Blog

Les fantasmessont necessaires a une bonne sante mentale

Les fantasmesnbspsont necessaires a une bonne sante mentale

Le fantasme est un bon moteur pour la libido. Il autorise le plaisir, l’interdit, la joie de vivre, la liberté. Excellent remède contre la panne de désir !

Le fantasme est un scénario, souvent érotique, qui se déroule dans l’imagination de son auteur. Une sorte de rêve éveillé, en quelque sorte. Mais un rêve organisé, agréable, qui peut faire intervenir les cinq sens : la vue, le toucher, l’ouïe, le goût et l’olfaction.

Certaines conditions sont nécessaires pour fantasmer. Il faut du calme, du silence, du temps libre et du lâcher-prise. Le point de départ est presque toujours basé sur des faits réels : un lieu précis, des personnes connues, une situation vécue…mais ensuite, l’imagination vagabonde et peut aller très loin.

Les premiers fantasmes surgissent à l’adolescence et correspondent aux premiers émois amoureux. Ils surviennent sans avertir et procurent une certaine jouissance. Ils traduisent un manque, une envie ou un désir et peuvent se renouveler tout au long de la vie. La plupart du temps, ils restent secrets car leurs auteurs se trouvent généralement dans des situations que la morale ou la religion réprouvent. Ils sont basés sur l’interdit.

Fantasmes masculins – fantasmes féminins

Pendant longtemps, on a pensé que les fantasmes masculins étaient très différents des fantasmes féminins…. « Les hommes imaginent des cochonneries pendant que les femmes rêvent du prince charmant ». Telle était l’opinion largement répandue. Les études récentes, en particulier l’enquête du docteur Sylvain Mimoun sur le plaisir féminin, ou bien les confessions radiophoniques recueillies depuis presque dix ans par Brigitte Lahaie (sur RMC Info) montrent que la réalité est très différente.

Certes, les fantasmes masculins sont principalement visuels. C’est ce qui explique l’engouement qu’ont les hommes pour voir des images ou des films pornographiques. La mise en scène du fantasme est assez classique et reproduit généralement les séquences chaudes du cinéma : caresses intimes, fellation, cunnilingus, coït, sexualité de groupe… Les femmes, par contre, sont plus réceptives aux sons, aux odeurs, et à l’environnement, comme les animaux. Dans leurs songes, elles parviennent à sentir l’odeur de leur partenaire ou à entendre leur voix murmurer des propositions indécentes au creux de leur oreille. Elles aiment ça. Les fantasmes sont différents d’une femme à l’autre et pourtant il existe de grands classiques : faire l’amour dans la nature, dans un lieu insolite, avec un inconnu ou bien une célébrité, les amours interdites (un parent proche, un prêtre, un petit jeunot, un vieux…)

Tous ces fantasmes sont largement cités dans la presse féminine. La réalité, là encore, est un peu différente. Les enquêtes sérieuses montrent que les femmes fantasment facilement sur un collègue de bureau, le voisin de pallier, un inconnu croisé dans la rue ou bien le facteur remplaçant. L’élément déclencheur est souvent un point précis de la personne convoitée : un geste, un sourire malicieux, un regard, un pantalon ajusté sur des fesses musclées, une odeur virile, etc…Le climat a une certaine importance aussi : un orage, le sable chaud, un espace réduit, un grenier, un danger imminent…

Pour les hommes, il en va de même : un décolleté généreux, des fesses qui dansent au rythme de la marche, des jambes qui n’en finissent pas, une oeillade ravageuse…et c’est le départ pour Cythère.

Utilité du fantasme

Une sexualité épanouie a besoin d’apprentissage. Or, le fantasme et la masturbation sont des étapes nécessaires à cet apprentissage.

Pour les « vieux couples » il n’est plus question d’apprentissage, mais de plaisir. Au bout de quelques années de vie commune, certaines femmes sont incapables d’éprouver du plaisir à travers leur imaginaire ou dans leur corps. Quelques unes n’ont même pas vraiment conscience d’avoir un corps, sauf lorsqu’il les fait souffrir.

Un couple qui s’installe dans la routine, qui se laisse envahir par les préoccupations journalières, ne laisse presque plus de place à l’imaginaire. Lentement, la sexualité se dégrade et disparaît parfois. Paradoxalement, l’ennemi du couple est parfois l’excès de tendresse. Les femmes n’aiment pas les hommes violents mais se lassent vite d’un homme trop mielleux.

Tous ces symptômes sont une alarme et il est nécessaire de réagir. Comment ? Si l’on admet que le fantasme est un bon moteur pour la libido, la solution est simple. Il suffit de se laisser aller et de rêver.

Le fantasme a le pouvoir extraordinaire réveiller le désir. Il donne l’envie d’avoir envie et permet d’inventer de nouvelles formes du plaisir.

Faut-il aller jusqu’au bout et réaliser un fantasme ?

En principe, ce n’est pas une bonne idée. Pour une raison très simple : un fantasme qui est assouvi n’est plus un fantasme. La plupart du temps, le passage à l’acte s’avère décevant car il n’est pas au niveau de ce qui a été imaginé.

N’est-ce pas Andy Warhol qui a dit « L’amour fantasmé vaut bien mieux que l’amour vécu. Ne pas passer à l’acte, c’est très excitant » ?

Il n’a peut-être pas tort.

Related Articles

Close