Blog

Histoire du chocolat des conquistadors le Chocolat Cortes et la cour dEspagne

Histoire du chocolat des conquistadors le Chocolat Cortes et la cour dEspagne

En 1528, Cortès ramène une nouvelle boisson des Amériques et la présente à la cour d’Espagne. Le chocolat va-t-il oui ou non s’y imposer ?

En Europe, nul ne connait ni n’a jamais entendu parler de cacaoyer, cabosse et autre fève de cacao avant l’arrivée de Christophe Colomb aux Amériques. Ce n’est toutefois qu’en 1502 qu’il est donné à ce dernier de contempler quelques graines d’un végétal extraordinaire dénommé « Théobroma cacao ». Cet arbre à feuilles persistantes doit son nom scientifique à Carl von Linné (1707-1778), un illustre botaniste suédois.

Le breuvage des Dieux

Le mot « Théobroma » est issu du grec « théos » qui signifie « dieu » et « broma » qui veut dire « breuvage ». Textuellement, il est donc assimilé au « breuvage des Dieux ». C’est du reste comme tel qu’il est présenté à l’Espagnol Hernán Cortès en 1519. L’empereur aztèque Moctezuma II lui offre alors une coupe de tchocoatl ou xocoatl. Mais, au grand désappointement de son hôte, le conquistador n’apprécie guère cette boisson.

Le chocolat entre à la cour d’Espagne

Une dizaine d’années plus tard, Cortès est de retour en Espagne et, parmi tous les trésors qu’il destine à la cour de Charles Quint, il expose le chocolat. Toutefois, il faut encore patienter près d’un demi-siècle avant que ce nectar venu des terres du futur Mexique ne s’impose. Produit de luxe au demeurant, il va d’ailleurs longtemps rester l’apanage de la Famille Royale et des Grands du Royaume.

Un goût adapté à l’européenne

Après avoir soumis les Aztèques, les colons espagnols décident de l’intensification de la culture du cacao et, dès 1585, obtiennent d’abondantes récoltes. Entre-temps, le breuvage est quelque peu adapté au goût européen. Afin d’en adoucir l’amertume, miel et lait y sont ajoutés. Destiné à en rehausser les parfums, le piment contenu dans le mélange originel est, quant à lui, remplacé par de la vanille, de la cannelle ou du poivre moulu.

Le chocolat devient un phénomène de mode

Dès lors, fleurit un engouement pour le chocolat qui ne fait que s’accroître. Poussé en cela par la préciosité du moment, chacun veut être de ceux qui, bien qu’en ignorant tout ou presque, parlent des Amériques comme s’ils décrivaient le quartier où ils demeurent. Dès lors, pour toute personne se prétendant en adéquation avec son époque, déguster quelques gorgées de cette onctueuse boisson chocolatée fait partie des rites indispensables auxquels il convient de rondement s’adonner…

(A lire) : Histoire du chocolat et de ses origines

(A lire) : Histoire du chocolat au XVII et XVIIIe siècle(A venir) : Histoire du chocolat et de son industrialisation

Related Articles

Close