Blog

Les effets secondaires du vaccin H1N1 Fautil se faire vacciner contre le virus de la grippe H1N1

Les effets secondaires du vaccin H1N1 Fautil se faire vacciner contre le virus de la grippe H1N1

Quels sont les avantages et les inconvénients de la vaccination contre la grippe A ? Pourquoi cette levée de bouclier de la part du corps médical lui-même ?

Alors que la campagne de vaccination contre le virus H1N1 commence, le vaccin lui-même pose de nombreuses questions. Nombreux sont ceux qui estiment que ce vaccin n’a pas fait l’objet de tous les tests nécessaires pour assurer son innocuité, tandis que les autorités assurent que le vaccin est totalement sans risque. En attendant, un début de psychose affecte la population qui ne sait plus si elle doit craindre la pandémie de la grippe porcine ou les effets secondaires du vaccin…

Levée de bouclier des infirmières contre la campagne de vaccination massive

Le syndicat des infirmières estime, dans une déclaration récente, qu’une campagne de vaccination massive contre le virus de la grippe H1N1, qui est un virus relativement bénin en comparaison, par exemple, de la virulence du virus de la grippe aviaire H5N1 qui s’était propagé il y a quelques années, présente des risques. En effet, selon le syndicat des infirmières, ce vaccin a été développé trop rapidement et se compose, en outre, d’un adjuvant qui pourrait déclencher des maladies auto-immunes. Le syndicat estime que chacun doit être bien informé des risque potentiels pour être en mesure d’évaluer le rapport entre les avantages et les inconvénients du vaccin H1N1 : d’un côté, une semaine de grippe et de l’autre, une probabilité, certes peu élevée mais irréversible, d’avoir une maladie neurologique (syndrome Guillain-Barré) ou auto-immune.

Grippe porcine H1N1 : l’innocuité du vaccin en question

Pour les autorités de santé elles-mêmes, les vaccins contre le virus H1N1 qui arrivent sur le marché sont des produits nouveaux, qui sont susceptibles de provoquer des effets secondaires inattendus. Ces vaccins devront donc, toujours selon les autorités de santé, faire l’objet d’une surveillance. Mais, elles estiment que les avantages de la vaccination l’emportent grandement sur les éventuels effets secondaires d’une campagne massive de vaccination comme celle qui est prévue.

La différence entre le virus H5N1, responsable de la grippe aviaire, et le virus H1N1, responsable de la grippe porcine

Tout d’abord, un point sur lequel on s’accorde désormais : il y a quelques années, une autre pandémie de grippe avait semé la panique dans les populations du monde entier : le virus H5N1, responsable de la grippe aviaire. Ce virus H5N1 possédait une virulence très élevée, les études affirment que son taux de mortalité a atteint 60 %. Mais il avait en revanche un taux de contagiosité très faible chez les humains. En effet, faute de pandémie, on a noté « seulement » quelques milliers de cas dans le monde entier. Pour le virus H1N1, responsable de la grippe porcine, c’est le cas contraire : très contagieux, il est faiblement agressif en comparaison du virus H5N1.

Risque de syndrome Guillain-Barré (SBG), maladies auto-immunes

Qu’est-ce que ce syndrome de Guillain-Barré (SGB) ? C’est une forme de paralysie ascendante qui commence par toucher les membres inférieurs et qui remonte progressivement dans le corps. Dans les formes graves, ce syndrome SGB peut se compliquer : la personne est alors atteinte de paralysie des muscles respiratoires et elle nécessite un respirateur artificiel. La paralysie provoquée par le SGB peut être irréversible.

Or, le 15 août 2009, le quotidien britannique The Daily Mail a publié un article sur les résultats d’une campagne de vaccination contre une épidémie de grippe porcine qui a eu lieu aux États-Unis en 1976. Un pic de syndromes de Guillain-Barré avait alors été enregistré au sein de la population qui avait bénéficié du vaccin contre la grippe porcine.

Les problèmes et les risques liés à l’adjuvant du vaccin H1N1, l’OMS demande la poursuite des recherches

Un adjuvant est une substance chimique qui est utilisée dans un vaccin pour en accroître l’efficacité. Mais des questions se posent sur les effets secondaires possibles d’un nouvel adjuvant sur les maladies auto-immunes dans le cadre d’une campagne de vaccination faite au moyen d’un vaccin dont les effets secondaires n’ont pas été encore suffisamment testés sur le long terme. Les opposants au vaccin estiment que cela peut augmenter la probabilité d’effets secondaires rares mais très dangereux sur les populations vaccinées. Notons d’ailleurs que l’on propose des vaccins sans adjuvant. L’OMS insiste d’ailleurs pour que les tests se poursuivent quant à l’innocuité du vaccin.

Panique face à la pandémie de grippe ou panique face à la campagne de vaccination ?

Cette campagne de vaccination aura provoqué une panique encore plus grande que la pandémie elle-même. Toutefois, comme l’explique le syndicat des infirmières, il est important d’être bien informé sur les avantages et les inconvénients possibles de ce vaccin, au vu des effets secondaires, certes rares, mais très graves qui peuvent potentiellement survenir. En bref, sans tomber dans la psychose, le pour et le contre doivent être ici plus qu’ailleurs soigneusement évalués…

Pour en savoir plus : le site du syndicat des infirmiers est particulièrement bien renseigné et est mis régulièrement à jour. Il permet de plus d’avoir des informations sérieuses et fiables sur cette épineuse question.

Pour connaître des remèdes naturels pour prévenir le H1N1 et pour booster votre système immunitaire, cliquez ici.

Related Articles

Close