Blog

Cristiano Ronaldo nest pas encore Ronaldo

Cristiano Ronaldo nest pas encore Ronaldo

Le capitaine du Portugal est sorti de la Coupe du monde 2010 par la petite porte. Son bilan sous la maillot lusitanien reste plus que jamais famélique.

Avec ses dribbles exceptionnels, sa rapidité, sa frappe de balle supersonique, le portugais Cristiano Ronaldo reste à vingt-cinq ans un très bon joueur de football. Difficile d’affirmer néanmoins qu’il soit un grand joueur. Ceux de la trempe des Zidane ou Ronaldo lors des précédentes Coupe du monde, ou encore Lionel Messi et David Villa aujourd’hui. Ceux tout simplement capables de renverser la tendance dans les instants cruciaux et de porter leurs équipes vers les succès.

Cristiano Ronaldo a beau avoir planté une avalanche de buts sous le maillot de Manchester United puis du Real Madrid, cette réussite mérite nuance. Les défenses des équipes du ventre mou du Championnat anglais et espagnol ne sont pas si infranchissables. Lorsque le niveau des matchs s’élève, la moisson devient moins prolifique pour le portugais. Devant la paire de défenseurs brésilienne Lucio et Juan puis face à Carlos Puyol et Gerard Piqué contre l’Espagne, la tâche s’est compliquée. Cristiano Ronaldo est sorti de la Coupe du monde 2010 impuissant contre la Roja (défaite 1-0) en huitième de finale. Quasiment transparent.

Que retenir du Mondial de celui que les médias surnomment R9 ? Pas grand-chose. Pour le meilleur, une frappe terrible sur la barre transversale contre la Côte d’Ivoire au premier tour puis un but « chanceux » contre la Corée du nord. Pour le pire, un tir totalement écrasé et désespéré en fin de rencontre contre l’Espagne alors que ses coéquipiers démarqués lui demandaient le ballon. Pour le reste, celui qui se plaignait encore voilà quelques mois que ses coéquipiers sous le maillot portugais n’avaient pas le même niveau que lui, a été fidèle à lui-même. Toujours prompt à se mettre en scène sous les caméras par ses grimaces exagérées et autres mimiques. Les cheveux toujours parfaitement coiffés, Cristiano Ronaldo n’a cette fois-ci pas décoiffé les défenses. R9, familier avec la société de consommation, ne déclarait-il pas d’ailleurs lors d’une conférence de presse en début de Coupe du monde : « les buts c’est le ketchup, quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps».

Pas à la hauteur

La sauce a comme un coup légèrement indigeste au lendemain de cette défaite dans le duel ibérique. Voilà sans doute la goutte de ketchup qui a fait déborder le vase. Encore simple étoile montante dans le football mondial en 2006, le Portugal avait pardonné à Cristiano sa Coupe du monde en Allemagne relativement moyenne. Emmené surtout par Figo et Deco, le Portugal s’était hissé en demi-finale, battu par la France (1-0). Deux ans plus tard, bien qu’auréolé d’une victoire en League des Champions et d’un titre de top scorer du championnat anglais avec Manchester United, Cristiano Ronaldo avait traversé l’Euro 2008 comme une ombre. On évoquait alors, non sans amertume, la saison éreintante du prodige portugais pour excuser sa contre-performance. Son ballon d’or obtenu la même année le consolera avec ses détracteurs. Pour un certain temps, seulement.

A défaut d’être un grand footballeur, Cristiano Ronaldo aurait pu prouver à l’issue de cette Coupe du monde qu’il était quelqu’un de bien. Il n’en a rien été. Le « capitaine » – il faut se pincer pour le lire tant son brassard semble trop grand pour lui – a été pris en flagrant délit de cracher sur une caméra à la sortie du terrain face à l’Espagne. Pis encore, capitaine Cristiano a préféré ne pas s’expliquer sur la défaite, se fendant finalement d’une déclaration de petit garçon : « Comment j’explique cette défaite ? Posez la question à Carlos Queiroz mon entraineur ». Finalement, Cristiano Ronaldo mérite plus que jamais sa particule de « Cristiano ». Car des Ronaldo, il n’y en aura toujours qu’un. Et pour longtemps.

Related Articles

Close