Blog

Des champagnes roses pour le printemps Des vins particulierement fruites pour le retour des beaux jours

Des champagnes roses pour le printemps Des vins particulierement fruites pour le retour des beaux jours

Laurent-Perrier, Ruinart et d’autres maisons mettent de la couleur dans leurs bulles.

A la sortie de l’hiver, les jours se font plus radieux et les parterres de fleurs renaissent. Quelle belle occasion de célébrer le printemps que de mettre de la couleur dans votre champagne! Pour marquer la venue du printemps, la maison Laurent-Perrier a uni spécialement sa cuvée rosé à quatre verres à champagne en édition limitée gravés d’une frise de fleurs de cerisier. Ces quatre verres d’une gamme oenologiques sont réunis dans un coffret-écrin au design élégant.

Dans son flacon d’inspiration Henri IV, ce champagne rosé est reconnu grâce à la constance de sa qualité depuis 40 ans. Une dizaine de crus provenant principalement des secteurs sud et nord de la montagne de Reims (dont la célèbre côte de Bouzy) sont privilégiés, notamment les crus d’Ambonnay, de Bouzy, de Louvois et de Tours-sur-Marne.

Le fruit domine

A l’œil, il offre une robe élégante dont la couleur évolue naturellement d’une teinte framboise vers des nuances saumonées. Le nez est franc et très frais avec une large palette de petits fruits rouges : framboise, groseille, fraise, cerise noire. En bouche, c’est le fruit qui domine. L’attaque est très franche et acidulée. On a l’impression de plonger dans un panier de fruits rouges fraîchement cueillis. On reconnaît des notes de fraise, griotte, cassis et framboise. Il s’agit d’un vin souple et rond.

Au plan de l’accord met-vin, la cuvée rosé peut accompagner des poissons crus (rouget mariné, tartare de thon), des gambas grillés, de la charcuterie fine de type italien, du canard, de l’agneau ou des fromages onctueux comme le chaource. Elle sera également remarquable sur des desserts à base de fruits rouges. Les plus audacieux la marieront à la cuisine asiatique ou indienne. Coffret en vente à partir d’avril (100 euros).

Millésime d’exception

Encore un coffret, encore une grande maison, la plus ancienne: Ruinart. Le Dom Ruinart rosé 1996 rend hommage à une année exceptionnelle. Une cuvée qu’il avait fallut attendre 10 ans avant de pouvoir la découvrir. Il s’agit d’un remarquable champagne de garde à la robe or rose, et aux reflets ambrés et cuivrés. Le nez se fait de plus en plus opulent au fur et à mesure que la température augmente. En bouche, on ressent un bel équilibre entre les notes de fruits rouges, de réglisse et d’agrumes. Un coffret pour une grande occasion et un grand plaisir (environ 200 euros)

A Epernay, la maison Testulat dispose dans sa gamme d’un rosé également fort agréable. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une édition limitée, la cuvée Charlotte est riche d’une grande fraîcheur fort prometteuse. Il s’agit d’un assemblage 50% pinot noir, 50% pinot meunier. Un vin dédié à Charlotte Testulat qui représente la 6e génération de la famille. A déguster sur l’ensemble d’un repas.

Rosés de saignée

Toujours dans la capitale du champagne, le champagne Gonet-Sulcova a su conquérir bien des papilles par le biais de son rosé de saignée. Il est obtenu par la macération de pulpes de pinot noirs dans leur peau. Un champagne vineux d’une couleur intense, aux arômes de fruits rouges, voire de myrtille. A noter sa belle longueur en bouche et sa finale marquée par la fraise.

Pour finir, encore un rosé de saignée. Celui de la maison René Geoffroy à Cumières qui a souvent cultivé sa différence en même temps que d’excellents raisins. Une teinte rouge rubis séduit rapidement les yeux. Le nez est un bouquet d’arômes ou s’harmonisent la rose, la fraise des bois, la framboise. Une fois en bouche, il confirme les promesses perçues au nez.

Alors n’attendez plus pour célébrer le printemps, une coupe à la main, mais avec modération!

Related Articles

Close