Blog

Duel sur route Blur vs SplitSecond Velocity

Duel sur route Blur vs SplitSecond Velocity

Deux jeux au thème similaire et pourtant si différents… Entre Blur et Split/Second Velocity les cœurs balancent. Mais de quel côté va la préférence ?

Sortis à huit jours d’intervalle, Split/Second Velocity et Blur nous rappellent que, parfois, les grands esprits se rencontrent… Ou qu’un regard jeté par-dessus l’épaule de son voisin n’est jamais innocent. Mais après quelques tours de roues effectuées sur les tracés proposés par chacun d’entre eux, ils n’ont finalement en commun que le genre emprunté. Et face à deux concepts différents, mais tout aussi efficaces, bien malin est celui qui saurait favoriser l’un ou l’autre sans éclater quelques pneus. Avec deux studios de développement bien distincts aux commandes, ce sont deux gameplays qui sont mis à l’épreuve.

L’assurance de la référence

Il est certain que Bizarre Creations (Blur) n’a pas pris de risque en s’appuyant littéralement sur les mécanismes du jeu de Nintendo Mario Kart. Cela dit, avoir eu l’audace de transposer tout cela dans un univers réel est une ingéniosité payante de par l’efficacité qu’elle dégage à l’écran. Nerveux, l’échange des carapaces pour des orbes et autres surcharges a un effet des plus rafraîchissants et bénéfiques. Le résultat parle de lui-même à travers des courses endiablées, explosives et incertaines jusqu’au bout.

Toutefois, le jeu a bien failli trouver ses limites à travers le contenu proposé. En dissociant les progressions du mode solo et du multijoueur, l’équipe double le travail de déblocage des bonus et voitures. Répondant aux tendances du moment, le mode en ligne est forcément favorisé avec quelques modes de jeu, dont l’intérêt s’émousse beaucoup moins vite que ceux proposés hors ligne. Preuve s’il en est que la question de durée de vie et d’intérêt du jeu était au centre des préoccupations pour vouloir doubler la mise de la sorte. Ces inquiétudes vérifiées ne nuisent pas pour autant au titre qui procure toujours autant de fun et d’addiction même après des heures passées en ligne.

L’innovation risquée

Chez Disney Interactive (Split/Second), nous sommes surtout en présence d’un concept de gameplay qui interfère avec les décors pour bloquer les adversaires. Les courses sont ainsi rythmées à la faveur des interactions déclenchées, des plus minimes (activation de raccourcis, explosions, etc.) aux plus impressionnantes (écroulements d’édifices et éboulements) qui se paient le luxe de bouleverser le tracé des circuits. Et bien que l’idée repose plus votre coup de volant, le titre n’en tire pas forcément son épingle du jeu. En effet, il en résulte une sorte de passivité du joueur face à des actions qui restent ponctuelles, délimitées et, donc, répétitives.

Du coup, si le jeu reste dynamique dans son déroulement, il n’en est pas moins en retrait par rapport à celui d’Activision et Bizarre Creations. D’autant plus qu’aux conséquences similaire des modes de jeu rébarbatifs du mode solo, il faut ajouter un mode multijoueur en ligne beaucoup moins intéressant, avec des temps d’accès longuets ou des perspectives de progression laborieuses. Il suffit d’enchaîner quelques heures dessus, en solo comme en multi, pour en avoir vite fait le tour, anticiper et vous lasser. Pourtant attrayant, Split/Second Velocity paie très nettement cette passivité d’action.

La banane à Split ou le Blur dans les épinards ?

Elles ne sont pas comparables et pourtant l’une de ces deux recettes à meilleur goût. Si Split/Second Velocity a le mérite de mettre en avant un concept intéressant et terriblement impressionnant, il engendre une certaine lassitude qui s’installe à la longue. Le culot de Blur, par contre, lui assure l’avantage. En reprenant les ingrédients d’une formule bien rôdée, remise au goût du jour, il apporte un résultat qui fournit une saveur au moins tout aussi délicieuse (si ce n’est même plus !) que son modèle.

Efficace par cette adrénaline constante et des courses qui s’enchaînent sans jamais se ressembler, il est difficile de poser le pied sur la pédale de frein quand les parties frénétiques suscitent autant d’enthousiasme. Malgré des perspectives différentes et ambitieuses, le titre de Bizarre Creations édité par Activision aura bien plus de chances de répondre aux attentes du plus grand nombre.

Related Articles

Close