Blog

Calvados des plages du debarquement aux monuments historiques

Calvados des plages du debarquement aux monuments historiques

Les plages normandes, où subsistent des vestiges du débarquement allié de 1944, sont complétées par de nombreux musées retraçant cet épisode historique.

6 juin 1944, l’Opération Neptune – nom de code donné au débarquement allié en Normandie – commence. L’objectif : surprendre les troupes allemandes et ouvrir un nouveau front à l’Ouest. Les troupes de soldats américains, anglais, et de bien d’autres nationalités arrivent en masse par bateaux, un très faible nombre étant parachuté.

Certains meurent noyés sous le poids de leur équipement ou victimes d’un courant plus fort que prévu, d’autres sont abattus par l’ennemi ce même jour, le jour J, celui qui marque le début de la Bataille de Normandie dont la victoire va s’avérer décisive pour les Alliés.

Le Calvados, défiguré par l’Histoire

Sur les cinq plages utilisées lors de l’opération, quatre se trouvent sur la côte occidentale du Calvados : Omaha Beach (surnommée « Bloody Omaha », littéralement « Omaha la sanglante » en raison de l’importance des pertes humaines), Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach.

Plus de soixante ans après le débarquement, ces plages témoignent encore d’un épisode tragique et pourtant décisif dans l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Alors que celle que l’on appelle la Côte de Nacre dévoile tous ses charmes, se dressent, sombres et inhumains, des blocs de béton armé, vestiges de blockhaus à caractère défensif. Cratères de bombes et abris souterrains sont également présents et finissent d’achever le portrait d’une région particulièrement éprouvée par la guerre.

Le Calvados ou le devoir de mémoire

Le passé laisse des traces, et certaines sont particulièrement émouvantes, comme ces milliers de croix blanches parfaitement alignées qui caractérisent les cimetières américains, dont le plus important se trouve à Colleville-sur-Mer, en plein cœur de la plage d’Omaha.

Par ailleurs, la Normandie, et le Calvados en particulier, compte de nombreux musées qui reviennent sur cet épisode historique. Parmi eux, le Musée du débarquement d’Arromanches-les-Bains fait figure de référence : de nombreuses maquettes animées, des cartes et bien d’autres documents authentiques permettent de comprendre comment le débarquement s’est déroulé, de son élaboration secrète à sa mise en place plusieurs fois reportées.

D’autres musées méritent également une visite, c’est le cas du musée D-Day Omaha à Vierville-sur-Mer, du musée du Mur de l’Atlantique à Ouistreham ou encore du musée Juno Beach à Courseulles-sur-Mer. Sans oublier le célèbre Mémorial de Caen, un « musée pour la paix et une réflexion sur l’histoire du XXe siècle », qui revient sur certaines étapes de la Seconde Guerre mondiale. Caen, un lieu symbolique, une ville qui a dû se reconstruire après avoir été bombardée en juillet 1944…

Du même auteur :

Un week-end à Deauville

En Bretagne, Vannes et son héritage médiéval

Angers, la destination des amoureux de la nature

Related Articles

Close