Blog

Egypte Kom Ombo un temple pour six dieux

Egypte Kom Ombo un temple pour six dieux

Kom Ombo, temple consacré à Horus le Grand et Sobek, abrite de nombreux trésors. On peut y admirer le père de Cléopâtre et de nombreux empereurs romains.

Le temple de Kom Ombo est situé en Haute-Egypte. Il est accessible au départ d’Assouan (au sud) ou de Louxor (au nord). La plupart des bateaux de croisière s’y arrêtent.

Les dieux de Kom Ombo

Ce temple, l’un des plus récents d’Egypte, date de la période ptolémaïque et romaine. Il a la particularité d’être double. En effet, il dispose de deux entrées, deux axes principaux parallèles et deux sanctuaires. Chaque demi-temple est consacré à une triade de divinités. Il y a Haroëris (Horus le Grand), Sennouphis (son épouse nommée, en égyptien, Tasenetneferet) et leur fils Khonsou.

La seconde triade est composée de Sobek, de son épouse Hathor et de leur fils Pnebtaoui. Seuls les hiéroglyphes permettent d’identifier les dieux égyptiens. Il ne faut jamais se fier à leurs attributs ou à leurs têtes. Les liens entre les dieux égyptiens étaient propres à chaque cité. A Kom Ombo, Khonsou était le fils d’Haroëris, à Karnak et Louxor, il était le fils d’Amon. Hathor était la parèdre de Sobek à Kom Ombo, mais celle d’Horus à Edfou et Dendera.

La cour et la première salle hypostyle

La cour du temple fut décorée durant le principat de l’empereur Tibère (Ier siècle de notre ère). Plusieurs colonnes conservent des couleurs des peintures d’origine. La façade et la première salle hypostyle furent essentiellement décorées par Ptolémée XII Néos Dionysos Aulète, le père de Cléopâtre VII (la grande Cléopâtre). Sur le mur ouest, des bas-reliefs représentent son sacre. Il est purifié par les divinités principales du temple.

Ptolémée VIII et ses deux épouses

Dans la seconde salle hypostyle, le mur nord offre un bas-relief étrange. Il s’agit d’un des très rares endroits où un roi est représenté avec ses deux épouses officielles. Le plus étrange est que ce roi est un Ptolémée, dynastie d’origine macédonienne : Ptolémée VIII Evergète II. Il est ainsi représenté avec sa sœur Cléopâtre II et avec la fille de celle-ci, Cléopâtre III (fille de Ptolémée VI Philométor, frère de Ptolémée VIII). L’union de Ptolémée VIII avec sa sœur et sa nièce sera de courte durée. Cléopâtre III fit tout pour éliminer sa mère pendant que cette dernière complotait contre son frère-époux !

Les vestibules et les sanctuaires datent du IIe et du Ier siècles avant notre ère. Ils furent décorés essentiellement par Ptolémée VI et Ptolémée XII. Cette partie du temple est moins bien conservée que les salles hypostyles.

Le corridor romain

Un corridor, décoré durant les IIe et IIIe siècles de notre ère, est accessible à partir de la cour. Il permet de faire tout le tour du temple. Sur le mur du fond, il y a d’intéressants bas-reliefs romains. On peut notamment voir des outils chirurgicaux et de nombreux empereurs romains. Il y a notamment Antonin le Pieux, Marc Aurèle, Lucius Verus et Commode. La lecture de leurs cartouches permet de les identifier car ils ne ressemblent guère à des empereurs romains.

Kom Ombo est également le seul temple d’Egypte ou deux éphémères empereurs du IIIe siècle furent représentés : Macrin et son fils Diaduménien. Macrin fut chassé du pouvoir et son successeur décida de détruire ses représentations. Cet ordre arriva à Kom Ombo, mais les lapicides ne maitrisant pas l’écriture égyptienne, ils martelèrent Lucius Verus, co-empereur au temps de Marc Aurèle !

Autour du temple

En avant du temple, il y a un mammisi, édifice destiné à célébrer la naissance des deux dieux enfants locaux : Khonsou et Pnebtaoui. Sur le mur du fond, il y a une belle représentation d’un fourré de papyrus. Au nord, il y a une petite chapelle romaine dédiée à Sobek, édifiée par l’empereur Caracalla. A l’est, il y a un propylône de Ptolémée XII. Jusqu’au XIXe siècle s’élevait une immense porte construite par Hatchepsout mais elle s’effondra lors d’une violente crue du Nil.

Related Articles

Close