut mieux vivre dès aujourd’hui.

Sur son chemin on rencontre la résilience, cet art de sublimer chaque tournant de sa vie aussi difficile soit-il, en lâchant prise, en acceptant ce qui arrive : ce chemin qui conduit à soi même. S’aimer c’est accepter ses propres fragilités et oser vivre ses émotions au moment où elles se manifestent.

Il n’est pas de héros qui ne soit jamais tombé malade, il n’est pas de star, d’icône ou de roi qui n’ait pas un jour vieilli, faibli et ne soit tombé : tomber c’est humain, se relever c’est divin…

Related Articles

Close