Blog

Le theme de labsurde et la revolte chez Camus Le Prix Nobel reste hante par la question de la mort face a lhomme

Le theme de labsurde et la revolte chez Camus Le Prix Nobel reste hante par la question de la mort face a lhomme

Suicide, mort ou meurtre, les œuvres de Camus nous mènent au cœur de la question existentielle de l’humanité : qui est l’être humain dans son rapport à la mortalité ?

L’homme de Camus est debout face à la mort, dans une lutte absurde : le Mythe de Sisyphe ou l’Homme révolté illustrent à merveille la question fondamentale d’Albert Camus : de l’absurde à la révolte, qui est l’homme face à la mort ?

Si Camus reste l’un des auteurs les plus lus au monde, par les francophones comme par les non francophones, c’est sans doute parce que, comme l’avait dit à juste titre le jury du Prix Nobel en 1957, l’ensemble de son oeuvre met toujours en lumière les questions qui se posent à la conscience humaine, aujourd’hui encore…

Camus face à la question de la mort : origines et explications du thème de l’absurde

Bon nombre des œuvres de Camus traitent de la question de la mort, en s’interrogeant d’un point de vue fictif ou plus philosophique sur le rapport que l’homme entretient à la mort : Camus affirme lui même que la question du suicide est une question philosophique par excellence, puisqu’elle débouche sur la question de savoir si l’homme décide que sa vie vaut le coup d’être vécue, ou non. C’est pour lui “la question fondamentale de la philosophie” ( in Le Mythe de Sisyphe).

Il s’agit bien, dans ce rapport absurde qui unit l’homme à la mort inéluctable, de trouver une raison de vivre plutôt que de mourir. Pour Camus, toutes les autres questions philosophiques ou même les questions de la vie quotidienne n’ont pas de sens, tant que cette question fondamentale n’est pas résolue, sans quoi l’on vit sa vie en Etranger, privé de sens, exilé de la signification même de sa vie. L’absurde est avant tout la prise de conscience de l’absence de tout fondement et de perte du sens. Pour reprendre l’expression de William Shakespeare, dans Comme il vous plaira, le monde entier est un théâtre et nous en sommes les acteurs, hommes et femmes, mais pour Camus, l’absurde et le tragique consistent à se rendre compte qu’il n’y a rien de l’autre côté du décor du théâtre…

Le piège de l’absurde, dialectique du maitre et du serviteur, révolution ou révolte :

A la manière du doute cartésien qui recherche un point d’appui sur lequel Descartes pourra fonder toute sa construction philosophique, Camus recherche dans l’absurde jusqu’au bout le sens qui donnera une raison de vivre, et non plus de survivre à la manière d’un Sisyphe condamné à rouler indéfiniment son rocher jusqu’en haut de la montagne, privé de sens pour avoir voulu s’opposer à la mort.

C’est ainsi que dans l’Homme Révolté, dans le contexte de l’après guerre et des découvertes des atrocités dont est capable l’humanité, la question fondamentale de Camus évolue : il s’agit bien de savoir comment vivre, et plus seulement de remonter à la racine, au fondement premier du choix de vivre plutôt que de mourir.

La solution de Camus est alors bien la révolte, dans son sens étymologique : l’homme révolté est ce lui qui accomplit une “ré-volte”, c’est à dire qu’il se retourne : il refuse l’absurde pour affirmer quelles sont ses valeurs, ce pour quoi il a choisit de vivre plutôt que de mourir. Cette question trouvera donc d’abord sa solution sur le plan métaphysique, c’est bien la question du sens qui est première dans cette démarche.

La révolte est d’abord pour le Prix Nobel 1957 celle de l’homme contre l’absurdité de sa condition humaine face à la mort. Puis, elle pourra s’incarner pour Camus sur le plan de l’histoire. Camus met également en garde contre les anciens révolutionnaires devenus tyrans et oppresseurs : ceux-ci se sont, selon lui, arrêtés dans ce mouvement de “révolte”, de refus perpétuel de la condition humaine. L’homme révolté sera donc celui qui, selon Camus, se pose sans cesse la question du sens et n’a pour but en toutes choses que de répondre à cette question du sens.

Related Articles

Close