Blog

Bien choisir le prenom de son enfant

Bien choisir le prenom de son enfant

Sophistiqué, original ou banal : le prénom choisi par les parents peut donner des ailes ou se révéler, au contraire, lourd à porter.

Tout prénom raconte l’inconscient des parents. Le prénom donné à leur enfant qu’il découvre ne peut être que l’expression de leurs désirs, de leur projet de vie pour lui. La plupart des parents ont souvent des rêves, grandioses bien souvent pour leur descendance : ainsi, ils espèrent inconsciemment qu’en donnant tel ou tel prénom il ou elle aura la beauté de telle actrice, la célébrité de tel chanteur ou les capacités intellectuelles de tel savant.

Joël Clerget, psychanaliste, est persuadé que l’on sous-estime le poids du prénom. Son rôle est important : il raconte notre sexe, notre langue et bien sûr notre milieu social. Par exemple, les prénoms d’origine américaine ont une connotation ” milieux populaires” alors que les prénoms composés sont connotés “milieux favorisés”. D’ailleurs on observe des phénomènes d’imitation dans le cycle de vie d’un prénom : il va tout d’abord être donné par ” l’élite” puis se répandre dans les milieux plus populaires jusqu’à être abandonné … pour un temps.

Le prénom met donc en quelque sorte un enfant sur des rails bien définis

Le prénom va structurer le développement psychologique d’un individu. Tout d’abord, il désigne un individu en particulier, contrairement au nom de famille qui est porté par tous les membres de la famille, le prénom individualise, particularise un être. Dans le cadre familial, l’enfant ne sera nommé que par son prénom : c’est ce qui le différencie des autres membres de la fratrie. De plus, grâce aux différentes intonations avec lequel il sera prononcé, il permettra à l’enfant de découvrir le registre des sentiments qu’il inspire.

Un prénom est une sorte de carte de visite

Le prénom est en quelque sorte comme la partie immergée de l’iceberg une sorte de carte de visite. Avant même de connaître une personne, on l’imagine, physiquement et psychologiquement, à partir de son prénom. Une fille qui porte le prénom d’un mannequin célèbre correspondra à des critères physiques bien déterminés, ainsi on imagine une Adriana grande, mince et blonde ; un Bruce avec un physique à la Willis, grand, sportif. Quelle déception devant un petit brun rondouillard !

Un prénom on s’y attache … ou pas

Pour certains, il est assez facile de se trouver en accord avec son prénom. Il peut être réconfortant de savoir que l’on porte de génération en génération le prénom de ses aïeuls, ou bien de porter un prénom rare qui confère un sentiment d’unicité assez agréable, ou même un prénom unisexe (Claude, Dominique…) qui permettra de développer son côté masculin pour une fille (ou féminin pour un garçon). Mais cela peut aussi se révéler lourd à porter, il peut en effet être difficile d’assumer son côté féminin, par exemple, avec un prénom mixte.

Pour les psychologues il est important d’expliquer à l’enfant les raisons du choix du prénom afin que l’enfant se l’approprie définitivement.

Cependant, il peut arriver que le prénom demeure insupportable pour celui qui le porte et la seule solution sera de s’en “débarrasser”.

Il est, par exemple, possible d’utiliser son deuxième voir troisième prénom dans la vie quotidienne mais officiellement c’est bien souvent le premier qui prédomine. Il est également possible lorsque le fardeau est trop lourd à porter d’en changer légalement.

L’article 60 du Code civil prévoit le changement de prénom dès lors que l’on peut justifier d’un “intérêt légitime”. Parmi les motifs légitimes admis par la jurisprudence figurent le souci d’intégration (francisation par exemple) ; le motif sexuel (pour les personnes transsexuelles) ; le motif religieux ou culturel.

Related Articles

Close