Blog

Comment publier un premier roman Trouver un editeur pour votre manuscrit parcours du combattant

Comment publier un premier roman Trouver un editeur pour votre manuscrit parcours du combattant

L’envie d’écrire s’accompagne souvent du désir légitime d’être publié. Doit-on pour autant tout accepter? Tour d’horizon des options de l’écrivain en quête d’un éditeur.

L’écriture est une sorte de maladie qui touche beaucoup d’entre nous à un moment ou à un autre de notre existence. Ce désir s’éveille souvent au moment de l’adolescence et des journaux intimes, avant de s’émousser et souvent de disparaitre, noyé dans notre quotidien.

Le passage à l’acte, du manuscrit au livre édité.

Les raisons qui nous poussent à nous confier à travers l’écriture sont diverses. Envie d’évasion pour certains, forme de thérapie pour d’autres ou véritable besoin obsessionnel, il existe autant de motivations que de personnalités.

Difficile de dire pourquoi certains se contentent de l’anonymat de leurs cahiers ou de leur traitement de texte, alors que d’autres rêvent de se voir publiés. Les romanciers vivant de leur plume de manière exclusive sont rares en France. La plupart exercent une profession parfois en rapport avec l’écriture (journalistes, éditeurs, enseignants etc…)ou mettent en place des ateliers d’écriture.

Paradoxalement, l’écriture est une activité solitaire, parfois douloureuse, qui ne trouve son aboutissement que dans le partage. Nul écrivain, amateur ou professionnel si tant est que l’on puisse distinguer l’un de l’autre dans le monde particulier de la création artistique, ne peut se contenter indéfiniment de sa propre relecture ou de celle de ses proches.

Il lui faut un public.C’est à ce moment que commence la recherche d’un éditeur.

La publication à compte d’auteur.

C’est le moyen le plus facile d’être publié. Les sociétés qui la pratiquent sont légion, et il est facile en circulant un peu sur le net de trouver un éditeur qui acceptera votre manuscrit. La qualité de votre texte aura peu d’influence dans la sélection de votre ouvrage puisque ce ne sont pas des maisons d’édition qui se chargeront de publier votre livre, mais des prestataires de services qui ne prendront aucun risque.

En effet, c’est vous, l’auteur qui règlerez tous les frais de publication. La diffusion des ouvrages sera très limitée. A choisir si vraiment l’envie de voir votre nom imprimé sur une couverture vous démange.

L’auto-édition

L’auto-édition se distingue de la publication à compte d’auteur. C’est plutôt une entreprise individuelle.Vous serez auteur, correcteur, vous mettrez en page votre texte, et enfin vous devrez faire imprimer puis diffuser vos livres. Sans oublier les déclarations fiscales (TVA, URSSAF etc…). Vous pouvez être aidés dans toutes ces tâches par des sociétés spécialisées. L’auto-édition peut vous permettre de publier votre livre si vous êtes prêt à assurer cette charge de A jusqu’à Z, mais rien ne dit que vous rentrerez dans vos frais. La différence avec le compte d’auteur c’est que les éventuels bénéfices vous reviendront en totalité.

Trouver un éditeur pour publier votre manuscrit

La voie royale, celle dont rêve tout écrivain est évidemment un contrat d’édition chez un véritable éditeur. Les conseils ne manquent pas sur de nombreux sites internet pour vous aider à trouver des maisons d’édition et à présenter au mieux votre travail. A signaler aussi qu’il existe encore de vrais éditeurs qui font leur travail avec sérieux et savent prendre des risques avec des auteurs inconnus. Ce sont souvent des maisons d’édition qui ont dans leur catalogue un ou deux romanciers à succès dont les bénéfices permettent de donner une chance aux autres.

Il faut être conscient que les chances d’être publié quand on est un illustre inconnu sont minces, surtout dans le domaine du roman. Les maisons d’édition sont inondées quotidiennement de dizaines de manuscrits reçus par la poste qu’elles ne liront pas, faute de temps et de capacité.

Un premier tri est opéré par des lecteurs professionnels qui feuillettent cet amoncellement de manuscrits encombrant leurs bureaux . Ils les survolent, lisent quelques lignes, mettent de côté ceux qui les accrochent, écartent ceux qu’ils jugent sans intérêt. Mais la lecture est avant tout une affaire de goût et le choix d’un manuscrit très subjectif. C’est ainsi que bon nombre d’écrivains devenus célèbres par la suite ont été rejetés durant des années.

Si votre manuscrit a la chance de passer le premier filtre, il aboutit sur le bureau d’un éditeur ou d’un comité de lecture qui décide alors de son avenir.

Lorsque vous avez le bonheur d’être enfin publié…

Un beau jour, vous recevrez peut être un courrier, un appel téléphonique et votre vie sera transformée. On vous proposera un contrat d’édition avec une rémunération fixée suivant un pourcentage sur le prix de vente qui varie entre 5 et 10% selon les éditeurs. Certaines maisons d’éditions offrent aussi un à-valoir.

Viendront ensuite les corrections, puis enfin la publication. Ce qui n’est pas synonyme de succès. A notre époque extrêmement médiatisée il faut une bonne campagne de publicité pour vendre. Si le thème de votre livre est porteur, si vous-même avez été médiatisé pour une raison quelconque, vous avez plus de chances de vendre beaucoup de livres que si vous êtes un parfait anonyme avec pour toute arme, un bon, voire un très bon roman.

La publicité au cœur du succès d’un livre

Vous alternerez sans doute des séances de signatures, des salons du livre etc…Vous aurez le sentiment de toucher au but. Mais si au bout de quelques semaines les ventes ne décollent pas, vous serez vite oublié. Et même si votre contrat prévoyait un accord pour deux ou trois ouvrages, sachez que cet engagement concerne l’auteur seul. L’éditeur n’est nullement tenu de publier un autre de vos livres. Pourtant cette aventure marquera à coup sûr votre existence et l’idée même de payer pour être publié vous rebutera.

Ecrire pour exister, pour être lu et reconnu, mais pas exploité. Tel doit être l’objectif d’un écrivain.

Related Articles

Close