Blog

Alain Bernard un nouveau visage Le champion olympique du 100m nage libre change de tactique

Alain Bernard un nouveau visage Le champion olympique du 100m nage libre change de tactique

Battu par Cesar Cielo aux Championnats du monde de Natation à Rome, Alain Bernard s’apprête à vivre une saison beaucoup moins chargée, aux côtés de Coralie Balmy.

Une nouvelle vie. Alors qu’Amaury Leveaux défraye la chronique en quittant le club du Mulhouse Olympic Natation et Lionel Horter pour le Lagardère Paris Racing, Alain Bernard retrouve tranquillement le chemin de l’entraînement dans la piscine Jean-Bunoz, à Antibes. Désireux de souffler durant cette nouvelle saison, le “Grand Requin Blond” va enfin pouvoir se consacrer à sa formation de pilote et compter sur le soutien de Coralie Balmy, sa nageuse de compagne venue de Toulouse.

Un programme beaucoup moins soutenu…

Un régime sec. D’ici au 1er janvier le champion olympique du 100m nage libre devrait parcourir 400 km, à raison d’une séance d’entraînement par jour. La page post-olympique semble belle et bien tournée. A titre de comparaison, l’élève de Denis Auguin dévorait encore 700 km l’année dernière. Avec ce nouveau programme, le champion tricolore ne risque plus de s’exposer à la lassitude qui s’était emparée de lui après les JO de Pékin. “C’est en m’entraînant deux fois par jour que je prendrais un risque“, affirme-t-il dans les colonnes de L’Equipe.

Spectateur de la pression qui pesait sur les épaules de son poulain durant les Mondiaux de Rome, Denis Auguin a longuement réfléchi durant les six semaines de repos qui ont suivi la compétition. Depuis 2004, Alain Bernard n’a jamais relâché l’effort. La solution s’impose aujourd’hui aux yeux de l’entraîneur. “Il a besoin de se régénérer physiquement et mentalement. Il ne peut pas être pied au plancher tout le temps“, argumente le coach et ami du nageur dans le quotidien sportif.

…pour un homme plus apaisé

C’est bien connu : pour qu’un champion soit au meilleur niveau, il doit avant tout évoluer dans des conditions mentales optimales. Rejoint à Antibes par sa compagne Coralie Balmy dès la fin des Mondiaux de Rome, Alain Bernard s’est déjà enlevé une sacrée épine du pied. “Si elle n’avait pas décidé de venir à Antibes, j’aurais pu prendre la décision d’arrêter. C’est mon point d’attache à la vie simple, vraie“, avoue le grand timide.

Cette situation, Denis Auguin la comprend parfaitement. “C’est sa vie d’homme, c’est important. Et le plus important pour qu’il soit performant à Londres, c’est qu’il soit bien dans sa vie d’homme. Je le respecte. Car c’est un homme avant d’être “mon” sprinteur“, acquiesce l’entraîneur. En somme, le roi du sprint français entame une deuxième carrière basée sur la gestion de l’effort. Une nouvelle vie qui sera également marquée par le retour au bermuda et la suppression des combinaisons…

A 26 ans, Alain Bernard est bel et bien à un tournant de sa carrière. Moins stricte avec son propre corps, le “Grand Requin Blond” espère retrouver au plus vite l’envie qui le caractérise si bien. Tout cela dans l’optique d’arriver au top lors des Jeux olympiques de Londres, en 2012…

Related Articles

Close