Blog

Evolution de laviation de 1900 a 1945 Des premiers avions aux appareils modernes

Evolution de laviation de 1900 a 1945 Des premiers avions aux appareils modernes

Les pionniers ont posé les bases du premier vol en avion, et sont bien vite être relayés par une foule d’aviateurs.

Comme nous l’avons vu dans l’article «L’aviation : le rêve du vol habité», les ballons dirigeables ne sont désormais plus les seuls à partir à la conquête du ciel : les avions – parfois nommés «les plus lourds que l’air», ou aérodynes – sont également capables de s’élever dans les cieux.

Premiers records

Une course à la performance se lance alors : partant des théories élaborées par les frères Wright, les ingénieurs se lancent dans différentes recherches visant à améliorer les capacités en vol des avions. Et les premiers records tombent. Traian Vuia réussit en 1906 le premier vol autopropulsé (le Flyer des frères Wright était propulsé avec une catapulte), Louis Blériot traverse la Manche le 25 juillet 1909, et Roland Garros la Méditerranée le 23 septembre 1913.

La Première Guerre mondiale

Une guerre reste avant tout une horreur abominable coûtant la vie à des milliers voire des millions de personnes, car l’humanité fait parfois preuve d’une ingéniosité considérable dans son application à tuer plus efficacement son prochain. Et malheureusement, l’aviation a tiré parti de ce sentiment.

Les appareils créés entre 1914 et 1918 ont bénéficiés d’améliorations techniques considérables, les rendant plus rapides, plus maniables, plus résistants, dans un seul but : prendre le contrôle du ciel. Car peu à peu, les militaires se sont rendu compte de l’importance stratégique de l’aviation : observation et bombardements permettent de prendre l’avantage sur l’adversaire. Le contrôle du sol passe donc par celui des airs.

Les combats aériens apparaissent vite durant le conflit, les Français Frantz et Quénault abattent un avion allemand avec une carabine, obtenant ainsi la première victoire aérienne de l’histoire. Des noms illustres apparaissent bien vite dans les deux camps : Manfred Von Richthofen, Ernst Udet, René Fonck, Georges Guynemer ou encore William Bishop.

L’entre-deux guerres et la naissance de l’Aéropostale

L’héritage de la guerre permet une nouvelle utilisation de l’aviation. En 1919, la Société des Lignes Latécoère voit le jour, elle évoluera sous le nom de Compagnie générale aéropostale en 1927. Elle regroupe d’illustres pilotes, qui prennent des risques inconsidérés dans le but de remplir leur mission : transporter pilotes et passagers. Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet ont tous fait leurs premières armes dans cette société.

La période voit également d’autres records tomber : les prémices des vols en hélicoptères apparaissent, tandis que le Spirit of Saint-Louis de Lindbergh rejoint Paris depuis New York sans escale en 1924.

La Seconde Guerre mondiale

Tout comme la Grande Guerre, cet autre événement majeur du XXe siècle apporte également son lot d’horreurs, et d’avancées technologiques. Cette fois, le territoire anglais est attaqué, et son statut d’île a de considérables conséquences : Hitler, pour envahir ses rivaux, doit anéantir la redoutable RAF, qui défend bec et ongles le ciel britannique.

La bataille d’Angleterre est donc essentiellement aérienne, et peu à peu, les dominés renversent la situation. Les alliés préparent l’invasion du Vieux Continent, essentiellement en tapissant la côte française de bombes. Le courage des pilotes tels que Douglas Bader ou Pierre Clostermann est mis à rude épreuve, toutefois avec succès.

De nouveaux types d’appareils voient le jour, et parmi eux, le précurseur des avions modernes que nous connaissons aujourd’hui : le Messerschmitt 262. C’est en effet le premier avion à réaction, capable de prendre de vitesse tous ses opposants de l’époque. Avec les terrifiantes fusées V1, V2 et V3, ces projectiles jettent les prémices de la propulsion à réaction.

Par la suite, c’est l’aviation qui met un terme au conflit, avec les bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki. L’Allemagne défaite en Europe par les Alliés et les Russes, seul reste le Japon qui lutte toujours contre les Etats Unis dans le Pacifique. Les Etats-Unis payant un lourd tribut en hommes et en matériel, ils décident d’écourter la guerre en touchant le Japon au cœur de leur territoire, causant des dizaines de milliers de morts parmi les civils.

La fin de la guerre voit la mise en place d’un autre type de menace : la Guerre Froide. Cette dernière va lancer la course à la conquête spatiale.

Related Articles

Close