Blog

Soldes en magasin ou sur internet tout ce quil faut savoir

Soldes en magasin ou sur internet tout ce quil faut savoir

Ils durent cinq semaines. Les Français vont dépenser en moyenne 259 euros. Tout savoir sur les nouveautés des soldes, dans les magasins et sur internet.

Même si elle s’éloigne, la crise est encore là. Mais elle ne devrait pas empêcher les Françaises et les Français de faire les soldes d’été. Simplement, chacun va faire attention, privilégier l’achat utile à l’achat plaisir et, si possible, mêler les deux. François-Marie Grau, secrétaire général de la Fédération française du prêt-à-porter féminin est plutôt optimiste. 2009 a été « catastrophique », 2010 a été « mauvais » et il compte sur 2011 pour « démarrer une ère nouvelle ». Près de huit Français sur 10 ont d’ailleurs l’intention de courir les magasins à la recherche de «la bonne affaire», selon un sondage Ipsos (1) réalisé pour le Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Leur budget moyen sera cet été de 259 euros contre 160 euros l’hiver dernier.

Quelles sont les nouveautés de cette année ?

  • Combien de temps durent les soldes?

Commencés mercredi 22 juin dans la plus grande partie du pays, ils vont durer cinq semaines, c’est-à-dire jusqu’au mardi 26 juillet. C’est plus tôt que d’habitude puisqu’ils commencent dix jours avant les vacances scolaires, à la grande satisfaction des commerçants.

  • Pour tout le monde pareil… ou presque.

Pour la première fois, les dates des soldes des sites internet sont alignées sur la date de démarrage nationale, le 22 juin, en vertu de la loi de simplification et d’amélioration de la qualité du droit du 17 mai 2011. Auparavant, le e-commerce dépendait de la date de démarrage du département où était situé son siège social. Plusieurs départements, touristiques, du Sud-Est font exception, sauf pour les ventes à distance. Les soldes en magasin ne démarreront que le 6 juillet dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, le Var, le Vaucluse, et le 13 juillet en Corse. Dans les Dom-Tom, les dates retenues sont le 24 septembre en Guadeloupe (sauf Saint-Barthélemy et Saint-Martin, le 8 octobre), le 6 octobre en Martinique et Guyane, le 20 juillet à Saint-Pierre et Miquelon et le 3 septembre à la Réunion.

  • La réglementation.

Pendant les soldes, les commerçants peuvent vendre à perte, afin d’écouler leurs invendus pour laisser de la place à la nouvelle collection. Les articles soldés doivent avoir été proposés à la vente pendant au moins un mois, être clairement distingués des articles des nouvelles collections à prix fort, (ce qui n’est pas toujours le cas) et bénéficier des mêmes garanties.

Les soldes dans les magasins : un tiers du chiffre annuel

  • Huit Français sur 10.

Selon l’enquête Ipsos (1), 79% des Français ont l’intention de faire les soldes cette année et ils envisagent d’y consacrer un budget moyen de 259 euros. A noter que les hommes dépensent en moyenne 49 euros de plus que les femmes pour, disent-ils, « des achats qui durent ».

  • Dans les centres commerciaux.

84% des personnes interrogées iront faire leurs courses dans un centre commercial, c’est-à-dire la même proportion qu’en 2010. Ils prévoient d’y dépenser les deux-tiers de leur budget.

  • « Nécessité budgétaire ».

« Cette année, encore plus que l’année précédente, les soldes représentent pour les consommateurs français la solution au problème du pouvoir d’achat », a déclaré Jean-Michel Silberstein, délégué général du CNCC. Frédéric Lefebvre, le secrétaire d’État au Commerce qui s’est rendu dans les grands magasins parisiens du boulevard Haussmann pour superviser le démarrage des soldes, a évoqué sur Canal+ « un moment festif (…) mais aussi une nécessité budgétaire ».

  • Au hit parade.

Les Français recherchent la bonne affaire. Au hit parade de leurs achats, on trouve d’abord les chaussures (pour 75% des gens), puis les vêtements (70%), et aussi les articles de sport (35% en hausse de 5 points).

  • Moins de stock.

Les deux mois de températures estivales et de soleil en France ont permis aux commerçants de faire de bonnes affaires. Résultat, les magasins devraient avoir «moins de stock» cette année, selon Jean-Michel Silberstein, qui en profite pour donner un conseil aux consommateurs : « N’attendez pas trop une meilleure démarque ! Si vous avez repéré un article qui vous plait, achetez-le tant qu’il y en a encore ! ».

  • Il fait moins beau.

La réussite des soldes d’été va dépendre de la météo de la première semaine. Si le temps est gris ou pluvieux, les magasins ne connaîtront pas l’affluence, et les démarques vont se succéder.

  • Un tiers du chiffre d’affaires.

« Avril et mai ont été bons et les stocks sont à un niveau raisonnable », explique Jean-Marc Genis, président de la FEH (Fédération des enseignes de l’habillement). Dans son secteur, dit-il, soldes et promotions représentent « environ le tiers du chiffre d’affaires annuel », sur un marché de l’habillement estimé à 30 milliards d’euros.

Les soldes sur Internet : 10% de ventes en plus

  • Des promos toute l’année.

Une bonne part du chiffre d’affaires de l’habillement sur internet se fait pendant les soldes ou les promotions, 55% contre un tiers dans les magasins, explique Dorval Ligonnière, de la Fédération de la chaussure. En fait, on trouve sur internet des promotions durant toute l’année.

  • 10% de ventes en plus.

Selon le directeur général de la Fédération e-commerce et vente à distance (Fevad), Marc Lolivier, les achats annuels sur internet ont été multipliés par quatre depuis 2005 pour atteindre 31 milliards d’euros. Il faut dire que désormais, 74 % des foyers ont internet à la maison. La période des soldes représente une hausse de 10% par rapport aux périodes normales.

  • De grosses réductions.

Les démarques sont tout de suite très importantes, par rapport aux magasins. Sur internet, le but est d’écouler la marchandise vite car la concurrence y est très forte.

  • 130 euros en moyenne.

Les Français devraient dépenser entre 130 et 150 euros sur internet. Certains vont acheter des vêtements, d’autres des voyages ou des appareils électro-ménagers soldés.

  • Les « basiques » sur le net.

Les consommateurs hésitent encore à acheter des vêtements ou des chaussures sur le net car ils ne peuvent pas les essayer. En revanche, ils n’hésitent pas à acheter en solde les « basiques » (culottes en coton, chaussettes, tee-shirts et même jean’s,

  • Actifs, jeunes et ruraux.

Les consommateurs internautes sont en majorité des actifs, âgés d’une traine d’années et qui ont peu de temps à consacrer aux soldes. Ce sont souvent des ruraux qui compensent l’éloignement de la ville grâce à l’ordinateur.

  • Vérifier les prix.

« Les consommateurs utilisent Internet d’abord pour vérifier un prix », précise le responsable de la Fevad, ce que confirme Ipsos (1) : « 25 % des clients repèrent en magasins et sur Internet, 9 % exclusivement sur le web ».

  • Sur les mobiles.

Lors des soldes d’hiver 2010, 18 % des achats sur internet ont été faits avec des mobiles. Un chiffre qui a doublé par rapport à 2009. Ce sont les ventes événementielles qui attirent les utilisateurs de mobiles et autres Smartphones. Comme l’explique Marc Lolivier, « il faut être réactif pendant les «ventes flash» et l’on n’a pas forcément un ordinateur sous la main ».

(1) L’enquête a été réalisée en ligne du 3 au 7 juin 2011 auprès de 1015 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 16 ans et plus.

Sources: ledauphine.com, lexpress.fr, lesechos.fr, europe1.fr, afp, lci.tf1.fr, sudouest.fr, lepoint.fr, ouestfrance.fr.

Related Articles

Close